Kizomba
Détails
Date de création
Origines culturelles
Instruments typiques

La kizomba (ou le[1] kizomba) désigne un genre musical et la danse qui l'accompagne, faisant partie de la culture d'Angola[2]. Ce genre s'est d'abord répandu dans les pays lusophones, puis dans les pays européens, et ensuite dans des pays non-européens comme les États-Unis et l'Australie.

Un couple dansant la kizomba

Le mot « kizomba » signifie « fête » en kimbundu[3], une des principales langues parlées en Angola.

HistoireModifier

Né en Angola, ce genre musical connaît une grande audience par le chanteur angolais Eduardo Paím (pt) dans la dernière décennie du XXe siècle[2],[1].

Le genre musical kizomba et la danse qui l'accompagne se sont développés dans l'ensemble des pays d'Afrique lusophones (Guinée-Bissau, Cap-Vert, Mozambique, Sao Tomé, etc.) avec des influences antillaises[1]. Cela a engendré la naissance de styles très caractéristiques de certaines zones géographiques, tant en ce qui concerne la musique que la danse.

La kizomba, en tant que musique et danse de couple, a commencé à fortement pénétrer l'Europe en 2008, en commençant par le Portugal, précurseur depuis 1988 environ, et est maintenant pratiqué en région parisienne[4].

TerminologieModifier

Depuis 2010 environ, le terme kizomba est beaucoup utilisé, à tort, pour désigner toutes les danses "dérivées", ainsi que toutes les musiques "dérivées".

Musique et danseModifier

  • La kizomba (musique), née en 1980, est de base semba[1], avec un rythme zouk, avec une très forte influence zouk et kompa.
  • La kizomba (danse) s'appelle « Passada » en Angola, et est la même danse que le Semba, adaptée et légèrement modifiée pour cette nouvelle musique moderne.

La danse Kizomba (au sens strict, la Passada angolaise) se caractérise par sa sensualité et sa position fermée.

Pour les deux partenaires, le tronc demeure fixe et néanmoins souple, chacun sur ces appuis. La différence avec le semba, est que la posture de l'homme est légèrement différente, donc avec plus de connexion, et les mouvements du bassin en huit.

En revanche, la danse Semba d'origine, bien qu'elle soit la même, correspondant à la musique semba qui peut parfois être plus rapide, et se caractérise par des déplacements plus rapides en semba social, et plus énergiques en démonstration pour le Semba Show.

En mars 2021, un dossier a été déposé par le Ministère de la Culture Angolaise au patrimoine mondial de l'Unesco, pour que l'utilisation de ce mot, kizomba, ne soit utilisé que pour désigner la danse, la musique et la culture angolaise.

Danser la kizombaModifier

La danse en elle-même se pratique en 8 temps.

L'homme guide sa partenaire avec le buste et la main droite, ainsi que les contacts physiques (cuisse à cuisse pas exemple).

Le guidage se fait essentiellement par le haut du corps et le buste (orientation des épaules).

  • Le buste se frôle avec celui de la partenaire.
  • Le bras droit vient se placer dans le dos de sa partenaire. Le bras gauche de la partenaire vient se placer au dessus. Il va permettre l'essentiel du guidage :
    • "Ouvrir" ou "Fermer" la position de sa partenaire ;
    • Descendre dans le sol ou monter de niveau (gainage de la partenaire) permettant un pivot, un porté, etc.
  • La main gauche ne sert que peu et est utilisée essentiellement pour bloquer (faire un "touch").
  • La connexion cuisse à cuisse qui arrive au 3eme temps de la sortie fille et au 2eme de la sortie garçon et sert souvent de transition pour une autre passe.

Les pas de bases sont les suivants :

  • le 2 temps où l'homme déplace sa partenaire sur la gauche vient marquer en joignant les pieds, puis se déplace sur la droite et vient a nouveau marquer ;
  • le "suavé" qui est un pas lent où chaque pas se fait en 2 temps sur place ;
  • le 3 temps ;
  • la sortie garçon (5 temps) où l'homme avance et sort de la ligne de danse sur la gauche puis revient en face de sa partenaire ;
  • la sortie fille (5 temps) où l'homme avance d'un pas puis recule sur 4 temps et sa partenaire sort de la ligne de danse puis y revient ;
  • le corridinho, qui est une succession de pas qui forme un cercle au sol, où l'homme avance en inclinant légèrement ses épaules vers l'intérieur du cercle ;
  • le pas chassé ou "cha-cha", un déplacement rapide sur un temps où 2 pas sont exécutés.

Les changements de rythme ou un stop peut arriver au bout de 8 temps.

Le ginga (mouvement de hanche) est accentué en traditionnel (semba) et est plus dans le sol que en urban. Pour danser la kizomba, il existe de nombreuses soirées dansantes. Il existe majoritairement 2 types de soirées :

  • les soirées "100% kiz" où on ne danse que de la kizomba et danses apparentées (semba, GhettoZouk, kompa...) ;
  • les soirées "SBK" (pour Salsa Bachata Kizomba) où les 3 types de musique sont jouées en alternance par un DJ (en général 3 musiques de chaque), la bachata et la salsa étant d'autres danses latines.

Les danses de couple étant codifiées et nécessitant un apprentissage, les soirées commencent souvent par un cours donné par des professeurs de danses.

