Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnaud.
Les Arnaud
Réalisation Léo Joannon
Scénario Léo Joannon
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 95 minutes
Sortie 1967

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Arnaud est un film franco-italien réalisé par Léo Joannon en 1967.

SynopsisModifier

Henri Arnaud, célibataire généreux, est juge au tribunal d'enfants d'Aix-en-Provence. André Arnaud, étudiant en droit, sans grandes ressources, sympathise avec le magistrat, mais est réduit à emprunter de l'argent à M. Jassoron, un antiquaire des plus équivoques, tout prêt à le faire chanter. Le jeune homme le tue. Amoureux de la belle Lætitia, peu disposé à se dénoncer, André berne les policiers. Mais le juge n'est pas dupe et le traque sans relâche. D'abord révolté, André comprend tout à coup qu'Henri Arnaud souhaite l'adopter pour l'aider à supporter la prison. Cela se fera. André, lui-même, acceptera de payer sa dette, fort d'être soutenu dans l'épreuve par son bienfaiteur.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

CommentairesModifier

Le film est en fait une sorte d'adaptation libre de Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski. Le personnage d'Adamo est le pendant de Raskolnikov et Bourvil campe une version moderne et française du juge Porphyre Petrovitch.

Bourvil campe ici un rôle dramatique, mais semble garder une pointe d'humour. Pour détendre l'atmosphère du tribunal pour enfants, Henri Arnaud (Bourvil) mange et offre des caramels Galéjade de La Pie Qui Chante. Il en offre à ses assesseurs, à André Arnaud, seul Jassoron refuse des caramels pour son neveu Bruno, la victime. Lorsqu'André Arnaud s'étonne de l'hostilité d'Henri Arnaud envers l'antiquaire Jassoron, le juge Arnaud dit en plaisantant : « c'est parce qu'il n'aime pas les caramels ». Il mimera également un lapin pour amuser le jeune berger accusé : Ange Martin.

Liens externesModifier