Ouvrir le menu principal

Les Proies (film, 2017)

film de Sofia Coppola, sorti en 2017
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Proies.
Les Proies
Description de cette image, également commentée ci-après
L'équipe du film au festival de Cannes 2017

Titre original The Beguiled
Réalisation Sofia Coppola
Scénario Sofia Coppola
Acteurs principaux
Sociétés de production American Zoetrope
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame, Thriller
Durée 91 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Proies (The Beguiled) est un film américain écrit et réalisé par Sofia Coppola, sorti en 2017.

Il s'agit de la seconde adaptation du roman Les Proies (The Beguiled) de Thomas P. Cullinan, après Les Proies de Don Siegel en 1971.

Le film a remporté en 2017, le prix de la mise en scène, au Festival de Cannes[1].

SynopsisModifier

En Virginie en 1864, alors que la guerre de Sécession fait rage, le pensionnat pour jeunes filles tenu par Martha Farnsworth demeure totalement en dehors des conflits. Mais un jour, le pensionnat recueille un soldat, gravement blessé.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Producteurs délégués : Robert Ortiz, Fred Roos et Anne Ross

DistributionModifier

ProductionModifier

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

En France, l'accueil critique est moyen : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,0/5, et des critiques spectateurs à 2,4/5[2].

Pour Thomas Sotinel du Monde, « ce que met en scène Les Proies n'est pas l’effet de cette profusion de regards sur le personnage masculin, qui reste quasiment secondaire, malgré son monopole (on ne verra pas d’autre homme) et son temps de présence à l'écran. Ce sont plutôt les tourments, les extases, les calculs et les aspirations qui saisissent les occupantes de la grande bâtisse hellénisante servant de décor à ce film dont le charme trouble reste discret, presque ténu, au risque de ne pas mettre en évidence la subtilité et la vigueur du propos de Sofia Coppola. »[3].

Pour Louis Guichard de Télérama, « au-delà d’un scénario quasi identique, deux grandes différences rendent les films complémentaires, presque symétriques. D’abord, Don Siegel s’identifie constamment à l’homme qui regarde les femmes, tandis que Sofia Coppola endosse le point de vue des femmes sur l’homme. Ensuite, le rayonnement d’Eastwood, la supériorité solaire qui émane de lui en font un manipulateur absolu, tandis que Colin Farrell, le soldat de la nouvelle mouture, moins magnétique, plus émouvant, semble taraudé par le doute et dégage une vulnérabilité de simple mortel. »[4].

Box-officeModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Cannes: prix de la mise en scène à Sofia Coppola pour "Les Proies" », sur Le Point, (consulté le 8 septembre 2017)
  2. « Les Proies », sur Allociné (consulté le 31 août 2017).
  3. Thomas Sotinel, « « Les Proies » : un homme et sept femmes en mal d’émois », sur Le Monde, (consulté le 8 septembre 2017)
  4. Louis Guichard, « Les Proies », sur Télérama, (consulté le 8 septembre 2017)
  5. JP-Boxoffice.com ; page du film Les Proies consulté le 17 septembre 2017.

AnnexesModifier