Ouvrir le menu principal

Outre-mers

revue scientifique française

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Outremer.

Outre-mers. Revue d’histoire
Pays France
Langue Français
Périodicité Biannuel
Genre Revue scientifique
Prix au numéro 32€
Date de fondation 1913
Éditeur Société française d’histoire des outre-mers
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Hugues Tertrais
Rédactrice en chef Colette Zytnicki, Isabelle Surun
Comité éditorial Christine Mussard, Julie d'Andurain, Jacques Dumont, Odile Goerg, Xavier Huetz de Lemps.
Site web [1]

Outre-mers. Revue d’histoire est une revue française semestrielle, créée en 1913 sous le titre Revue de l’histoire des colonies françaises.

HistoireModifier

Entre 1913 et 1930, la Revue de l’histoire des colonies françaises est proche des administrations et entreprises coloniales, elle était alors consacrée à la valorisation culturelle de la colonisation française.

Entre 1931 et 1958, elle s'est appelée Revue d’histoire des colonies, puis entre 1959 et 2000 Revue française d’histoire d’outre-mer et enfin, depuis 2001, Outre-mers,. Revue d’histoire[1].

RédactionModifier

Évolution récenteModifier

Actuellement, c’est une équipe d’universitaires aux spécialités diverses qui a pris la relève d’administrateurs, d’hommes politiques, de chefs de grandes entreprises, même si certains d’entre eux figurent parmi leurs membres. Ils se sont fixé pour tâche d’accorder la parole à des historiens quelles que soient leurs opinions, leurs professions, leurs origines afin de participer à construire, avec des travaux de qualité, l’histoire d’une humanité complexe.

Le président est Hughes Tertrais, professeur émérite à Sorbonne Université, successeur d'Hélène d'Almeida-Topor en 2014.

Aujourd’hui, la Revue est animée par deux rédactrices en chef, Colette Zytnicki et Isabelle Surun, successeures de Bernard Droz.

Elles sont conseillées et assistées par un comité de rédaction et un conseil scientifique – ce qui fait d’Outre-Mers. Revue d’histoire une « revue à comité de lecture », bien classée dans les évaluations académiques concernant les revues qui paraissent en langue française.

Elle compte deux numéros doubles par an, chacun comportant une partie thématique, des Varia ou ensemble d’articles présentant des recherches en cours, un document provenant de préférence des sources archivistiques, des comptes rendus substantiels et des annonces. Pour aborder l’histoire des continents, les thèmes fédérateurs ont évolué : à travers eux s’établissent des réflexions engendrées par les mouvements de colonisation puis de décolonisation, et maintenant, surtout, sur l’histoire en construction des pays devenus indépendants. Parmi les grandes régions du monde auxquelles la SFHOM a plus particulièrement accordé son attention est Haïti, d’où beaucoup d’habitants sont partis vers d’autres destinations à la fin du XVIIIe siècle. Sont évidemment pris en compte les divers territoires de l’Afrique, l’Asie, surtout celle du Sud-Est, les Amériques, les mondes océanien et Pacifique où se jouent de nouvelles cartes historiques.

Contenu thématiqueModifier

Outre-Mers. Revue d’histoire présente des thèmes qui représentent l’évolution et l’enrichissement des recherches, tant coloniales que postcoloniales, en mobilisant nombre de champs, immatériels (enseignements et coopération, religions, etc.) ou matériels (histoire économique, histoire sociale). Elle réussit peu ou prou à coller au mieux au renouvellement des recherches, bien qu’elle se refuse à se rattacher à une « chapelle » – et la crise interne vécue par l’association en 2008 l’a heureusement préservée d’un tel risque – ou à un centre de recherche particulier. Elle se veut fédératrice des différents courants de pensée, d’investigation, de modes conceptuels, sans négliger aucune piste de réflexion.

La Société accorde toujours la priorité aux publications sur l’outre-mer, accueillant dans la revue et dans les ouvrages des synthèses, des réflexions, des perspectives nouvelles rédigées par des chercheurs d’horizons variés. Ces publications sont lues et consultées par un lectorat de tous âges et de toutes conditions, aux multiples origines géographiques, avec beaucoup d’universitaires, certes, mais également des érudits, des communautés académiques, des sociétés savantes, et des familles qui y recherchent trace de leur passé.

