Ouvrir le menu principal

« L'État, c'est moi » est une formule attribuée à Louis XIV et qu'il aurait prononcée le 13 avril 1655 devant les parlementaires parisiens[1]. Elle est censée rappeler la primauté de l'autorité royale dans un contexte de défiance avec le Parlement, qui conteste des édits pris en lit de justice le 20 mars 1655[2]. Néanmoins, des historiens contestent que cette phrase, qui n'apparaît pas dans les registres du parlement, ait réellement été prononcée par Louis XIV[1],[3]. D'autant que sur son lit de mort, Louis XIV a prononcé une phrase tout à fait différente en disant : "Je meurs, mais l'État demeurera toujours[4]".

BibliographieModifier

Lucien Bély, Louis XIV : le plus grand roi du monde, Éditions Jean-paul Gisserot, coll. « Les classiques Gisserot de l'histoire », , 279 p. (ISBN 287747772X et 9782877477727, lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. a et b Bely2005, p. 77.
  2. Bely2005, p. 47.
  3. Simone Berthière, Mazarin, le maître du jeu, Editions de Fallois, 2007, page 458.
  4. « Mort de Louis XIV : «Je m'en vais, mais l'État demeurera toujours» », sur FIGARO, (consulté le 9 juin 2019)