Ouvrir le menu principal

La Petite Presse

journal français

La Petite Presse
La Presse illustrée
Image illustrative de l’article La Petite Presse

Langue français
Périodicité quotidien
Prix au numéro 5 centimes
Date de fondation
Date du dernier numéro
Ville d’édition Paris, 31, rue de la Victoire

Rédacteur en chef Adolphe de Balathier-Bragelonne

La Petite Presse est un journal français qui a paru à Paris de 1866 à 1914.

CréationModifier

 
La rédaction de la Petite Presse caricaturée dans la Fronde du 13 décembre 1874.

En 1864, Adolphe de Balathier-Bragelonne, qui était rédacteur-en-chef au Figaro, a quitté la rédaction de ce journal pour fonder la Petite Presse. Durant la Commune, ce journal a été supprimé[1] et Balathier-Bragelonne arrêté comme directeur de ce journal[2]. Après avoir demandé en vain, sa remise en liberté, son ami et collaborateur Victor Cochinat finit par proposer à Gaston Da Costa de jouer la liberté du prisonnier au billard. Da Costa ayant accepté, et perdu la partie, s’est s’exécuté[3].

HistoriographieModifier

Le premier numéro de la Petite Presse a paru le lundi sous le titre de la Presse illustrée[4]. Le prix était de 5 centimes le numéro. Le où, le journal annonce que « la Presse illustrée s’intitulera prochainement La Petite Presse »[5]. Le vendredi porte, en titre : « La Petite Presse, ancienne Presse illustrée Journal illustré le dimanche »[6]. Le dernier numéro date du [7].

RédactionModifier

Une caricature parue dans la Fronde du 13 décembre 1874 montre qu’à cette époque, faisaient partie de la rédaction Eugène Cottin, Pierre Véron, Paul Dalloz[8], Camille Debans, Michel Bourguignon, Léon Fabert, Mac-Clear (Mazas de Sarrion)[9], Gustave Claudin, Victor Cochinat, René Brunesœur sous le nom de « Nicolet », Gustave Reymond et Victorin-François Maisonneufve, secrétaire de Tony Révillon. Paul Bourde, qui y a également été rédacteur en chef, y a fait entrer André Mary[10].

Ponson du Terrail était le feuilletoniste attitré de ce journal[11],[12].

Notes et référencesModifier

  1. Du 8 octobre 1870 au 18 mai 1871. Voir (en) Michèle Martin, Images at war : illustrated periodicals and constructed nations, Toronto, University of Toronto Press, , 302 p. (ISBN 978-0-80203-757-2, lire en ligne), p. 28-29.
  2. « M. de Balathier de Bragelonne », Le Monde illustré, 32e série, vol. 63, no 1649,‎ , p. 4-5 (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2019).
  3. « Par ci Par là », Le Voleur illustré, 61e série, vol. 40, no 1635,‎ , p. 450 (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2019).
  4. La Petite Presse : journal quotidien (rédacteur en chef : Balathier Bragelonne), Paris, (lire en ligne), chap. 1.
  5. La Petite Presse : journal quotidien (rédacteur en chef : Balathier Bragelonne), Paris, (lire en ligne), chap. 124.
  6. La Petite Presse : journal quotidien (rédacteur en chef : Balathier Bragelonne), Paris, (lire en ligne), chap. 141.
  7. La Petite Presse : journal quotidien (rédacteur en chef : Balathier Bragelonne), Paris, (lire en ligne).
  8. Il en deviendra le propriétaire. Voir Jean-Pierre Bacot, La Presse illustrée au XIXe siècle : une histoire oubliée, Paris, (lire en ligne), p. 123.
  9. Revue de France, Paris, Revue de France, (lire en ligne), p. 630.
  10. Auguste Lepage, Les Boutiques d’esprit, Paris, Collection XIX, , 360 p. (ISBN 978-2-34607-648-2, lire en ligne), p. 24.
  11. Laetitia Gonon, Le Fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, , 328 p. (ISBN 978-2-87854-765-8, lire en ligne), p. 15.
  12. Ponson lui-même écrit que « la Petite Presse venait de naitre sous le nom de Presse illustrée, et elle m’avait passé au cou une chaine d’or et de fleurs. » Pierre Alexis Ponson du Terrail, Œuvres N° 69, lci-eBooks, , 2e éd. (ISBN 978-2-91804-283-9, lire en ligne), p. 7608.

BibliographieModifier

Liens externesModifier