Ouvrir le menu principal

Le Combat syndicaliste

journal officiel de la la Confédération générale du travail - Syndicaliste révolutionnaire de 1926 à 1939 puis de la Confédération Nationale du Travail (CNT) depuis 1947

Le Combat syndicaliste
Image illustrative de l’article Le Combat syndicaliste

Langue français
Périodicité hebdomadaire
Genre presse syndicale
Date de fondation décembre 1926
Date du dernier numéro août 1939
Ville d’édition Paris - Lyon - Saint-Étienne - Limoges

Propriétaire Confédération générale du travail - Syndicaliste révolutionnaire

Le Combat syndicaliste
Image illustrative de l’article Le Combat syndicaliste

Langue français et espagnol[1]
Périodicité mensuel
Genre presse syndicale
Date de fondation avril 1947
Ville d’édition Paris - Marseille

Propriétaire Confédération Nationale du Travail
ISSN 0754-0574
Site web Le Combat syndicaliste

Le Combat syndicaliste est un organe de presse syndicaliste révolutionnaire et anarcho-syndicaliste qui désigne :

Éléments historiquesModifier

Première époqueModifier

Fondé le 1er décembre 1926, Le Combat syndicaliste est à l'origine l'organe confédéral de la Confédération générale du travail - Syndicaliste révolutionnaire (CGT-SR)[2]. Le titre disparait en août 1939, du fait de l'interdiction du syndicat[3],[4],[5],[6]

Selon l'historien Benjamin Stora, « le journal paraît irrégulièrement jusqu'en avril 1933 (numéro 62). La nouvelle série qui va jusqu'au numéro 200 (19 mars 1937) est d'une remarquable régularité »[7]

Selon l’étude de Samuel Jospin en 1974, La CGTSR à travers son journal (1916-1937), l’expression syndicalisme révolutionnaire est petit à petit abandonnée dans Le Combat syndicaliste au profit du terme anarcho-syndicalisme, synthèse d’anarchisme et du syndicalisme[8].

Deuxième époqueModifier

Après la Seconde Guerre mondiale, le 9 octobre 1945, se tiennent les premières assises du Mouvement libertaire français. Maurice Joyeux remarque à cette occasion que « Le Mouvement libertaire, fédérait trois tendances représentées par trois journaux : Ce qu'il faut dire, qui rassemblait Louis Louvet et ses amis ; Le Combat syndicaliste, organe de la minorité anarcho-syndicaliste de la CGT, animé par Pierre Besnard et Le Libertaire, organe de la Fédération anarchiste. »[9].

D'abord publié clandestinement, Le Combat syndicaliste reparait légalement en avril 1947, comme « organe officiel de la Confédération nationale du travail, section française de l'Association internationale des travailleurs », montrant ainsi une certaine continuité entre la CGT-SR et la CNT[10],[11],[12],[13],[14].

L'influence espagnoleModifier

Dès sa fondation en 1947, des libertaires espagnols en exil contribuent de manière significative à la vie du journal[15].

De 1947 à 1956, Le Combat Syndicaliste est publié de façon très irrégulière. À partir de cette année, il devient l'organe commun bilingue des CNT espagnole et française, et parait régulièrement, selon un rythme hebdomadaire[16].

En 1961, le gouvernement français interdit la publication de plusieurs titres de la presse anarchiste spécifiquement espagnole éditée en France (CNT, Solidaridad Obrera et España Libre). Les anarcho-syndicalistes renforcent encore les liens avec Le Combat Syndicaliste, qui paraît également en espagnol en parallèle[17],[18],[19].

ThèmesModifier

Le journal est rédigé par des syndiqués volontaires et bénévoles.

La publication traite de sujets d'actualité, propose des dossiers thématiques (code du travail, protection sociale, prud’hommes, réduction du temps de travail) et se fait le relais de luttes sociales en cours au niveau national et international[20].

C'est aussi sous ce nom d'éditeur que la CNT fait paraître diverses publications, dont des ouvrages ou revues spécifiques[10],[21].

Le 15 mai 2004, le groupe de punk rock Bérurier noir participe à un concert de soutien au journal. Des extraits de ce concert sont repris sur l'album L'Opéra des loups[22].

Collaborateurs notoiresModifier

PublicationsModifier

Ouvrages publiésModifier

  • Hem Day, Histoire du chant de L'Internationale, Paris, Le Combat syndicaliste, 1970[33].
  • Max Nettlau, El lugar de las ideas libertarias en la serie de las liberaciones humanas, Paris, Le Combat syndicaliste, 1970.
  • André Prudhommeaux, Dori Prudhommeaux, La Catalogne libre (1936-1937), Paris, Le Combat syndicaliste, 1970.

Articles notoiresModifier

Reproductions en fac-similéModifier

Le bibliothèque virtuelle de l'Universidade Estadual Paulista Júlio de Mesquita Filho de l'État de São Paulo (Brésil) reproduit en fac-similé quelques numéros avec ce commentaire : « Anarchiste et révolutionnaire, le journal lutte contre le fascisme et les forces répressives de l'État. Il aborde des thèmes tels que l'anarcho-syndicalisme, des informations du mouvement libertaire international et des communiqués de la Confédération nationale du travail (France et Espagne). »

En françaisModifier

  • Le Combat Syndicaliste, 1962, no 176, [lire en ligne].
  • Le Combat Syndicaliste, 1963, no 265, [lire en ligne].
  • Le Combat Syndicaliste, 1964, no 279, [lire en ligne].
  • Le Combat Syndicaliste, 1964, no 329, [lire en ligne].
  • Le Combat Syndicaliste, supplément illustré, 1965, no 336, [lire en ligne].
  • Le Combat Syndicaliste, supplément illustré, 1965, no 338, [lire en ligne].
  • Le Combat Syndicaliste, supplément illustré, 1968, no 488, [lire en ligne].

