Les Cayes (ville)

commune d'Haïti
(Redirigé depuis Les Cayes)

Les Cayes
Les Cayes (ville)
Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption.
Administration
Pays Drapeau d'Haïti Haïti
Département Sud
Arrondissement Les Cayes
Démographie
Population 125 799 hab. (est.2009)
Densité 574 hab./km2
Géographie
Coordonnées 18° 11′ 37″ nord, 73° 45′ 01″ ouest
Superficie 219,11 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haïti
Voir sur la carte administrative d'Haïti
City locator 14.svg
Les Cayes
Géolocalisation sur la carte : Haïti
Voir sur la carte topographique d'Haïti
City locator 14.svg
Les Cayes

Les Cayes est une commune d'Haïti, chef-lieu du département du Sud et de l'arrondissement des Cayes dans la péninsule de Tiburon. Elle est la troisième ville de la République d’Haïti[pas clair].

GéographieModifier

La ville est bâtie au bord de la baie des Cayes à l'embouchure de la rivière de la Ravine du Sud, sur la rive gauche de celle-ci.

Face à la ville portuaire des Cayes, s'élève, au large, l'île à Vache.

Communes limitrophesModifier

  Camp Perrin Maniche  
N Cavaillon
O    Les Cayes    E
S
Torbeck Baie des Cayes
Île-à-Vache

DémographieModifier

La commune est peuplée de 125 799 habitants[1](recensement par estimation de 2009), dont 71 236 habitants pour la ville elle-même.

HistoireModifier

 
Plan de la ville des Cayes dans l'Ile St-Domingue (1786)

La ville des Cayes a été fondée à l'emplacement de Salvatierra de la Zabana (« Terre sauvée des eaux »), un bourg espagnol créé durant le gouvernement de Nicolás de Ovando en 1503. Le site est abandonné dans le courant du XVIIe siècle.

La Compagnie de Saint-Domingue, chargée à partir de 1698 par Louis XIV de la mise en valeur du sud de la colonie de Saint-Domingue est à l'origine de la renaissance du site urbain des Cayes, qui prend de l'importance vers 1750. La prise de Saint-Louis-du-Sud par les Anglais en 1748 déplace le centre de gravité du sud de Saint-Domingue vers Les Cayes qui, à la fin du XVIIIe siècle, est le troisième port de la colonie, derrière le Cap-Français et Port-au-Prince.

Le et le , la ville est dévastée par des cyclones. Avant la révolution, Les Cayes était une ville tranquille au sud-ouest de Saint-Domingue, où les tensions nées de l’esclavage n'étaient pas aussi grandes que dans la capitale et dans le nord de l’île.

Après l'indépendance en 1804, le port des Cayes est durant le XIXe siècle parmi les principaux ports d'Haïti. L'activité portuaire et d'import-export aux Cayes s'effondre à partir des années 1920 au profit de Port-au-Prince, puis disparaît dans les années 1950.

En 2003, la ville des Cayes a fêté les 500 ans de sa fondation.

PolitiqueModifier

La ville des Cayes est gérée par un conseil communal dirigé par Marie Michelle Sylvie Rameau[2]

ÉconomieModifier

Les Cayes possède un aéroport : l'aéroport Antoine-Simon. Il existe de multiples plages aux alentours du département du Sud et particulièrement de la ville des Cayes. L'une des plages les plus réputées est Gelée ou chaque année, le , on fête la patronale de la ville.

Dans la ville même et dans les environs il y a plusieurs usines de transformation du vétiver en huiles destinées à l'exportation. Tout autour de la ville beaucoup de bonnes terres agricoles produisent du maïs, du riz et de la canne-à-sucre, maintenant en voie de disparition.

AdministrationModifier

La commune est composée de 6 sections communales: Bourdet, Fonfrède, Laborde (dont le quartier « Laborde »), Laurent, Mercy et Boulmier.

CultureModifier

La ville possède un centre culturel dénommé « Centre Culturel Saint-Louis », d'une capacité de 300 places environ. Il faut mentionner aussi l’existence de clubs folkloriques comme le Club Avenir et les Tirailleurs.

EnseignementModifier

Le département compte cinq universités ou centres universitaires :

  • l'université Notre-Dame d'Haïti / Faculté d'agronomie (UNDH/FA), qui est une entité de la Conférence épiscopale de l'Église catholique d'Haïti ;
  • l'American University of the Caribbean (AUC) / faculté d'agronomie/ faculté de génie civil/ sciences comptable et langues vivantes, qui est une entité de l'Église catholique d'Haiti et du gouvernement des États-Unis ;
  • l'Université Publique du Sud Aux Cayes(UPSAC) ;
  • l'école de droit et des sciences économiques des Cayes (EDSEC) ;
  • l'université episcopale d'Haïti / Business and Technology Institute (UNEPH) / (BTI).
  • université lumière de la MEBSH, faculté d'agronomie/ faculté de génie civil / école de technologie médicale

Au niveau secondaire, la ville compte deux lycées :

  • le lycée Philippe Guerrier ;
  • le lycée Claudy Museau.

Ainsi que plus d'une vingtaine d'écoles privées. Parmi celles-ci, on peut citer les plus remarquées : les collèges Saint-Jean, Externat Saint Joseph, Frère Odile Joseph et Frère Fabien Caron tous les trois sont gérés par l'Église catholique.

On trouve également :

  • le Complexe éducatif moderne (CEM), dirigé par des Normaliens issus de l'École Normale Supérieure de Port-au-Prince de l'université d'État d'Haïti (UEH),
  • le collège Horace Pauléus Sannon, du nom d'un ancien historien et écrivain haïtien, Le collège Pierre Corneille, le collège Lysius Félicité Salomon Jeune fondé et dirigé par Pierre Gardy Thomas, le collège évangélique de Simon dirigé par la Mission évangélique Baptiste Lumière d'Haiti/MEBLH.

On peut aussi rappeler une des écoles qui a toujours fait l'honneur du département du Sud : le collège Mazenod, situé à Camp-Perrin.

Sans oublier, bien sûr, L'école de musique Louis Achille Othello Bayard, fondé et dirigé par le professeur Lubien Macome.

MédiasModifier

TélédiffusionModifier

La ville compte stations de télévision :

RadiodiffusionModifier

La ville et ses environs comptent plus 20 stations de Radio Diffusion autorisée :

www.radiofraternite.info

Religions et spiritualitesModifier

Avec la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption, la ville est le siège d'un diocèse de religion catholique.

A cote de l'Eglise Catholique , on retrouve l'Eglise episcopale et des missions protestantes. Parmi ceux qui ont le plus de membres on peut mentionner la Mission évangélique Baptiste Lumière d'Haïti (MEBLH), l'Église de Dieu, L’Eglise de Dieu de la Prophétie, l’Eglise adventiste du 7e jour, la Mission Béthanie, la mission Bethesda, l’Eglise Méthodiste, l’Eglise Luthérienne, l’Eglise de Jésus-Christ des Saint des derniers jours. Certaines de ces missions comptent jusqu’à trois temples au niveau de la Ville et fournissent à la population des appuis socioéconomiques en termes d’éducation, santé et accès à la micro finance.  

La ville des Cayes dispose également de 2 loges maçonniques.

Lors du séisme du 14 Aout 2012, certains temples ont subi des dommages assez importants qui limitent dans certains cas l’utilisation de ces édifices.

SportsModifier

Le sport favori de tous les Cayens est le football, qui connaît des hauts et des bas à ce niveau. L'un des joueurs qui a marqué l'histoire de la ville et d'Haïti est Jean Joseph Mathelieu. Il a été champion de la CONCACAF avec le club de Port-au-Prince, le Violette Athletic Club (VAC) en 1984. A cote des parcs scolaires, la ville compte deux grands pistes sportives: le Land des Gabions et le Parc Larco.
Dans les années 1980, la ville a connu des moments de gloire en cyclisme avec beaucoup d'athlètes de grand niveau.

Personnalités liées aux CayesModifier

RéférencesModifier

NotesModifier

  1. [PDF] (fr) Population totale, par sexe et population de 18 ans et plus estimées en 2009, au niveau des différentes unités géographiques sur le site de l'Institut haïtien de statistique et d'informatique (IHSI)
  2. Jordany Junior Verdieu, « Faute de budget, le carnaval des Cayes n'a pas eu lieu », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  3. www.radiomacayahaiti.net
  4. www.tele6univershaiti.com
  5. www.telelabrise.com
  6. www.radiomacayahaiti.net
  7. « LA BRISE FM |104.9 STEREO * CAMP-PERRIN, HAITI || LA RADIO BIEN PENSEE » (consulté le )

BibliographieModifier

  • Guy Lasserre, Paul Moral, Pierre Usselman (dir.), Atlas d'Haïti, Université de Bordeaux 3, Centre d'Études de Géographie Tropicale, 1985.

Liens externesModifier