Ligne d'Esch-sur-Alzette à Audun-le-Tiche

ligne de chemin de fer luxembourgeoise
(Redirigé depuis Ligne 6e (CFL))

Ligne internationale
d'Esch-sur-Alzette
à Audun-le-Tiche
⇒ Voir la carte de la ligne. ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Un train CFL en gare d'Audun-le-Tiche.
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg,
Drapeau de la France France
Villes desservies Esch-sur-Alzette,
Audun-le-Tiche
Historique
Mise en service 1880
Électrification 1972
Concessionnaires GL (1859 – 1946)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (2015 – en cours)
CFL (depuis 1946)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 6e Luxembourg
196 300 France
Longueur 5,2 km
Vitesse de référence 40 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Pente maximale 11 
Nombre de voies Voie unique
Signalisation Signalisation lumineuse
ETCS L1
Trafic
Propriétaire État luxembourgeois
SNCF Réseau
Exploitant(s) CFL
Trafic Regionalbunn
Schéma de la ligne

La ligne d'Esch-sur-Alzette à Audun-le-Tiche est une courte ligne de chemin de fer internationale de 5,2 km reliant Esch-sur-Alzette au Luxembourg à Audun-le-Tiche en France.

Exploitée par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine en 1880, par l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine après 1919, par la SNCF après 1938 puis par la Deutsche Reichsbahn après 1940, elle est exploitée depuis 1946 par la société nationale des chemins de fer luxembourgeois.

HistoireModifier

Le pays d'Audun-le-Tiche fait officiellement partie des territoires français annexés par l'Empire allemand lors de la signature du Traité de Francfort le [1].

Le , l'État du Grand-Duché et la société royale grand-ducale des chemins de fer Guillaume-Luxembourg (GL) signent une convention pour la concession d'une ligne d'Esch à la frontière, vers Audun-le-Tiche, en prolongement de la ligne de Bettembourg à Esch. Cette convention est approuvée par la loi du , qui autorise également son exploitation par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (EL) suivant les conditions de la convention d'exploitation de 1872[2].

La ligne mise en chantier en [3] est mise en service le [4].

Le , un embranchement industriel de 1,15 km vers Hoehl est mis en service[5].

Alors que les mines de fer s'épuisent, les allemands vont, lors d'une prospection, découvrir la présence d'un important gisement de minerai (la minette) en profondeur. De nombreuses concessions sont attribuées et la majorité du minerai extrait est transporté par la ligne de chemin de fer vers les hauts-fourneaux d'Esch-sur-Alzette[1].

Elle est électrifiée le [4], la ligne industrielle de Hoehl l'est depuis le [5]. En 1992, la Société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL) met en service une navette dans le but d'« inciter les travailleurs transfrontaliers à utiliser les transports collectifs ferrés »[6], impliquant une remise en état de la ligne jusqu'à Audun, mise en service le [4].

En 2002, la fréquentation quotidienne dans les deux sens est de 1 200 voyageurs pour une desserte de 10 allers-retours[6].

L'ancienne ligne industrielle de Hoehl, dont les installations étaient toujours en place dans les années 2000[5], a été a priori déposée à cette époque.

CaractéristiquesModifier

TracéModifier

Longue de 5,2 kilomètres, la ligne relie Esch-sur-Alzette à Audun-le-Tiche en France[7]. D'orientation nord-sud, elle est électrifiée en 25 kV – 50 Hz et est à voie unique et à écartement normal (1 435 mm)[7].

Le tracé de la ligne, qui dessert le sud du Luxembourg est relativement plat, avec une pente maximale de 11 ‰[7]. Cela se traduit notamment par l'absence de tunnels[7].

Cette courte ligne internationale comporte deux sections, en tant qu'infrastructure, de part et d'autre de la frontière entre la France et le Luxembourg. Sur le réseau luxembourgeois elle porte le numéro « 6e » entre Esch-sur-Alzette et la frontière et sur le réseau français le numéro « 196300 » avec pour dénomination « raccordement d'Audun-le-Tiche ».

InfrastructuresModifier

SignalisationModifier

La ligne est équipée de la signalisation ferroviaire luxembourgeoise et du Système européen de contrôle des trains de niveau 1 (ETCS L1), ce dernier cohabite jusqu'au avec le Memor II+[7].

GaresModifier

Outre la gare d'origine, de Esch-sur-Alzette, la ligne comporte une seule autre gare ou halte voyageur : Audun-le-Tiche. Une de ces gares a également des installations de « terminal fret » et de « gare de formation » : Esch-sur-Alzette[8].

Vitesses limitesModifier

La vitesse limite est de 40 km/h sur l'ensemble de la ligne[8].

TraficModifier

La ligne est desservie par une ligne commerciale des CFL[9] :

La desserte s'effectue dans la pratique par des trains Regionalbunn uniquement.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Annexion allemande et essor économique », sur Société Audunoise d'Histoire Locale et d'Archéologie (consulté le 26 décembre 2014)
  2. le Roi Grand-Duc, « Loi du 7 juillet 1876 (Mém. n°45 du 10 juillet 1876, p.425) » [PDF], sur www.legilux.public.lu, .
  3. Limburg, Vertoog van den bestuurlijken toestand, (lire en ligne), p. 81
  4. a b et c « Ligne Esch/Alzette - Audun-le-Tiche / France », sur www.rail.lu
  5. a b et c « Ligne Esch/Alzette - Hoehl », sur http://rail.lu (consulté le 30 septembre 2018)
  6. a et b « E- Les transports ferroviaires transfrontaliers de proximité : c) Audun le Tiche - Esch », dans Les transports transfrontaliers dans les agglomérations transfrontalières, Paris, France : Ministère de l'Équipement du logement, des transports, du tourisme et de la mer, (lire en ligne), p. 91.
  7. a b c d et e Document de référence du réseau : annexe 2A, 2020, p. 53
  8. a et b Document de référence du réseau : annexe 2A, 2020, p. 55
  9. CFL, « Carte du réseau », sur cfl.lu (consulté le 14 décembre 2017) ; cette page permet également l'accès aux fiches horaires réactualisées.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier