Konrád Burchard-Bélaváry (industriel)

(Redirigé depuis Konrád Burchard Bélaváry)
Konrád Burchard-Bélaváry
Description de l'image Burchard Belavary Konrad.jpg.
Naissance
Palais Rákóczi d'Eperjes, Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Décès
Budapest, Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Nationalité hongroise
Profession
Activité principale
membre de la Chambre haute, président de diverses compagnies, consul général
Formation
Université de Commerce de Berlin
Conjoint
Auguszta Fuchs (1846-1903)
Descendants
Dora, Rezsö, Pál, Andor
Famille

Konrád Burchard-Bélaváry (en hongrois : Burchard-Bélaváry Konrád ; en allemand : Konrad von Burchard-Bélaváry ; 1837-1916) est un industriel et un haut fonctionnaire hongrois, membre de la Chambre des magnats.

BiographieModifier

Formé à Berlin, il travaille ensuite à Dantzig. En 1862, il retourne à Budapest, où il travaille pour la minoterie de Pest (Pesti Hengermalom Társaság), qu'il dirige avec le baron Frédéric Kochmeister puis en famille. Il en devient le président-directeur général en 1876. Cette société, fondée par István Széchenyi en 1839, constitue alors l'industrie principale de ce pays de blé. Konrád Burchard contribue à la rendre florissante et très reconnue. Elle sera, à sa mort, reprise par ses fils. Il est l'un des fondateurs de la Société Hongroise des Carpates (MKE Budapesti osztály (hu)). Il participe à l'Exposition universelle de 1873 à Vienne, est membre du jury de l'Exposition universelle de 1878 à Paris et de l'exposition de Trieste, président de la commission d'évaluation de l'exposition de Székesfehérvár en 1879.

Konrád est membre du conseil d'administration de la Confédération des industriels hongrois (hu) (GYOSZ) et président du département des minoteries, membre du conseil de surveillance de la Première Compagnie hongroise d'assurance générale (hu) (EMABIT), membre du conseil puis vice-président de la Compagnie maritime royale hongroise „Adria“ (de), présidée par István Szapáry et qui prend une grande extension. Il est aussi président-fondateur de l'Association des Moulins Hongrois (Országos Magyar Malomegyesület), membre du conseil de la Compagnie Minière de Salgótarján (Salgótarjáni Kőszénbánya), président du Grand Hôtel Royal (en) et de la Compagnie des Bâtiments Commerciaux (Kereskedelmi Épület Rt.), vice-président et cofondateur de l'Union National des Coopératives de Crédits (Országos Központi Hitelszövetkezet), membre du conseil d'administration et directeur commercial du Spa de Siófok sur le lac Balaton (Siófok Balatonfürdő Rt.), du théâtre Vígszínház et de l'Association équestre de Budapest (Budapesti Lovasegylet Rt.), membre de la Société Héraldique hongroise et de la Croix-Rouge hongroise (hu). Il est par ailleurs l'un des fondateurs de l'Association nationale hongroise de gymnastique (hu). Cette liste n'est pas exhaustive. Il fut également président et membre d'un grand nombre d'associations philanthropiques et scientifiques.

Nommé membre à vie de la Chambre des magnats en 1885, il est membre de diverses commissions, dont celle sur les Comptes et l'Administration des douanes au ministère du Commerce et plus tard chef de la commission financière (gazdasági vezető). Il prend part en 1903 à Vienne aux travaux de la Délégation austro-hongroise comme représentant de la Chambre des Magnats[1]. Il est également Consul général du Brésil à Budapest pendant quatorze ans (1884-1898). Il est membre du Casino National de Budapest à partir de 1896[2].

DisctinctionsModifier

Croix d'Or de la Croix du Mérite civil (1879) et chevalier de l'Ordre de François-Joseph (1882), par "Sa Majesté" lui est donnée en 1891 "l'autorisation suprême" de reprendre le nom noble et ancestral de Bélaváry que ses ancêtres avaient perdus[3]. Nommé chevalier de l'Ordre impérial de Léopold par décret ministériel du , il décède avant la remise de cette décoration[4]. Il était également récipiendaire d'ordres du Brésil, d'Espagne et de Belgique.

FamilleModifier

Il est le fils de János-Vilmos (1795-1881), négociant et industriel qui participa activement à la Révolution hongroise de 1848 dans laquelle il sacrifia sa fortune et risqua sa vie ; Croix d'Or de la Virtuti Militari. Konrád prend ainsi part de près, encore enfant, au côté de son père et de son frère aîné Jules-Konrád, à l'insurrection de 1848 au sein de l'état-major du général Dembiński. Sa mère est Karolina Wiemuth (1801-1879), sœur de Ludwik, docteur en médecine, poëte, révolutionnaire polonais et membre de la Garde Académique, et grand'tante de Józef Paczoski, éminent botaniste polonais.

Il épouse Auguszta Fuchs (1846-1903), fille de Rudolf Fuchs (1809-1892), petite-nièce de Johann Samuel Fuchs (1770-1817), évêque luthérien, et belle-sœur du professeur Vilmos Schulek. Konrád prit en charge l'éducation de son neveu Gusztav von Oláh, orphelin à l'âge de deux ans.

Sources, notesModifier

  1. HONVÉD TURISTÁK from Ez az összeállítás a Természetbarát Híradó 1998-1999
  2. "Nemzeti Casino évkönyve 1914" (Annuaire de 1914 du Casino National) [1]
  3. Almanach 1910-1918 d'Autriche-Hongrie
  4. Archives ministérielles, Minisztertanácsi jegyzőkönyvek 1867-1944 [2]
  • A Magyar országgyülés, Jókai könyvnyomda, 1906
  • József Szinnyei, Pál Gulyás : Magyar írók élete és munkái, Vol.4, Magyar Könyvtárosok et Levéltárosok Egyesülete, 1942
  • A Pallas nagy lexikona (En ligne)
  • Mór Gelléri: A magyar ipar úttörői ("Pionniers de l'industrie hongroise"), Budapest, 1887. pages 3-7 [3]
  • Judit Klement: The Business Strategy of Fathers and Sons: A Hungarian Family in the 19th and 20th Centuries, 2005 [4]
  • Patrik Derfiňák: Pred sto rokmi zomrel Konrád Burchard-Bélaváry. In: "Dejiny - internetový časopis Inštitútu histórie Filozofickej fakulty Prešovskej univerzity v Prešove", Prešov : Institut d'histoire de la Faculté de philosophie de l'Université de Prešov et Ed. UNIVERSUM-EU Vol. 11, c. 2 (2016), p. 184-185. [5]