La Fabrique de l'industrie

La Fabrique de l'industrie
La Fabrique de l'industrie.jpg
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Économie Industrielle
Siège
81 boulevard Saint Michel, 75005 Paris
Pays
Organisation
Personnes clés
  • Vincent Charlet, Délégué général
  • Site web
    Identifiants
    RNA
    SIREN
    TVA européenne

    La Fabrique de l'industrie est un laboratoire d'idées français créé en 2011, dédié aux problématiques de l’industrie et aux liens de celle-ci avec l’économie et la société. Il a pour but d'apporter une vision sur les enjeux industriels et les défis économiques auxquels la France est confrontée, d'organiser des débats et de rendre accessible la diversité des points de vue.

    ButsModifier

    La Fabrique travaille de façon pluridisciplinaire sur l’industrie, sur ce que recouvre aujourd'hui la production industrielle en France et en Europe, sur la valeur ajoutée qu’elle engendre et sur ses perspectives d’avenir à moyen et long termes[1].

    Pour cela, La Fabrique s’intéresse à la façon dont l’industrie se développe dans le monde, aux stratégies et politiques industrielles mises en œuvre par les pays industrialisés et émergents, aux défis et opportunités que présente la mondialisation accélérée de l’industrie[2].

    Selon ses statuts[3], La Fabrique de l’industrie a pour missions :

    • de sensibiliser aux enjeux de l’industrie les décideurs politiques, économiques et sociaux, les relais d’opinion, les industriels et les jeunes scolaires et étudiants ;
    • d’aider à la construction de visions, de perspectives et d’une ambition pour l’industrie française à moyen et long terme, dans un cadre européen et mondial ;
    • de susciter la confrontation de points de vue et analyses en lien avec l’industrie entre experts, acteurs et observateurs ;
    • de donner des éléments de réflexion pour l’élaboration de politiques publiques favorables à l’industrie ;
    • de participer au développement d’analyses innovantes sur l’industrie et faciliter l’évolution vers des modes de production plus consensuels et durables.

    ProductionModifier

     
    Laurent Guez et Patrick Artus lors du premier cycle d'entretiens

    La Fabrique de l’industrie diffuse les résultats de ses travaux sous trois formes principales :

    • Les séminaires, colloques et conférences ;
    • Les publications : notes thématiques ou rapports d’études issus des groupes de travail associant praticiens et experts, ou synthèses de travaux existants ;
    • Les manifestations et publications à caractère « grand public », comme des expositions photographiques ou des visites d’usines.

    Analyses, études et groupes de réflexionModifier

    La Fabrique affiche quatre axes de travail : établir un diagnostic partagé, associer toutes les parties prenantes, analyser les politiques publiques, préparer l'avenir[réf. nécessaire].
    Depuis sa création en 2011, le think tank a notamment publié 38 notes, 9 ouvrages et 42 synthèses[4] concernant par exemple les modèles industriels allemands et suédois, ou la façon dont est perçue l'industrie par les jeunes générations. Ses travaux récents portent notamment sur l’industrie du futur en France et dans le monde, sur la relation entre la qualité de vie au travail (QVT) et la compétitivité des entreprises, sur l’évolution du travail et des compétences liée à la transition numérique ainsi que sur l’évolution des emplois français exposés à la concurrence internationale.

    Les Entretiens de La Fabrique et autres conférencesModifier

    La Fabrique de l’industrie organise, seule ou en partenariat de nombreuses conférences et tables rondes.

    Les premiers Entretiens :

    - le , autour du livre de Patrick Artus "La France sans ses usines", avec Patrick Artus, Christel Bories, Laurent Guez et Jean-Michel Charpin autour du thème de la désindustrialisation en France[5] ;
    - le , autour de Philippe Varin, PDG de PSA, Philippe Crouzet, PDG de Vallourec, Jean-François di Meglio, président de l'Asia Centre et Philippe Escande (Les Échos) pour discuter de la manière dont les entreprises française abordent les opportunités et les menaces que représente le développement de la Chine[6]
    - le , autour du livre de Jean-Louis Beffa, président d'honneur et administrateur de Saint-Gobain La France doit choisir, avec Patrick Pelata, Jean-Noël de Galzain et Laurent Guez[7]...

    Outre les Entretiens, elle soutient le Séminaire "Aventures industrielles" organisé par l'Ecole de paris du Management et l'UIMM.

    La Fabrique est partenaire depuis 2019 de l'observatoire des Territoires d'industrie avec la Banque des Territoires, l'Institut pour la Recherche de la Caisse des Dépôts, l'Agence Nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT), Mines Paris, l'Assemblée des Communautés de France (AdCF), Régions de France et des chercheurs des universités de Poitiers et de Paris Nanterre.

    Les Rencontres "Jeunes et industrie"Modifier

    La Fabrique organise ou co-organise de nombreuses rencontres entre les jeunes, les enseignants et les industriels, afin de les sensibiliser à la réalité industrielle et de favoriser leur orientation vers les métiers de l'industrie.

    GouvernanceModifier

    Ce think tank est le fruit d'une proposition faite fin 2008 par le Conseil de l’UIMM et reprise dans le rapport final des États généraux de l’industrie, organisés en 2010 par le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie[8]. Il a finalement été créé le 10 octobre 2011[1] par l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie[9] (UIMM), le Cercle de l’Industrie et le Groupe des Fédérations Industrielles (GFI), rejoints depuis par le Groupe des Industries Métallurgiques (GIM) et le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS).

    La Fabrique de l’industrie est une association régie par la loi du , co-présidée par Louis Gallois[10], ancien président exécutif d’EADS[11] et ancien président du conseil de surveillance du Groupe PSA[12] et Pierre-André de Chalendar, président de Saint-Gobain. Vincent Charlet en est le délégué général.

    FinancementModifier

    En 2021, son financement s'élevait à 1,3 million d'euros TTC. Différentes fédérations industrielles soutiennent La Fabrique de l'industrie : l’UIMM (700 k€), France Industrie (400 k€), le GIM (200 k€) et le GIFAS (14 k€).

    DistinctionModifier

    La Fabrique de l'industrie a été lauréat du prix spécial du jury aux trophées des think tanks 2014[13].

    RéférencesModifier

    Liens externesModifier