Ouvrir le menu principal
La Cecilia
Réalisation Jean-Louis Comolli
Scénario Eduardo De Gregorio
Marianne di Vettimo
Jean-Louis Comolli
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 113 minutes
Sortie 1976

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Cecilia est un film français de Jean-Louis Comolli, sorti en 1976.

Le film est inspiré de l'histoire d'une colonie anarchiste italienne, la Colônia Cecília, dans le Brésil des années 1890.

Sommaire

SynopsisModifier

À la fin du XIXe siècle, des anarchistes italiens, dix hommes, une femme, libertaires, collectivistes, émigrent au Brésil pour y fonder une communauté sans chef, sans hiérarchie, sans patron, sans police, mais pas sans conflit, ni passion[1].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

  • Maria Carta
  • Massimo Foschi (it)
  • Vittorio Mezzogiorno
  • Mario Bussolino
  • Bruno Cattaneo
  • Piero Di Sorio
  • Beppe Lo Parco
  • Giancarlo Pannese
  • Briagio Pelligra
  • Giuliano Petrelli
  • Gabriele Tozzi
  • Francesca Libertucci
  • Adriana Bruno
  • Renato Pereira
  • Vinicio Pereira

Point de vue du réalisateurModifier

« Avant tout La Cecilia (pour moi) est un film sur la migration. Sur le passage d'un pays à un autre, d'une culture à une autre, d'une langue, d'une société, à une autre langue, une autre société. Aussi bien sur le passage d'un type de lutte à un autre, d'une sorte de marginalité à une autre. »

— Jean-Louis Comolli, Les Cahiers du cinéma, janvier 1976

« La Cécilia : à la fin du 19e siècle, des anarchistes italiens, dix hommes, une femme, libertaires, collectivistes, émigrent au Brésil pour y fonder une communauté sans chef, sans hiérarchie, sans patron, sans police, mais pas sans conflit, ni passion. Cette utopie d’hier convoque quelques-unes des questions brûlantes d’aujourd’hui : celle d’une organisation non répressive, celle de la circulation du savoir et du pouvoir, celle de la libération des femmes et de la lutte contre l’appareil familial. Les seuls rêves intéressants sont ceux qui mettent en crise le vieux monde et, en celui-là même qui rêve, le vieil homme. L’utilité des utopies se mesure aux résistances qu’elles rencontrent[2]. »

— Jean-Louis Comolli, Cinéma[s] de France, 2008

Notes et référencesModifier

  1. La Cecilia sur Ciné Club de Caen.com
  2. [PDF] La Cécilia, fiche documentaire sur ABC-Le France.com

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Louis Comolli, Cecilia, une commune anarchiste au Brésil en 1890, Daniel & Cie, 2004 Lire en ligne
  • Maria A. Semilla Duran, Jorge P. Santiago, François Laplantine, Utopies, enchantements et hybridité dans la ville ibérique et latino-américaine, éditions des Archives Contemporaines, 2012, 283 pages Lire en ligne
  • Thierry Paquot, Utopies et utopistes, La Découverte, Coll. Repères n°484, 2007, 128 pages Lire en ligne
  • Catherine Spencer, A Corps Perdus : Théâtre, Désir, Représentation, L'harmattan, 2005 en ligne
  • René Prédal, Cinéma sous influence. Le cinéma à l'épreuve de l'Histoire, de la littérature et des genres, L'Harmattan, Coll. Champs visuels, 2007, 266 pages Lire en ligne
  • Jacques de Courson, L'appétit du futur. Voyage au cœur de la prospective, ECLM, Coll. Dossier pour un débat n°149, 2005 Lire en ligne
  • La Cecilia de Jean-Louis Comolli, Cinéma[s] de France, fiche du film, 2008 Lire en ligne.
  • Michel Antony, Entre Italie et Brésil. Autour de Giovanni Rossi et de La Cecilia. Expérimentations et ouvrages utopiques, Cahiers Charles Fourrier, n°23, 2012, texte intégral.
  • Jean-Luc Douin, "La Cecilia", de Jean-Louis Comolli, Le Monde, 18 septembre 2008, [lire en ligne].

Travaux universitairesModifier

  • Jean Maitron, Bulletin anarchiste, Le Mouvement social, n°104, Jul.-Sep. 1978, pp. 95-102 Lire en ligne
  • Michel Serceau, Le mythe, le miroir et le divan pour lire le cinéma, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq (Nord), Coll. Arts du spectacle, 2009, 374 pages Lire en ligne
  • Céline Leclère, Jean-Louis Comolli : la politique à l’usage du temps, La pensée de midi, 2004/2, n°12, 160 pages Lire en ligne
  • Xavier Prévost, Michel Portal, citation dans la notice de l'Encyclopédie Universalis Lire en ligne

Articles connexesModifier

Liens externesModifier