L'Enfant sauvage

film de François Truffaut
L'Enfant sauvage
Description de cette image, également commentée ci-après
Premier portrait de Victor (1800), le véritable « enfant sauvage de l'Aveyron » qui inspira le film.

Réalisation François Truffaut
Scénario Jean Gruault
François Truffaut
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Carrosse
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 83 minutes
Sortie 1970


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Enfant sauvage est un film dramatique français écrit et réalisé par François Truffaut, sorti en 1970. Il s'agit de l'adaptation du rapport Mémoires et rapport sur Victor de l'Aveyron de Jean Itard et de l'histoire de Victor de l'Aveyron.

RésuméModifier

L'Enfant sauvage est l'histoire d'un enfant, capturé comme un animal en 1800 dans l'Aveyron par des paysans[1]. Il sera tout d'abord utilisé comme une bête de foire, puis amené auprès du docteur Itard, à l'Institut national de sourds et muets de Paris. L'enfant sauvage semble être sourd et muet. Le monde scientifique, dont Philippe Pinel fait partie, le considère très majoritairement comme un attardé qui a, pour cette raison, été abandonné. Toutefois, le docteur Itard pense que ce qui apparaît comme un retard mental est le résultat de l'absence de contact avec les hommes. Il va lui apprendre le quotidien d'une vie d'enfant civilisé et le faire émerger de sa primitive animalité en lui enseignant ce qu'est le langage. Difficiles épreuves mais l'enfant sauvage articule quelques sons qui ont pour lui un sens. Victor devient son nom. Il acquiert peu à peu une humanité touchante.

Victor contemple la nature près des fenêtres où il se tient lors de ses leçons. Transition entre l'enfermement et le dehors et aussi tentation car il va un jour franchir le pas vers sa liberté perdue et s'évader. On croit un instant qu'il retourne à sa vie antérieure primitive mais il reprend le chemin de la demeure du docteur et de sa gouvernante qui l'accueillent avec joie.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

TournageModifier

Le tournage se déroule entre juillet et septembre 1969 dans le Massif central[2].

MusiqueModifier

La séquence d'ouverture du film consiste en plusieurs scènes en forêt et dans un village. Elle est de neuf minutes, entièrement sans musique, et uniquement constituée de sons naturels (halètements, grognements, cris…) et de nombreux chants d’oiseaux.

De ce fait, la musique est une création artificielle, opposée aux bruits de la nature. Elle se résume dans le film à deux pièces d'Antonio Vivaldi : le concerto pour mandoline en do majeur (RV 425), ainsi qu'un concerto pour piccolo et cordes en do majeur (RV 443). Son emploi illustre des scènes ou des événements qui impliquent Victor. Elle présente des étapes de son apprentissage ou de ses prises de décision et met en évidence l'opposition entre deux mondes, civilisé vs naturel.

Il n'y a pas non plus de musique de film originale pour cette raison.

DistinctionModifier

Autour du filmModifier

Notes et référencesModifier

  1. Vincent Remy, « Victor l’enfant sauvage, cobaye d'une époque », sur Télérama, .
  2. a et b Véronique Mettey,« “L'Enfant sauvage” de François Truffaut revient sur les lieux du tournage en Auvergne », La Montagne, 6 septembre 2012.
  3. François-Guillaume Lorrain, Les Enfants du cinéma, éditions Grasset, 2011, page 185.
  4. Paris-Presse, « L'Intransigeant », 4 mars 1970, p. 17.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean-François Pays, L’Enfant sauvage. D’après le film de François Truffaut, Paris, Édition GP, 1970.
  • François-Guillaume Lorrain, Les Enfants du cinéma, Grasset, 2011.
  • (en) Michael Brodski, « The Cinematic Representation of the Wild Child : Considering L'enfant sauvage (1970) », Gothic Studies, Manchester, Manchester University Press, vol. 21, no 1 « Werewolves and Wildness »,‎ , p. 100–113 (ISSN 1362-7937, DOI 10.3366/gothic.2019.0010).

DocumentationModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier