Ouvrir le menu principal
Paysage de Kroumirie (Tunisie)

La Kroumirie ou Khroumirie (arabe : جبال خمير) est une région montagneuse d'Afrique du Nord qui couvre en grande partie les gouvernorats tunisiens de Jendouba et de Béja ainsi que, pour une moindre mesure, le gouvernorat de Bizerte et la wilaya d'El Tarf (Algérie).

Sommaire

ÉtymologieModifier

Elle tire son nom des Kroumirs, une confédération berbère qui vivait dans la région et rassemblait plusieurs tribus : Ouchtata, M'rassen, Khezara, Zouaoui, Ouled Soltan, Hafsouni, Chiachia, Herzi, Selloul, Atatfa, Debabsa, Bouzazi, Ouled Amer, Mekna, Nefzi, Fatnassa, Hedhil, Mersni, Amdoun, etc.

GéographieModifier

Elle est délimitée au nord par la mer Méditerranée, au sud par le cours de la Medjerda, à l'ouest par la région d'El Kala dans la wilaya algérienne d'El Tarf et à l'est par la région de Sejnane dans le gouvernorat de Bizerte.

La région est couverte de forêts extensives de chênes-lièges et de chênes zéens. Elle compte deux parcs nationaux où la faune, la flore et le milieu naturel sont protégés : le parc national d'El Feija dans le gouvernorat de Jendouba et le parc national d'El-Kala dans la wilaya d'El Tarf.

C'est l'une des régions les plus humides d'Afrique du Nord avec une pluviométrie de 1 000 à 1 500 millimètres par an[1].

Les villes les plus peuplées de la région sont El Kala, Tabarka, Ghardimaou, Aïn Draham, Nefza, Amdoun, Sejnane, Joumine et Fernana.

ÉconomieModifier

Les organismes de développement de Tunisie font la promotion du tourisme de randonnée en raison de sa richesse botanique et biologique ainsi que du thermalisme. Les villes d'Aïn Draham et Beni M'Tir figurent parmi les pôles de ce développement.

BibliographieModifier

  • Frédéric Sandron et Bénédicte Gastineau, Fécondité et pauvreté en Kroumirie (Tunisie), Paris, L'Harmattan, , 175 p. (ISBN 9782747533836, lire en ligne)

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Roger Genoud, L'évolution de l'économie tunisienne, Genève, Faculté des sciences économiques et sociales de l'université de Genève, , p. 17