La Dame de Monsoreau (téléfilm)

film sorti en 2008 et réalisé par Michel Hassan
La Dame de Monsoreau
Réalisation Michel Hassan
Scénario Alexandra Deman
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame historique
Durée 180 minutes
Première diffusion


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Dame de Monsoreau est un téléfilm français dramatique en deux parties réalisé par Michel Hassan et produit par Michelle Podroznik, d'après l’œuvre d'Alexandre Dumas, et diffusé en Belgique le et le sur France 2.

SynopsisModifier

Entre 1578 et 1579, en France sous le règne du roi Henri III. Deux intrigues se mêlent, une intrigue politique opposant le roi à un complot fomenté par les Guise et notamment par le duc Henri de Guise, chef de la Ligue catholique et soutenant sa rivalité avec son frère François d'Alençon,duc d'Anjou. Le roi est également opposé à Henri de Navarre, chef du parti protestant. De l'autre côté, une intrigue amoureuse entre Diane de Méridor mariée contre son gré au comte Brian de Monsoreau, et Louis de Bussy d'Amboise.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Lieux du tournageModifier

La série fut tournée principalement en Maine-et-Loire, au château du Plessis-Macé, du Plessis-Bourré, de Brissac-Quincé ainsi qu'au Château de Chambord, au Château de Blois, dans l'Abbaye de Fontevraud et dans une demeure bourgeoise près de Doué-la-Fontaine. Quelques scènes ont été filmées dans les départements d'Indre-et-Loire, du Loiret et de Loir-et-Cher. Certaine scènes ont été tournées au château de Montreuil-Bellay (Anjou), au manoir de Launay et au château de Brézé.

CommentairesModifier

  • Le téléfilm est librement adapté du roman éponyme d'Alexandre Dumas, deuxième de la trilogie des Valois après La Reine Margot, et emprunte également quelques éléments au troisième roman, Les Quarante-Cinq.
  • De nombreuses différences avec les romans sont notables :
    • Dans le téléfilm, le comte de Monsoreau tue le baron de Méridor en l'enfumant dans sa chambre après qu'il a signé son consentement au mariage du comte avec sa fille. Dans le roman, il est épargné. Le comte de Monsoreau se contente de lui laisser croire ignominieusement à la mort de Diane. Il s'éteint dans Les Quarante-cinq, de manière pour Dumas à laisser la voie libre à la vengeance de sa fille qui ne veut pas d'une fin de vie paternelle flagellée par un homicide.
    • Chicot qui est un personnage important dans les romans voit son rôle considérablement réduit dans le téléfilm et certaines de ses actions sont reprises par Bussy.
    • Certains personnages importants des romans comme le moine Modeste Gorenflot, le couple Saint-Luc-Jeanne de Brissac n'apparaissent pas.
    • Sont également absents (à l'instar ici de la mini-série de 1971) "les amis de Bussy", Antraguet, Livarot, Ribeirac, impliqués au côté des Guise, du duc d'Anjou et de Monsoreau dans la conspiration contre Henri III.
    • Le personnage de Joyeuse est spécifique au dernier roman de la trilogie Les Quarante-cinq.
    • La mort par empoisonnement de François d'Alençon Duc d'Anjou intervient à la fin du même roman Les Quarante-cinq et non dans La Dame de Monsoreau tandis qu'elle est insérée en épilogue dans le téléfilm. Dans cette version, Diane se déguise en soubrette et apporte au duc une boisson empoisonnée tandis que dans le roman, elle l'empoisonne avec un fruit, avec une fleur qu'elle lui fait respirer et enfin avec la fumée d'une bougie.
    • On assiste également dans l'épilogue à l'assassinat du duc de Guise et de son frère le cardinal Louis de Lorraine par les Quarante-cinq, garde spéciale au service de Henri III, ainsi qu'à l'emprisonnement de leur sœur, la duchesse de Montpensier. Ces événements ne sont pas rapportés dans les livres et auraient apparemment dû faire partie avec l'assassinat de Henri III par le moine Jacques Clément d'un quatrième roman sur les Valois que Dumas aurait eu le projet d'écrire pour faire suite au livre Les Quarante-cinq.
    • On relève aussi l'absence de prénom apposé au nom du héros. De ce fait, contrairement au roman de Dumas et aux adaptations télévisées parlantes de 1971 et de 1997, Diane de Méridor n'appelle jamais l'amant dont elle est follement amoureuse par son nom de baptême, Louis ; mais toujours par son nom usuel, Bussy.

Liens externesModifier

Articles connexesModifier