Lex Irnitana

loi romaine

La lex Irnitana est une loi romaine de l'époque des Flaviens qui définit le statut du municipe d'Irni (Municipium Flavium Irnitanum), dans la province romaine de Bétique, au sud de l'Espagne. Elle est gravée sur six tables de bronze trouvées en 1981 près de El Saucejo (province de Séville). Ces tables sont aujourd'hui conservées au Musée archéologique de Séville (es).

DécouverteModifier

Les tables ont été découvertes fortuitement au printemps 1981 sur une colline appelée Molino del Postero, à environ 5 km au sud-ouest du bourg de El Saucejo. Cette colline escarpée portait des traces d'habitats anciens, mais, avant cette découverte, on ne connaissait pas l'existence du Municipium Flavium Irnitanum.

DescriptionModifier

Les six tables de bronze font partie d'un ensemble de dix tables mesurant 57,5 cm sur 91,5 cm et gravées sur trois colonnes[1] ; elles correspondent aux tables III, V, VII, VIII, IX et X[note 1]. Des fragments de la table II ont été retrouvés plus tard. Les tables portent en haut et en bas trois trous servant à la fixation sur le mur où elles étaient affichées. Elles devaient occuper sur ce mur une largeur de 9 mètres. L'état de conservation des tables est assez bon.

Les chapitres de la lex Irnitana ne sont pas numérotés, à la différence de ceux de la lex Malacitana et de la lex Salpensana, mais on peut restituer l'essentiel de la numérotation par comparaison avec celles des deux lois parallèles.

ContenuModifier

La lex Irnitana est la version locale de la lex Flavia municipalis, cadre général pour les statuts des municipes mis en place par Domitien et dérivé de la lex Iulia municipalis d'Auguste déjà réformée par Vespasien[note 2]. Elle peut être mise en rapport avec la lex Malacitana (es) (CIL II, 1964) de Malaga, la lex Salpensana (es) (CIL II, 1963) du municipe de Salpensa (es), les fragments de la lex Villonensis[2] et d'autres fragments provenant d'Italica et de Duráton (es), pour la reconstitution du cadre général de la lex Flavia municipalis.

Elle comportait 96 chapitres, un chapitre additionnel[note 3] et une lettre de Domitien datée de 91 ap. J.-C.

La loi traitait des points suivants : les magistrats municipaux, duumvirs, édiles et questeurs (tables II et III), l'acquisition de la citoyenneté romaine par l'exercice de ces magistratures, l'affranchissement des esclaves devant les duumvirs et la désignation des tuteurs (table III), l'ordre des décurions (tables III et V), l'administration municipale, y compris l'organisation du culte et le calendrier (tables VII, VIII, IX), la procédure judiciaire (table IX). La table X et dernière porte la sanctio, le chapitre additionnel et la lettre (litterae) de Domitien.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ces tables sont à peu près intactes, à l'exception de la table X qui n'est pas conservée en entier.
  2. Vespasien a accordé le droit latin à toute l'Espagne en 73-74.
  3. Ce chapitre, écrit en caractères plus petits, a pu être ajouté plus tardivement.

RéférencesModifier

  1. Références épigraphiques AE 1984, 00454 etc. : lien sur le texte latin et photographies. Hispania epigraphica, n° 5058.
  2. Julián González, « Lex Villonensis », Habis, 23, 1992, p. 97–120.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Julián González, « The lex Irnitana: a new copy of the Flavian municipal law », Journal of Roman Studies, 76, 1986, p. 147-243, pl. V-XXIII (en ligne).
  • T. Giménez-Candela, « La lex Irnitana : une nouvelle loi municipale de la Bétique », Iura, 32, 1981 (publ. 1984), p. 37-56.
  • A. et J. D’Ors, Lex Irnitana, Santiago de Compostela, 1988.
  • (es) F. Fernández Gómez et M. Del Álamo y De La Hera, La lex Irnitana y su contexto arqueológico, Séville, 1990.
  • (it) F. Lamberti, Tabulae Irnitanae : municipalità e ius romanorum, Naples, 1993.
  • (it) F. Lamberti, « La 'maggiore età' della lex Irnitana. Un bilancio di diciotto anni di studi », Minima Epigraphica et Papyrologica, 3, 2000, p. 237–256.
  • François Jacques, « Quelques problèmes d'histoire municipale à la lumière de la lex Irnitana », in L'Afrique dans l'Occident romain. Ier siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C. Actes du colloque de Rome (3-5 décembre 1987), École française de Rome, 1990, p. 381-401 (en ligne).
  • Emmanuel Lyasse, « Communis ou publicus ? : D’Irni à Arpinum », dans Mireille Cébeillac-Gervasoni, Emmanuel Lyasse, Michel Christol, Juan Francisco Rodríguez Neila, Enrique Melchor Gil, Sobre Digesto et Antonio Sartori, Le quotidien institutionnel des cités municipales : regards croisés de juristes et d'historiens, vol. 122-1, Rome, Publications de l'École française de Rome, coll. « Mélanges de l'École française de Rome - Section Antiquité », (ISBN 978-2-7283-0892-7, lire en ligne), pages 7 à 14

Articles connexesModifier

Liens externesModifier