Le Prix du danger (film)

film sorti en 1983

Le Prix du danger est un film d'anticipation franco-yougoslave réalisé par Yves Boisset et sorti en 1983.

Le Prix du danger

Réalisation Yves Boisset
Scénario Yves Boisset
Jean Curtelin
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Genre anticipation
Durée 100 minutes
Sortie 1983

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Satirique envers les médias télévisés, préfigurant la télé-réalité, le scénario, très cynique, est basé sur la nouvelle de Robert Sheckley, Le Prix du danger (The Prize of Peril), un pamphlet social où l'avenir des jeux télévisés est un retour à la cruauté de l'Antiquité décadente. Le film est une critique directe des producteurs de jeux télévisés, de la publicité et de la société déshumanisante.

Le rôle principal est initialement proposé à Patrick Dewaere mais il ne le jouera pas, l'acteur ayant mis fin à ses jours quelques mois avant le début du tournage.

Synopsis modifier

Accroche modifier

Dans un futur proche, un jeu télévisé intitulé Le Prix du danger fait fureur. Les règles sont simples : un homme doit parvenir à rejoindre un endroit secret, en échappant à cinq traqueurs chargés de le tuer. Si le candidat gagne, il se voit attribuer la somme de 1 million de dollars, ce qui n'est encore jamais arrivé... Le tout se déroule en pleine ville, filmé et retransmis en direct sur la chaîne de télévision CTV. François Jacquemard, un jeune chômeur, veut sortir de son quotidien morose et malgré les réticences de sa compagne, Marianne, décide de participer au jeu.

Résumé détaillé modifier

Dans un futur proche, la chaîne de télévision CTV profite d'un flou juridique sur le suicide assisté pour lancer une nouvelle émission : Le Prix du Danger. En pleine ville, un homme doit rejoindre un endroit secret tout en étant poursuivi par cinq autres candidats armés, chargés de le tuer. Si le candidat survit pendant quatre heures, il gagne un million de dollars. Aucun candidat n'y est jamais parvenu lors des trois premières diffusions. Malgré les critiques exprimées par des associations comme celle d’Élisabeth Worms, l'émission connaît un succès croissant.

Pour la quatrième émission, trois candidats sont retenus pour les éliminatoires, notamment François Jacquemard, un jeune chômeur. Bien que sa petite amie, Marianne, désapprouve sa participation, François pense sincèrement que cela leur permettrait de se mettre à l'abri du besoin. Quelques jours plus tard, François et ses adversaires se retrouvent sur une piste de vol où les attendent des avions. Une fois en l'air, chaque pilote s'éjectera et les candidats devront faire atterrir les machines par leur propre moyen.  À l'issue du crash de l'un et l'abandon de l'autre, François est qualifié. Dans le même temps, Elisabeth tente de faire interdire l'émission par décision de justice mais sa demande est rejetée, le juge prétextant le peu de preuves qu'elle avance.

Le jeu pouvant se dérouler sans accrocs, François et les chasseurs sont présentés aux téléspectateurs. François est ensuite largué en haut d'un gratte-ciel et constate différentes réactions des habitants qu'il rencontre : si quelques « bons samaritains » l'aident à semer ses poursuivants, la plupart des citoyens essayent de le ralentir par pur sadisme. Lors d'une poursuite dans le métro, un premier chasseur est tué en marchant sur un rail électrifié. François ne doit sa survie qu'à une automobiliste qui le prend en stop dans un tunnel. Il la reconnaît comme étant l'une des productrices de l'émission, Laurence Ballard, et comprend que l'émission est truquée : le candidat survit grâce aux « bons samaritains » fournis par l'émission et est systématiquement tué dix minutes avant la fin du délai de quatre heures, pour accroître les revenus publicitaires. François sort de la voiture et lui crie qu'il jouera dorénavant selon ses propres règles.

Se réfugiant dans un chantier, François est attaqué par deux veilleurs de nuit et utilise un ascenseur pour se mettre à l'abri sur un immeuble en construction. L'un des chasseurs tente de l'attaquer mais François se défend et le tue. Frédéric Mallaire, le présentateur, s'insurge car le chassé n'a pas le droit de se défendre mais François n'hésite pas à tuer un troisième chasseur. Il décide d'épargner le quatrième, qui le supplie de ne pas appuyer sur la détente. Le dernier chasseur, faute de balles et ayant été humilié par François, tente de l'écraser avec un camion mais meurt dans un accident.

Face à cette situation inédite, Antoine Chirex, P-DG de CTV, demande que François soit ramené sur le plateau. François prend alors en otage Mallaire, demande à toucher son argent et que Ballard vienne le rejoindre pour avouer aux téléspectateurs que l'émission est truquée. La productrice joue le jeu mais se ravise en prétextant que François n'est pas dans son état normal, pendant que ce dernier est maîtrisé par la sécurité. François est emmené dans une ambulance qui disparaît dans la nuit. Laurence promet que les prochaines émissions seront encore plus violentes et que François aura l'honneur de pouvoir à nouveau y participer, sous les clameurs du public.

Fiche technique modifier

Distribution modifier

Autour du film modifier

  • La nouvelle a été adaptée pour la première fois en 1970 par le réalisateur Tom Toelle dans le téléfilm allemand Le Jeu des millions (en), soit treize ans avant Yves Boisset.
  • Le rôle principal doit être tenu par Patrick Dewaere mais celui-ci se suicide quelques mois avant le début du tournage[3].
  • Le film a été tourné à Paris et à Belgrade, en Yougoslavie.
    • L'extérieur des studios de CTV est le Centre Sava de Belgrade.
    • La station de métro Place Conrad est la gare de la Défense, on y voit des MS 61 qui circulent à cette époque sur le RER A.
    • Gérard Lanvin est déposé en hélicoptère sur le toit de la tour Genex à Belgrade.
    • Gérard Lanvin a une doublure pour certaines scènes.
  • Le film est diffusé aux Dossiers de l'écran, le , suivi du débat ayant pour thème : « Quelle télévision pour demain ? »[4],[5].
  • Il y a dans le film un caméo un peu particulier, puisque Yves Boisset apparaît sur les photos présentant le héros lors de son service militaire.
  • Le film, dans son esthétique (les architectures froides, les uniformes des participants, le décor de l'émission avec écran géant) et dans sa structure globale (les interludes musicaux, les chorégraphies des danseuses), s'inspire beaucoup du téléfilm Le Jeu des millions (en). D'ailleurs, au début du film, si on regarde attentivement l'arrière-plan on peut voir un camion portant l'inscription Osnabrück, qui était le lieu de tournage du téléfilm allemand.

Box-office modifier

Le film sort en salles le , il totalise 1 388 858 entrées (dont 363 328 à Paris)[6]

Vidéothèque modifier

Longtemps indisponible en DVD et Blu-Ray, le film est disponible sur support DVD depuis le .

Le film est sorti en blu-ray en 2024, dans une copie restaurée 4K.

Controverse modifier

Le scénario du film de 1983 est basé sur la nouvelle de Robert Sheckley, Le Prix du danger (The Prize of Peril), publié en 1958. En 1987 sort le film américain Running Man de Paul Michael Glaser, qui présente de nombreuses similitudes avec le film de Yves Boisset. Dans les années 1990, une plainte de l'équipe du Prix du danger est déposée à l'encontre de Running Man pour plagiat. Glaser déclare s'être inspiré pour son film d'un roman de Stephen King sorti en 1982, publié sous le pseudonyme de Richard Bachman, Running Man (The Running Man). Les plaignants remportent le procès en première instance, perdent en appel, puis gagnent en cassation. Néanmoins, ils ont beaucoup de mal à obtenir le dédommagement financier demandé s'élevant à plus d'un million de francs, soit plus de 150 000 [7],[8]. Les procédures, longues, surtout en frais d'avocats, aboutissent à de faibles dommages financiers pour les plaignants.

Notes et références modifier

  1. Le Monde, « Interdit aux moins de treize ans », Le Monde,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  2. « Visas et Classification - CNC », sur cnc.fr via Internet Archive (consulté le ).
  3. Selon les déclarations de Claude Lelouch, Bertrand Blier et Yves Boisset dans le film de Marc Esposito (de 28 min 40 s à 47 min) et la biographie de Jean-Marc Loubier, La Frayeur de vivre, p. 263-271.
  4. « Quelle télévision pour demain ? » [archive du ], Les dossiers de l'écran, sur ina.fr, (consulté le ).
  5. « Les Dossiers de l'écran : Quelle télévision pour demain ? »  , sur la plateforme SVOD de l'INA (madelen) (consulté le )
  6. « Le Prix du danger (1983) - JPBox-Office », sur www.jpbox-office.com (consulté le )
  7. Secrets de tournage, Le remake américain sur allocine.fr, vu le 5 mars 2014
  8. Interview vidéo d'Yves Boisset (à 6:26), sur allocine.fr, vu le 5 mars 2014

Liens externes modifier