Latécoère 523

avion militaire

Latécoère 523
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : France Latécoère
Rôle Hydravion d'exploration
Statut Retiré
Premier vol (Latécoère 521)
Mise en service
Date de retrait
Nombre construits 3
Équipage
jusqu'à 14 hommes
Motorisation
Moteur Hispano-Suiza 12Ybrs
Nombre 6 (4 avant, 2 arrière)
Type 12 cylindres en V
Puissance unitaire 890 ch
Dimensions
Envergure 49,31 m
Longueur 31,62 m
Hauteur 9,07 m
Masses
À vide 18 570 kg
Maximale 37 000 kg
Performances
Vitesse de croisière 230 km/h
Vitesse maximale 262 km/h
Plafond 6 300 m
Rayon d'action +6 000 km
Endurance 33 h
Armement
Externe 5 mitrailleuses Darne[1], 8 bombes de 75 kg et 4 bombes de 150 kg

Le Latécoère 523 est un hydravion d'exploration français de la Seconde Guerre mondiale dérivé des hydravions civils Latécoère 521 et Latécoère 522.

DescriptionModifier

Aile du type normal à double longerons, profil semi-épais. La partie centrale est à revêtement métallique. Les ailerons sont divisés en trois tronçons pour chaque demi-aile. Les nageoires sont articulées sur la coque et appuyées sur les mâts de cellule. Coque à deux redans ; la construction est du type longitudinal, elle est divisée par des seuils en 7 compartiments étanches.

PerformancesModifier

  • Vitesse maximale au niveau de l'eau : 245 km/h
  • Vitesse maximale à 2 400 m d'altitude : 262 km/h

Liste des avionsModifier

Les trois appareils sont affectés à l'escadrille E.6 de l'Aéronautique navale créée en à Lanvéoc-Poulmic.

  • Altaïr : Devant l'avancée allemande en , il est replié sur Biscarosse le , puis sur Port-Lyautey au Maroc le lendemain. Il retourne en métropole en rejoignant l'étang de Berre en septembre de la même année. Par la suite, il est affecté à l'escadrille E.4 de Dakar en . Faute de pièces détachées, il est réformé en .
  • Aldebaran : Immobilisé lors d'une révision en , il est sabordé dans la rade de Poulmic à l'approche des unités allemandes, le .
  • Algol : Le , il amerrit en urgence au large d'Ouessant suite d'une panne de carburant. En tentant de le remorquer, le torpilleur Boulonnais entre en collision avec l'hydravion qui, rendu irrécupérable, sera coulé au canon.

RéférencesModifier

Latécoère 523 sur le site Aviafrance