Ouvrir le menu principal
Kurt Seligmann
Kurt Seligmann Italian museum passport.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Représenté par

Kurt Seligmann, né à Bâle le et mort le à Sugar Loaf Mountain (comté d'Orange dans l'État de New York)[1] est un écrivain, peintre et graveur, suisse américain. Il fait partie du mouvement surréaliste.

Sommaire

BiographieModifier

Malgré les réticences de sa famille, il persiste dans sa vocation de peintre.

Seligmann suit des cours à l’École des beaux-arts de Genève en 1920 et se lie d’amitié avec le sculpteur Alberto Giacometti[1]. Puis il part pour Paris où il retrouve son vieil ami Giacometti et où il étudie dans l’atelier d’André Lhote. Il sera ensuite étudiant à l’Académie des beaux-arts de Florence[1].

Il adhère au surréalisme en 1934 et y sera admis formellement en 1937[1].

Il participera à l'illustration de la revue d'art Minotaure, créée en 1933 par Albert Skira et confiée à Georges Bataille, en collaboration avec de nombreux autres peintres dont Picasso.

Seligmann commence à enseigner à New York en 1939[1] et s'y installe définitivement.

Lors de la création du texte poétique Arcane 17, André Breton, réfugié sur le continent nord-américain depuis juillet 1941, trouvera en lui une aide précieuse dans sa recherche ésotérique : en effet, bibliophile, Kurt Seligmann lui recopiera de nombreux documents sur les thèmes du tarot, de la symbolique des nombres, ainsi que du mythe d'Isis et d'Osiris.

Il est l'auteur de Miroir de la magie écrit en 1948 (traduit en France en 1956[2]).

Il sera naturalisé citoyen des États-Unis en 1950[1]. Il décède en 1962 dans sa ferme de Sugar Loaf[3].

Il épousa Arlette Paraf, petite-fille de Nathan Wildenstein, célèbre négociant d'art.

ExpositionsModifier

Vers l'âge de dix-huit ans, il participe à sa première exposition collective à la Kunsthalle de Bâle où il exposera régulièrement.

En 1938, pour l’Exposition internationale du surréalisme, Galerie des Beaux-Arts à Paris, il présente l'« ultrameuble » : un tabouret-trépied formé de trois jambes de femmes surmontées d'une robe de soie et d'un coussin en forme de trèfle à quatre feuilles, « conjuguant les trois caractéristiques fondamentales du surréalisme : la surprise, l'érotisme et l'inquiétante étrangeté[4] ».

Ouvrage citéModifier

  • Adam Biro et René Passeron, Dictionnaire général du surréalisme et de ses environs, coédition Office du livre, Fribourg (Suisse) et Paris, Presses universitaires de France, 1982. Une somme sur les artistes, les œuvres, les mouvements, les revues, etc.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f « Kurt Seligmann », sur www.artnet.fr (consulté le 29 mai 2017)
  2. Biro, p. 379.
  3. « Kurt Seligmann, biographie sommaire, estampes originales Champetier », sur www.mchampetier.com (consulté le 29 mai 2017)
  4. Reproduction dans Biro, p. 416.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier