Les kokuji (国字?) sont des kanjis créés puis diffusés au Japon, par opposition à la plupart des kanjis qui trouvent leurs origines dans les textes venus de Chine. Kokuji signifie littéralement « caractère national ».

Le kokuji (sakaki), avec l'ordre des traits.

Les kokuji ont commencé à être créés au VIIIe siècle. La plupart n'ont pas de lecture on. Certains ont été empruntés par les Chinois (comme 腺[1], glande) ou les Coréens.

Il existe plus de 150 kokuji dans les kanjis compris dans le codage Unicode, mais seulement 6 font partie des jōyō kanji.

Les « caractères locaux » (國字 en caractères traditionnels, 国字 en caractères simplifiés) sont littéralement des caractères () du pays local ( ou ), par opposition aux 漢字 d'origine en principe chinoise. Ces caractères locaux sont principalement formés par la composition d'éléments de caractère, mais en formant une combinaison qui n'existe pas en chinois. La production de caractères locaux s'est étendue dans tous les pays utilisant le système d'écriture chinois. Ces caractères locaux sont moins fréquents en Corée qu'au Japon, mais beaucoup plus importants au Viêt Nam qui compte près de 20 000 chữ nôm, ou que les 10 000 caractères sawndip utilisés par le zhuang. Les « caractères locaux » japonais, en japonais kokuji (国字), sont également appelés wasei kanji (和製漢字), littéralement des caractères () chinois () fabriqués () au Japon (). Il y a des centaines de kokuji dans le lexique japonais, dont peut-être une dizaine d'utilisation courante.

HistoireModifier

Historiquement, certains kokuji datent des tout débuts de l'écriture japonaise, et on en rencontre dans le Man'yōshū. Par exemple, le kanji (iwashi?, « sardine ») est attesté dès l'époque de Nara (VIIIe siècle). La production a été active jusqu'à la fin du XIXe siècle ; de nombreux caractères ont été créés pendant l'ère Meiji pour transcrire de nouveaux concepts scientifiques. Quelques caractères ont encore été créés pour transcrire certaines unités du système SI, par exemple (kilomètre) formé de (mètre) et (mille, kilo-).

CompositionModifier

La composition des kokuji diffère de la majorité des compositions récentes chinoises, lesquelles sont le plus souvent des idéophonogrammes qui associent un composé porteur de phonétique (et parfois d'un certain sens), à une clef précisant la catégorie sémantique. Une telle composition en idéophonogramme était inadaptée dans le cas des kokuji puisqu'ils étaient destinés à transcrire des termes japonais pour lesquels une phonétique chinoise n'aurait pas eu de sens. De ce fait, la majorité des kokuji sont des idéogrammes composés (会意字), c'est-à-dire qu'ils sont composés de deux éléments de caractère (parfois plus), le sens du composé étant déterminé par le rapprochement des sens des composants.

Par exemple, le composé est formé par l'association de (une personne) plus (l'activité), avec le sens « activité d'une personne, travail ». Autre exemple, , sakaki (l'arbre), est transcrit par la combinaison de (arbre) et de (divin, spirituel), signifiant littéralement « arbre transcendant ». Ou encore, , tsuji (croisement, carrefour) est formé par (déplacement, voie) et (croisement).

Ces kokuji étant par nature construits pour représenter des termes japonais existants, ils n'ont en général qu'une lecture japonaise kun. Certains ont cependant une lecture de type chinoise on : dans un caractère composé d'une clef (sémantique) de classement et d'un autre élément, l'autre élément de caractère est perçu comme « phonétique », et la lecture on du composé est dérivée de ce dernier. Ainsi, la lecture de est celle de son composant . Dans certains cas très rares, le kokuji n'a qu'une lecture on, comme pour le terme scientifique , sen (glande), qui est lu comme le serait son composant « phonétique » , bien que la composition soit en réalité celle d'une locution figée « organe » (), « source » ().

Certains de ces caractères ont par la suite été adoptés en Chine et la lecture qui en est faite est généralement celle qui aurait été celle d'un idéophonogramme.

Liste de quelques kokuji[2],[3]Modifier

Kokuji (国字) Kun'yomi (訓読み) On'yomi (音読み) Signification[4]
しめ (shime) - Voir :
とうげ (douge) - Col, sommet (montagne)
つじ (tsuji) - Carrefour
ささ (sasa) - Pousse de bambou
さかき (sakaki) Sakaki (arbre shinto japonais)
- セン (sen) Glande
とち (tochi) - Marronnier d'Inde
はたけ (hatake) - Jardin, camp
はたけ (hatake) - Ferme, champ
にお (nio) - Parfum, puanteur
なぎ (nagi) - Calme, tranquille
たこ (tako) - Cerf-volant
こがらし (kogarashi) - Vent hivernal
また (mata) - Bifurcation
わく (waku) - Cadre, structure
こ (ko) - Encombré, mélangé
しつけ (shitsuke) - Entraînement
やが (yaga) - Un peu après
はたら (hatara) ドウ (dou) Travailler
しぼ (shibo) サク (saku) Presser
ぶりき (buriki) ブ (bu) Fer-blanc
おろし (oroshi) - Vent montagneux
うどん (udon) ウン (un) Udon
たすき (tasuki) - Corde pour maintenir les manches d'un kimono.
すべ (sube) - Glisser
こうじ (kouji) - Kōji
かし (kashi) - Cyclobalanopsis
ひらめ (hirame) ヘイ / ヒョウ (hei / hyou) Paralichthys olivaceus
かじか (kajika) - Cottus pollux
このしろ (konoshiro) - Konosirus punctatus
ぶり (buri) シ / ソウ (shi / sou) Seriola quinqueradiata
いわし (iwashi) - Sardine
たら (tara) セツ (setsu) Morue de l'Atlantique
はぎ (hagi) - Lespédèze
麿 まろ (maro) - Je, tu
おおづつ (oozutsu) コウ (kou) Canon
キロメートル (kiromētoru) - Kilomètre
キログラム (kiroguramu) - Kilogramme
キロリットル (kirorittoru) - Kilolitre

Notes et référencesModifier

  1. Cf. dictionnaire Daijisen, à l'article 腺 : 「腺」は国字であるが、中国でも用いられる.
  2. (ja) « 和製漢字 », dans Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  3. « - Kokuji », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le 28 mai 2021).
  4. « Japanese Dictionary », sur jisho.org (consulté le 27 mai 2021).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier