Ouvrir le menu principal

L'Après-dînée à Ornans

peinture de Gustave Courbet
L'Après-dînée à Ornans
Gustave Courbet 031.jpg
Artiste
Date
1849
Technique
huile sur toile
Dimensions (H × L)
195 × 257 cm
Mouvement
Collection
N° d’inventaire
P. 522
Localisation

L'Après-dînée à Ornans est une huile sur toile de grande dimension (195 × 257 cm) peinte en 1849 par Gustave Courbet. Elle est conservée au palais des beaux-arts de Lille.

HistoriqueModifier

Réalisé durant l'hiver 1848-1849, alors que Courbet est revenu à Ornans après son séjour parisien, et titrée d'abord Une après-dînée à Ornans, ce tableau est le premier grand format « réaliste » par lequel Courbet conteste les conventions représentatives de la peinture académique. Par réalisme, il faut entendre ici des « effets de réels », qui s'appuient sur une scène de la vie quotidienne vécue, avec un aspect documentaire affirmé.

« C’était au mois de novembre, nous étions chez notre ami Cuenot, Marlet revenait de la chasse et nous avions engagé Promayet à jouer du violon devant mon père » écrit Courbet décrivant la scène dans la notice explicative du Salon de juin 1849[1] durant lequel elle est présentée.

Elle retient l'attention mais suscite de nombreuses critiques, notamment d'Ingres, d'Eugène Delacroix et de Théophile Gautier[2]. Par sa dimension et sa facture (les personnages sont presque grandeur nature), elle reprend en effet les conventions de la peinture d'histoire, mais la scène représentée frappe par son insignifiance, sa banalité quotidienne. Il essuie alors ses premières critiques de peintre du « grossier », du « trivial », de « l'immonde ». Le tableau ouvre toutefois à une forme de notoriété et de reconnaissance. Il lui vaut une médaille de seconde classe et est acheté 1 500 francs par l'État la même année.

IconographieModifier

Le tableau représente le violoniste Alphonse Promayet jouant pour Régis Courbet, le père du peintre, et deux amis de Courbet, Auguste Marlet (de dos, qui allume sa pipe) et Urbain Cuenot.

ContexteModifier

Courbet peint une de ses journées à Ornans, sa commune de naissance. Sans complaisance et avec réalisme, il représente sa famille et ses amis.

Le « dînée » est à l'époque le repas de midi et non celui du soir.

AnalyseModifier

 
Aimé de Lemud, Maître Wolfrain (1838), lithographie.

En représentant une scène de la vie courante dans un tableau aux dimensions habituellement réservées à la peinture d'histoire, on suppose que Courbet, ardent républicain, veut montrer que tout le monde a sa place dans ce type d'œuvre[3].

Le peintre s'est peut-être inspiré de La Vocation de saint Matthieu du Caravage dont il aurait vu une gravure. Il en reprend la composition et les contrastes[3]. Courbet a par ailleurs souvent copié au musée du Louvre des œuvres de Francisco de Zurbarán ou Velasquez, dont il reprend le traitement de la lumière entre ombre et clarté[4].

Une autre source serait la lithographie d'Aimé de Lemud publiée en 1838 et qui connaissait un fort succès, Maître Wolfrain, scène tirée d'un conte de E.T.A. Hoffmann, Der Kampf der Sänger, populaire dans le milieu de la Bohème parisienne que fréquentait Courbet[5].

Notes et référencesModifier

  1. « L’Après-dînée à Ornans - Gustave Courbet », sur Palais des beaux arts de Lille (consulté le 26 février 2016).
  2. François Derivery, « Courbet et son sujet », Ligeia, nos 41-44, 2003.
  3. a et b « L'après-dînée à Ornans », sur Panorama de l'Art (consulté le 7 octobre 2014).
  4. « Courbet : un artiste engagé », sur Musée Fabre (consulté le 9 novembre 2014).
  5. « Représenter une situation d'écoute de la musique… », sur idixia.net, en ligne [le prénom « Amédée » est erroné].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Courthion, Tout l'Œuvre peint de Courbet, Paris, 1987.
  • Robert Fernier, La Vie et l'Œuvre de Gustave Courbet, Catalogue raisonné.

Liens externesModifier