En espagnolModifier

  • Le Combat Syndicaliste, supplément illustré, 1964, no 304, [lire en ligne].

Autres reproductions en fac-similéModifier

  • Le Combat Syndicaliste, plusieurs parutions de 1954 avec en épigraphe : « L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes », [lire en ligne].

Notes et référencesModifier

  1. Roland Biard, Histoire du mouvement anarchiste en France : 1945-1975, Éditions Galilée, 1976, page 95.
  2. Kathryn E. Amdur, La tradition révolutionnaire entre syndicalisme et communisme dans la France de l'entre-deux-guerres, Le Mouvement social, avril 1987, note 62.
  3. René Bianco, 100 ans de presse anarchiste : Le Combat syndicaliste, organe officiel de la Confédération générale du travail-Syndicaliste révolutionnaire, AIT (CGT-SR).
  4. Centre international de recherches sur l'anarchisme (Lausanne) : Le Combat syndicaliste : Organe de la C.G.T.S.R., Lyon, France.
  5. (notice BnF no FRBNF32744630) : Le Combat syndicaliste : organe officiel de la Confédération générale du travail syndicaliste révolutionnaire.
  6. Institut international d'histoire sociale (Amsterdam) : Le combat syndicaliste : organe officiel de la Confédération Générale du Travail (CGT), Syndicaliste, révolutionnaire.
  7. Benjamin Stora, La gauche socialiste, révolutionnaire, et la question du Maghreb, au moment du Front populaire (1935-1938), Revue française d'histoire d'outre-mer, tome 70, no 258-259, 1er et 2e trimestres 1983, page 60, lire en ligne.
  8. Claire Auzias, La CGTSR, 1926-1928 : un épisode de décentralisation syndicale, Le Mouvement social, octobre 1988, page 65, note 44.
  9. Maurice Joyeux, L'Hydre de Lerne, Fédération Anarchiste, 1996, p. 3-4.
  10. a et b « Le Combat syndicaliste (Paris) - Périodique - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 23 mai 2018)
  11. (notice BnF no FRBNF34386289) : Le Combat syndicaliste : organe officiel de la Confédération nationale du travail, Section française de l'Association internationale des travailleurs.
  12. René Bianco, 100 ans de presse anarchiste : Le Combat syndicaliste, organe officiel de la CNT section française de l’AIT.
  13. Centre international de recherches sur l'anarchisme (Lausanne) : Le Combat syndicaliste : Organe de la CNT, Paris, France.
  14. Institut international d'histoire sociale (Amsterdam) : Le combat syndicaliste : organe officiel de la Confédération Nationale du Travail (CNT), Section franc̜aise de l'Association Internationale des Travailleurs (AIT).
  15. Jean Maitron, Alain Droguet, La Presse anarchiste française de ses origines à nos jours, Le Mouvement social, no 83, avril-juin 1973, Éditions ouvrières, page 20.
  16. Óscar Freán Hernández, Les exilés anarchistes espagnols en France. Un paradigme de militantisme transnational, Modern & Contemporary France, Volume 24, 2016, p. 127-142, lire en ligne.
  17. http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=039649113
  18. http://www.worldcat.org/title/combate-sindicalista-le-combat-syndicaliste/oclc/237804200&referer=brief_results
  19. Geneviève Dreyfus-Armand, L'émigration politique espagnole en France après 1939. Les fonds de la BDIC, Matériaux pour l'histoire de notre temps, no 3-4, 1985, page 86.
  20. « Le combat syndicaliste », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  21. « Résultats pour 'Le Combat syndicaliste (Paris)' [WorldCat.org] », sur www.worldcat.org (consulté le 25 mai 2018)
  22. Bérurier Noir, « L'Opéra des loups », sur beruriernoir.fr, .
  23. Jean Maitron, Guillaume Davranche, « BESNARD Pierre [Eugène, Pierre Besnard, dit] », sur Dictionnaire des anarchistes.
  24. Bianco, René Louis (1941-2005), « Bianco (Bi 0557-0558). Le Combat syndicaliste : organe officiel de la Confédération générale du travail-Syndicaliste révolutionnaire, AIT (CGT-SR) », sur bianco.ficedl.info (consulté le 27 mai 2018)
  25. Collectif Sarka-SPIP, « SCHAPIRO (ou SHAPIRO), Alexandre, M. « SANYA » - Dictionnaire international des militants anarchistes », sur militants-anarchistes.info (consulté le 27 mai 2018)
  26. « LAPEYRE Paul - Maitron », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 27 mai 2018)
  27. Trois petites lettres, Le Combat syndicaliste, avril 1947, in Brassens libertaire, articles de presse sur georges-brassens.fr.
  28. Bertrand Dicale, Brassens ?, Flammarion, 2011, page 17.
  29. « BERNARD André [Dictionnaire des anarchistes] - Maitron », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 25 mai 2018).
  30. « LAMBERET Jeanne, Renée, Yvonne [Dictionnaire des anarchistes] - Maitron », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 25 mai 2018).
  31. « PERRIER Élisée [Dictionnaire des anarchistes] - Maitron », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 25 mai 2018).
  32. Collectif Sarka-SPIP, « VILLARD, René [VEILLARD, Gabriel dit] - Dictionnaire international des militants anarchistes », sur militants-anarchistes.info (consulté le 25 mai 2018).
  33. WorldCat - notice

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

Liens externesModifier