Langues indigènes du Brésil

Les langues autochtones du Brésil sont les langues parlées par les peuples autochtones du Brésil. Selon l'IBGE, il existe 274 langues autochtones[1].

ClassificationModifier

Parmi les langues indigènes du Brésil, les troncs linguistiques avec le plus grand nombre de langues sont le tupi et le macro-jê.

Il existe cependant des familles qui pourraient être identifiées comme liées à aucun de ces troncs. En outre, il y a certaines langues qui sont dans une catégorie "non classées". Pourtant, il y a les langues qui sont divisés en différents dialectes, par exemple, par la langue parlée par les cricatis, rancocamecrãs, apaniecras, gens Apinajé, craós, gaviões do oeste et pucobié-hawks, qui sont tous les dialectes de la langue Timbira. Il existe également une langue des signes indigène, la langue des signes Kaapor[2],[3],[4].

SituationModifier

Au Brésil, il existe des stations de radio dans les langues autochtones[5],[6],[7],[8].

Les langues des tribus indigènes brésiliennes sont parmi les plus menacées au monde selon une classification établie par la National Geographic Society et le Living Tongues Institute for Endangered Languages. Elles sont en train d'être remplacées par l'espagnol, le portugais et des langues indigènes plus fortes à la frontière brésilienne avec la Bolivie et le Paraguay, les Andes et la région du Chaco. [9] Par exemple: moins de 20 personnes parlent ofaié, et moins de 50 peuvent s'exprimer en guató : les deux langues sont parlées dans le Mato Grosso do Sul, près du Paraguay et de la Bolivie. La zone est considérée comme "à haut risque" pour les langues menacées d'extinction. Dans une autre zone à risque encore plus grand - «sévère» - seulement 80 personnes connaissent le Uaioró, une langue indigène parlée près de la rivière Guaporé à Rondônia.

Les scientifiques ont décrit cette partie du globe comme "l'une des plus critiques" pour les langues autochtones : elle est extrêmement diversifiée et mal documentée. Parmi les menaces figurent les langues régionales les plus fortes, telles que : le portugais en Amazonie brésilienne ; l'espagnol parlé en Bolivie ; et Quechua et Aymara dans les Andes boliviennes.

En mai 2019, le député fédéral Dagoberto Nogueira a présenté un projet de loi visant à instituer la co-officialisation de la deuxième langue, d'origine autochtone, dans toutes les municipalités brésiliennes qui ont des communautés autochtones[10],[11],[12],[13]. Le projet de loi a été approuvé par la Commission des droits de l'homme et des minorités de la Chambre des députés le 10 décembre 2019 [14],[15],[16].

Municipalités brésiliennes ayant une langue co-officielle autochtoneModifier

AmazoneModifier

Mato Grosso do SulModifier

RoraimaModifier

TocantinsModifier

Notes et référencesModifier

  1. IBGE, « IBGE | Indígenas | Brasil indígena | língua falada », sur indigenas.ibge.gov.br (consulté le 1er février 2016)
  2. Língua de Sinais Ka'apor Brasileira
  3. O fim do isolamento dos índios surdos
  4. Línguas de sinais de comunidades isoladas encontradas no Brasil
  5. Amazônia Brasil Rádio Web
  6. Web Rádio Brasil Indígena
  7. Programas de rádio indígena na internet
  8. Programa de Índio
  9. En peligro lenguas nativas de América, Noticieros Televisa, accédé le 5 octobre 2011.
  10. Projeto de lei oficializa segunda língua em municípios com comunidade indígena
  11. PL vai instituir língua indígena em todos os municípios brasileiros que possuem comunidades indígenas
  12. PL 3074/2019 - Projeto de Lei - Dagoberto Nogueira - PDT/MS
  13. Projeto de Lei 3074 de Dagoberto Nogueira, na íntegra
  14. Comissão aprova projeto que torna idioma indígena língua cooficial em municípios com aldeias, Câmara dos Deputados
  15. Comissão aprova projeto que torna idioma indígena língua cooficial em municípios com aldeias, Dourados Agora
  16. Comissão aprova projeto que torna idioma indígena língua cooficial em municípios com aldeias, CEDEFES
  17. Lei municipal oficializa línguas indígenas em São Gabriel da Cachoeira Page archivée accédée le 24 juillet 2020.
  18. a b et c Línguas indígenas ganham reconhecimento oficial de municípios
  19. Município do MS adota o guarani como língua oficial « Page archivée » (sur l'Internet Archive), , acessado em 24 de agosto de 2011
  20. Paranhos poderá ter a co-oficialização de uma língua Indígena, accédé le 24 août 2011
  21. Município de Roraima co-oficializa línguas indígenas Macuxi e Wapixana, page accédée le 1er septembre 2016.
  22. Wapichana e Macuxi viram línguas oficiais em município de Roraima
  23. Línguas indígenas Macuxi e Wapixana se tornam co-oficiais em município de Roraima
  24. Tocantínia passa a ter Akwê Xerente como língua co-oficial e recebe Centro de Educação Indígena, accédé le 21 juillet 2020.
  25. Tocantínia passa a ter Akwê Xerente como língua co-oficial

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • CAMPBELL, L. et GRONDONA, V. (Eds. ). Les langues autochtones d'Amérique du Sud : un guide complet. Berlin, Allemagne: Mouton de Gruyter, 2012, [1].
  • GREENBERG, Joseph. La langue dans les Amériques. Stanford: Stanford University Press, 1987, [2].
  • MATTOSO CÂMARA JR., Joaquim. Introduction aux langues autochtones brésiliennes. Rio de Janeiro: Musée national, 1965. [2e éd., 1965, par Livrara Acadêmica; 3e éd., 1977, par Ao Livro Técnico]
  • NIMUENDAJÚ, Curt. 1944. Carte ethno-historique du Brésil et des régions adjacentes. Belém, Musée E. Goeldi, 1944. [Réédité par IBGE, 1981, [3]. ]
  • Nikulin, Andrey; Fernando O. de Carvalho. 2019. Études diachroniques des langues indigènes brésiliennes: un aperçu. Macabéa - Journal électronique de Netlli, v. 8, n. 2 (2019), p. 255-305. ( PDF )

Articles connexesModifier

Liens externesModifier