La Fausse Suivante

livre de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

La Fausse Suivante,
ou le Fourbe puni
Image illustrative de l’article La Fausse Suivante
Bertall

Auteur Marivaux
Pays Drapeau de la France France
Genre Comédie
Éditeur Briasson
Lieu de parution Paris
Date de parution 1729
Date de création
Lieu de création Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne

La Fausse Suivante, ou le Fourbe puni est le titre d’une pièce de théâtre de Marivaux écrite en 1724 et représentée, pour la première fois, par les Comédiens italiens ordinaires du Roi le samedi au théâtre de l’Hôtel de Bourgogne.

Séduction, argent, pouvoir, travestissement sont les thèmes principaux de cette pièce où le principal personnage masculin s’avère être un libertin calculateur qui entretient par intérêt financier une riche comtesse dans l’illusion d’un mariage à venir et où l’héroïne, travestie en chevalier, punit l’un par la duperie et inflige une leçon exemplaire à l’autre pour sa frivolité.

PersonnagesModifier

  • La Comtesse, riche et séduisante.
  • Lélio, prétendant calculateur
  • Le Chevalier (une jeune Parisienne fortunée qui se fait passer pour la servante d’une Parisienne fortunée et qui se travestit également en Chevalier).
  • Trivelin, valet du Chevalier.
  • Arlequin, valet de Lélio.
  • Frontin, autre valet du Chevalier.
  • Valets, danseuses, musiciens...

L’intrigueModifier

Pour mettre à l’épreuve Lélio qu’elle doit épouser alors qu’ils ne se sont jamais vus, une jeune femme - la demoiselle de Paris - se présente à lui déguisée en chevalier. Lélio, dupé par le travestissement, se prend d’amitié pour ce chevalier et lui parle d'une nouvelle conquête, une comtesse envers laquelle il s’est engagé. Très pragmatique, Lélio choisirait volontiers le parti le plus riche - la demoiselle de Paris - mais rompre son engagement envers la comtesse impliquerait la perte de sommes considérables.

Pour tenter de briser cet engagement sans devoir en payer le dédit, Lélio demande au chevalier de séduire la comtesse. Le chevalier accepte.

Le plan fonctionne d’abord à merveille. La comtesse s'éprend du chevalier et se détourne de Lélio, mais les serviteurs ont compris que le prétendu chevalier est une femme et ne gardent pas longtemps cette information pour eux.

La demoiselle de Paris est contrainte de dévoiler son sexe mais se fait passer pour sa propre suivante - la fausse suivante. Elle trouve un prétexte pour se faire remettre l'acte de dédit qui engage Lélio et le déchire devant la comtesse et Lélio, dépités d'apprendre qu’ils ont été trompés tous les deux. Elle révèle enfin sa véritable identité et justifie ses actes en affirmant son indépendance.

BibliographieModifier

 
Édition princeps.
  • Lucette Desvignes, « La fausse suivante, Le Triomphe de l'amour et la tradition française », Revue d’Histoire du Théâtre, 1970, no 22, p. 242-53.
  • Armelle Héliot, « Amour de Marivaux et amour de soi », Avant-Scène Théâtre, , no 771, p. 12, 14.
  • Raymond Joly, « La Fausse Suivante : esquisse d’une lecture psychocritique », L’Âge du Théâtre en France, Edmonton, Academic Printing & Pub., 1988, p. 145-154.
  • Henri Lagrave, « De quelques mises en scène modernes de La fausse suivante », Cahiers de l’Association Internationale des Études Françaises, 1973, no 25, p. 191-208.
  • (en) Elena Russo, « Libidinal Economy and Gender Trouble in Marivaux’s La Fausse Suivante », MLN, , no 115 (4), p. 690-713.
  • Robert Tomlinson, « Érotisme et politique dans La Fausse Suivante de Marivaux », Stanford French Review, Spring 1985, no 9 (1), p. 17-31.

Quelques mises en scèneModifier

Adaptations au cinéma et à la télévisionModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :