Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir LDC.
Ne doit pas être confondu avec Groupe Louis-Dreyfus.

LDC
logo de LDC (entreprise)

Création 1968 (par fusion)
Forme juridique Société par actions simplifiée unipersonnelle
Siège social Sablé-sur-Sarthe
Drapeau de France France
Direction PDG : Denis Lambert
Activité Industrie agroalimentaire
Produits Plats préparés à base de volaille ; carcasse de volaille ; morceaux de volaille
Filiales Société Normande de Volaille, LDC Aquitaine, LDC Bourgogne, AGIS, La Toque Angevine, Régalette, Procanar, Celvia, LDC Bretagne, Celtys, SAS Guillet
Effectif 17 718 en France et 1758 en Pologne (au 31 décembre 2014)[1]
Site web www.ldc.fr

Chiffre d'affaires 4 milliards d'euros (2019)[1]
Résultat net 140,8 millions d'euros (2017-2018)[1]

LDC (Lambert Dodard Chancereul) est une entreprise de l'industrie agroalimentaire française spécialisée dans la transformation et la commercialisation de volailles ainsi que dans l'élaboration de plats cuisinés à base de leur viande. Elle achète la volaille aux éleveurs par un système de contractualisation.

Transformateur numéro un européen de la volaille en volume, le groupe possède notamment les marques Le Gaulois, Poulets de Loué, Maître CoQ, Marie et Traditions d'Asie, Toque Angevine ainsi que Réghalal, pour ses fabrications certifiées halal[2] dans la grande distribution.

LDC doit son nom aux deux sociétés qui fusionnèrent en 1968 pour donner naissance à l'entreprise : la SA Lambert et la SA Dodard Chancereul[3].

HistoriqueModifier

LDC est née en 1968 par la fusion de deux PME de la région Pays de la Loire. La société employait alors 90 personnes à Sablé-sur-Sarthe.

Le groupe a connu depuis 1980 une forte croissance, en rachetant de nombreuses entreprises[3], majoritairement dans l'ouest de la France. Depuis 1999, LDC amorce un développement en Europe avec le rachat d'entreprises locales, principalement en Espagne et en Pologne.

Parmi les rachats importants du groupe, on peut citer notamment :

  • En 2005, la prise de contrôle de la société Agis, spécialisée dans la fabrication de plats préparés sous vide, qui possédait la marque Traditions d'Asie[4]
  • En 2009, le rachat du vendéen Arrivé et sa marque Maître Coq, ainsi que de l'entreprise de plats cuisinés Marie, propriété de la holding Uniq, pour 60 millions d'euros, afin de renforcer les pôles traiteur et surgelés[5].
  • En mai 2011, LDC rachète le groupe Corico, spécialisé dans l'abattage et localisé en Rhône-Alpes[6],[7].
  • 2013 premier transformateur en viande halal en France.

OrganisationModifier

LDC est organisé autour de quatre pôles :

  • Pôle amont : achat, abattage, découpe de volailles certifiées « volaille française », achat d’œufs de consommation et filière porc-bovin.
  • Pôle volaille : Commercialisation des volailles à travers une offre variée en termes d'origine géographique, de cahier des charges (label, certifiés, classique, bio, etc.) et de présentation (carcasses entières, découpées, charcuterie de volaille, panés, produits élaborés, etc.).
  • Pôle traiteur : fabrication et commercialisation de plats cuisinés et produits exotiques (Marie, Traditions d’Asie, Régalette, etc.).
  • Pôle International : Exportation des produits du groupe. À l'étranger, principalement l'Espagne et la Pologne, constituait 2 % du chiffre d'affaires en 1999, et représente aujourd'hui 10 % du chiffre d'affaires

ImplantationsModifier

En 2013, LDC possède 72 usines[8] à travers le monde, principalement en France, en Espagne et en Pologne. L'entreprise sarthoise emploie 16 120 salariés[9].

Chiffre d'affairesModifier

Le 7 avril 2015, LDC annonce une stabilisation globale de son chiffre d'affaires pour son exercice décalé 2014-2015 à 3,02 milliards d'euros[10].

ControversesModifier

Plusieurs filiales du groupe LDC ont été épinglées sur l’état de santé déplorable de leurs poulets, entassés par milliers dans une atmosphère suffocante. Sélectionnés génétiquement pour grossir vite, les animaux se déplacent avec difficulté : certains sont tellement boiteux qu’ils n’arrivent plus à atteindre les abreuvoirs. D’autres souffrent de blessures importantes et ont du mal à respirer. Des poulets agonisent à côté de cadavres en putréfaction. Contrairement à ce qui est affirmé par la marque, tous les animaux reçoivent systématiquement et préventivement des antibiotiques directement inclus dans leur alimentation[11],[12].

Marques commerciales en propriétéModifier

- Le Gaulois (marque) ; - Loué - Marie (marque) ; - Maître CoQ (marque) ; - Tradition d'Asie ; - Réghalal (marque)

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier