Ouvrir le menu principal

Kone Corporation
logo de Kone
illustration de Kone
Bâtiment de Kone à Keilaniemi

Création 27 octobre 1910
Forme juridique SA à Conseil d'Administration
Action OMX : KNEBV
Slogan Dedicated to People Flow (Dédié au flux de personnes)
Siège social Vanha Munkkiniemi, Espoo
Drapeau de Finlande Finlande
Direction Henrik Ehrnrooth[1]
Actionnaires Antti Herlin (62% des droits de vote)[2]
Activité Ingénierie
Produits Ascenseurs, escaliers mécaniques, portes automatiques
Filiales ATS France
Effectif 55 000 collaborateurs[2]
Site web https://www.kone.fr

Chiffre d'affaires 8,9 milliards d'euros[2]

Kone (/ko.ne/, qui signifie « machine » en finnois) est une entreprise finlandaise spécialisée dans les ascenseurs, escaliers mécaniques et portes automatiques[3].

L’entreprise emploie plus de 55 000 collaborateurs dans plus de 60 pays et a réalisé un chiffre d’affaires de 8,9 milliards d’euros en 2017[2].

Sommaire

HistoireModifier

La société Koneliike Tarmo est fondée en 1905. Elle a pour objet l'achat, la réparation et la revente de machines usagées. En 1910, Ab Gottfr. Strömberg Oy (fi) acquiert Koneliike Tarmo et en fait la société par actions Kone Oy qui n'a, à ses débuts, aucun rapport avec les ascenseurs[4],[5].

Plus tard, Kone aura pour projet l'importation d'ascenceurs Graham Brothers (sv). En 1918, après avoir renoncé à sa licence d'importation, Kone se lance dans la fabrication d'ascenseurs. En 1924, Harald Herlin achète la société qui est restée depuis cette époque la propriété de la famille Herlin. Les présidents de Kone seront Harald Herlin de 1924 à 1941, Heikki Hugo Herlin de 1941 à 1987, Pekka Herlin de 1987 à 2003 et Antti Herlin depuis 2003[6],[3].

En 1967, les actions de classe B de Pilon Corporation sont cotées à la bourse d'Helsinki [2]. Depuis Kone, s'est lancée dans une internationalisation de ses activités en visant le marché des entreprises. Par ses achats d'entreprises plus importantes qu'elle, Kone à réussi à atteindre un niveau de vente significatif. Ainsi en 1968, Kone achète Asea-Graham, en 1974 les activités européennes des ascenseurs de Westinghouse, ou en 1982–1983, les sociétés d'équipement de manutention de cargaison de navires Navire Cargo Gear Ab et MacGregor.

Au début des années 1990, Kone s'est reconcentré sur ses activités d'ascenceurs, d'escaliers mécaniques et de manutention et a revendu plusieurs autres activités[7]. En 1994, ses activités d'ascenceurs sont séparées pour former la société KCI Konecranes International Oy. Le groupe a été divisé en deux entités appelées Kone Elevators & Escalators et Cargotec en juin 2005.

Le 21 février 2007, la Commission européenne a condamné les quatre principaux fabricants mondiaux d'ascenseurs (Kone, Otis, Schindler et ThyssenKrupp) pour avoir pris part à une entente illicite sur le marché des ascenseurs et des escaliers mécaniques, qui viole les règles de la concurrence inscrites dans les traités européeens. Kone a été condamnée à verser une amende de 142 millions d'euros au budget européen.

En juillet 2015, Toshiba vend sa participation de 4,6 % dans Kone pour 864,7 millions d'euros[8].

SitesModifier

Kone est présent dans l'installation, la maintenance, la modernisation d'ascenseurs, d'escaliers mécaniques et de portes de bâtiments automatiques. Son chiffre d’affaires net annuel était de 8,6 milliards d’euros en 2015. La société employait alors 47 000 personnes.

L'entreprise possède huit unités de production réparties sur les principaux marchés ainsi que sept centres de R&D. Son siège social se situe à Espoo en Finlande.

Kone compte quelques 1000 centres de service répartis dans plus de 60 pays[2]. Outre la livraison d'environ 30 000 nouveaux ascenseurs et escaliers mécaniques chaque année, Kone entretient 570 000 appareils, ainsi que plus de 270 000 portes de bâtiments automatiques.

En 2018, Kone dispose de deux sites de test d'ascenseurs de très grande hauteur. On y teste l'aérodynamique, les équipements de sécurité, le confort et la consommation d'énergie.

  • Le premier est situé dans la ville de Lohja, plus précisément dans une ancienne mine de calcaire nommée Tytyri (fi). Les ascenseurs sont testés sur un parcours jusqu'à 305 mètres. En 2017, dans le laboratoire de Tytyri, l'ascenceur le plus rapide est monté à la vitesse de 19 m/s[9] et descendu à 26 m/s[10]. À Tytyri on a testé, entre autres, les ascenseurs de la Jeddah Tower[11].

BibliographieModifier

  • (fi) Karl-Erik Michelsen, Kone: perhe, yrittäjyys ja yritys teollisuuden vuosisadalla, Helsinki, Otava, (ISBN 978-951-1-24303-8)
  • (fi) Alex Snellman, Anna Ripatti, Munkkiniemen kartano, Kone, (ISBN 978-952-93-5809-0)

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Kone: forts bénéfices 2013 et nouveau patron », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e et f (fi) « Vuosikatsaus 2017 », Kone Oyj (consulté le 20 mai 2019)
  3. a et b (fi) « Yhtiön osakehistoriaa Pörssitiedon nettisivuilla », Bourse d'Helsinki (consulté le 19 mai 2019)
  4. (fi) Kauko Järvinen, Inkeri Mustonen, Leena-Maija Tuominen (éd.), Pitäjänmäki muistelee : Oy Strömberg Ab (Pitäjänmäki Seuran ja Pitäjän kirjaston Muistipiirin kokous), Ville d'Helsinki, (lire en ligne)
  5. (fi) Kortelainen, Kari, « Koneita & oppia », Tekniikan historia, no 5,‎
  6. (fi) « Antti Herlinin mukaan elintarviketeollisuuden tulevaisuus veitsenterällä », Turun Sanomat,‎ (lire en ligne)
  7. (fi) « Kone-konserni > Historia », Kone Oyj (consulté le 27 janvier 2007)
  8. (fi) « Toshiba sells 4.6 percent stake in Finland's Kone for $946 million », Reuters,‎ (lire en ligne)
  9. (fi) Paula Tiainen, « 350 metriä syvä hissikuilu sukeltaa suomalaiseen peruskallioon – tältä näyttää Koneen tuliterässä testilaboratoriossa », Yle uutiset, (consulté le 16 juin 2018)
  10. (en) « Rising into the future », Kone (consulté le 16 juin 2018)
  11. a et b (fi) « HISSIEN TESTAUSTA ÄÄRIOLOSUHTEISSA », Kone (consulté le 16 juin 2018)
  12. (en) « Kone in brief = », Kone, (consulté le 16 juin 2018), p. 12

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internesModifier