Dans le sillage de la grande journée d’étude qui a marqué la célébration de son centenaire en 2012, la SFHOM organise chaque année, depuis 2014, une journée d’étude thématique ; ses actes sont ensuite publiés dans un numéro spécial de la Revue. Deux journées d’étude ont été consacrées ainsi à la Première Guerre mondiale (pendant, puis après, la Grande Guerre) et une autre au « corps en situation coloniale ». En outre, la SFHOM a organisé une demi-journée d’étude, Partir dans les outre-mers coloniaux, lors des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois au début d’octobre 2016 (à paraître aux Indes savantes en 2018).

Futures recherchesModifier

L’équipe animant la SFHOM a entrepris de réfléchir aux orientations stratégiques de la Revue, par rapport aux grands courants thématiques et aux problématiques qui font vivre la vie académique et intellectuelle sur l’histoire ou les histoires des divers empires, à tous les niveaux sociétaux et sociaux, pour tous les aspects de la vie, de l’évolution, de l’économie, des mentalités, des idéologies dans les empires et dans les Métropoles. Des inflexions apparaîtront ainsi dans les années qui viennent, grâce à cet effort collectif de méditation sur l’enrichissement thématique et méthodologique des travaux académiques soutenus par la Revue.

Thème des numéros récentsModifier

·                    2010-1 (sous la direction de Viviane Fayaud & Jean-Marc Regnault), Images et pouvoirs dans le Pacifique.

·                    2010-2 (sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch & Hélène d’Almeida-Topor), Cinquante ans d’indépendances africaines.

·                    2011-1 (sous la direction de Maria Romo-Navarrete & Sarah Mohamed-Gaillard), Le contact colonial dans l’empire français aux xixe et xxe siècles.

·                    2011-2 (sous la direction de Chantal Metzger), Les Allemagnes et l’Afrique.

·                    2012-1 (sous la direction d’Hubert Bonin), Mayotte, un enjeu ultramarin.

·                    2012-2 (sous la direction d’Hubert Bonin, Bernard Droz & Josette Rivallain), Cent ans d’histoire des outre-mers. SFHOM, 1912-2012.

·                    2013-1 (sous la direction de Jacques Dumont, Benoît Bérard & Jean-Pierre Sainton) Les territoires de l’histoire antillaise.

·                    2013-2 : (sous la direction de Philippe Delisle), Missions chrétiennes et pouvoir colonial.

·                    2014-1 (sous la direction de Pierre Singaravélou & Hugues Tertrais), De Tientsin à Tianjin, internationalisation et patrimonialisation des concessions (1860-2030).

·                    2014-2 (sous la direction d’Odile Goerg & Marie-Albane de Suremain), Coopérants et coopération en Afrique : circulations d’acteurs et recompositions culturelles (des années 1950 à nos jours).

·                    2015-1 (sous la direction de Marcel Dorigny),  Raynal, les colonies, la Révolution française et l’esclavage.

·                    2015-2 : (sous la direction de Julie Marquet & Blake Smith) : L’Inde et les Français : pratiques et savoirs coloniaux.

·                    2016-1 (n°390-391) (sous la direction de Julie d’Andurain) : Les empires coloniaux dans la Grande Guerre.

·                    2016-2 (n°392-393) (sous la direction de Philippe Delisle) : La BD francophone et le tournant postcolonial.

·                    2017-1 (n°394-395) (sous la direction d’Hélène Chartron) : Enseignement supérieur et universités dans les anciens empires coloniaux : histoire et comparaisons (du xixe siècle aux indépendances).

·                    2017-2 (n°396-397) (sous la direction d’Anne Claire de Bonneville & Samia El Méchat) : La réforme politique en contexte impérial et colonial

Notes et référencesModifier

  1. « Outre-Mers. Revue d’histoire », sur persee.fr (consulté le 30 mai 2015)
  2. a et b « Composition du bureau et du comité directeur de la SFHOM », sur sfhom.com (consulté le 9 février 2016)

AnnexesModifier