DérivésModifier

Kizomba moderneModifier

  • La Kizomba moderne (Modern'Kiz) ou Kizomba Fusion (Kiz'Fusion) est le résultat d'une fusion avec le Tango, sur une nouvelle musique - le GhettoZouk - et viendrait du Portugal.

Pour l'homme, le tronc demeure fixe et néanmoins souple, alors que la femme, elle, doit être en déséquilibre avant, posée buste contre buste pour être guidée comme le Tango, tandis que les bas du corps sont beaucoup plus énergiques. Tout a été modifié/créé, ce qui en fait une danse à part entière, et non pas un "style différent" de Kizomba.

Urban KizModifier

L'Urban Kiz, née en France en 2014, a utilisé certains pas basiques de kizomba, ainsi que la Kiz'Fusion, et les a adaptés et modifiés pour danser sur de nouvelles musiques :

  • la danse Urban'kiz qui se caractérise par son énergie robotique néanmoins très technique ;
  • les musiques Moombahton, Zouk bass, Tarraxa Electro, qui ont été utilisées pour créer la danse Urban Kiz.

Il n'existe pas de musique ou rythme "urbankiz". Cela désigne une danse seulement.

Le mot Urban représente la musique liée au RnB (voire Ghetto-Zouk), et le terme Kiz montre simplement qu'il a été influencé par la Kiz'Fusion. La principale différence est que les danseurs gardent généralement plus de distance entre eux et n'ont pas forcément une connexion poitrine contre poitrine, contrairement à la Kiz'Fusion.

Tout a été modifié, ce qui en fait une danse à part entière, et non pas un style différent de Kizomba.

Pour les deux partenaires, le tronc demeure fixe, le corps inflexible, tout en étant léger. Les jambes sont tendues et l'énergie est différente : on demande aux suiveurs de gainer. La musique urbaine utilisée est également plus lente, mais la danse comporte de nombreux changements de rythmes dynamiques, avec des accélérations, des pauses et des transitions plus ou moins lentes, suivant le tempo. L'urban kiz se caractérise aussi par les mouvements de feinte des jambes des hommes ou encore les contre-temps. L'urban kiz introduit aussi la tarraxinha et/ou tarraxa (danse angolaise), mais qui a néanmoins une différence notable : la tarraxinha se caractérise par des mouvements de blocage des parties du corps, sur place sans déplacement, et des mouvements de bassin pour la partenaire.

AutresModifier

Bien que phénomènes très peu répandus, la raggakiz (mélange de kiz'fusion et danse ragga), la bachakiz (pas de base de la bachata avec des mouvements de kiz'Fusion), ou encore le TangoKiz, le KizombaTango, l'UrbanKizTango ou UrbanKiz Sensual[5] existent également.

Influences et évolutionModifier

  • La musique : depuis 1947, le semba était la musique moderne populaire de l’Angola. Les danseurs de semba se sont mis à élaborer de nombreuses figures et à jouer sur leurs appuis en harmonie avec la construction musicale et avec leur partenaire.

La génération suivante a découvert la musique zouk dans les années 1980, avec la tournée du groupe antillais Kassav', en Angola et ailleurs. Les musiciens ont alors commencé à faire évoluer le rythme du semba vers une musique plus lente, généralement très romantique, qui ressemble par sa rythmique à la musique zouk[6]

  • La danse : la kizomba adapte les mouvements du semba à ce genre musical de plus en plus populaire dans les années 1980, mais avec une position plus fermée, plus près du corps, torse contre torse et plus lente.

Artistes (Musiciens)Modifier

  • Semba et Kizomba : David Ze, Urbano de Castro, Os Kiezos, Jovens do Prenda, Bonga Kuenda, Mamukueno, Eduardo Paim (SOS), Paulo Flores, Ruca Van-Dunem, As Gingas, Lulas da Paixão, Dom Caetano, Yuri de Cunha, Euclides da Lomba, Yola Semedo (Impactus 4), Jacinto Tchipa, Moniz et Beto de Almeida, Os Versateis, Mamborro, Nany, Lurdes Van-Dunem, Clara Monteiro, Bagão, Antonio Paulino, Jivago, Calo Pascoal (Quebra Galho), Ary, Perola, Yola Araujo (As Melomanias), Betomax, Celma Ribas, Matias Damasio, Rei Helder, Puto Portugues, Irmãos Verdades, Ze do Pau, Don Kikas, André et Ruy Mingas, Calabeto, Carlos Burity, Liceu Vieira Dias, NˈSexy Love, Kyaku Kyadaff, Kristo, Konde Martins, Livongh, Eddy Tussa, Maya Cool, Philippe Mateo…
  • Cabo love (et autre à classer) : Suzanna Lubrano, Philip Monteiro, Gama, Gil Semedo, Tó Semedo, Beto Dias, Paulo Tavares, Marcia, Gylito, Kido Semedo, Nhelas, Roger, Alcides&Vanir, Rome, Juceila Cardoso, Denis Graça, Charbel…
  • Remixeurs : Dj Radikal, Nindja, M&N, Pro, Dj Sai, Sai, Dj Chad, VersuS, Dj Fred Maestro, J-Kee, Mestah, Dj Kakah, Dj Alnova, Dj Shark, Dj Kayel, Dj Zay'X, Vlad Ivan, Stefanio Lima, TrayBeatz, Dj Nice Life, Dj Malick, Dimaf, Malcom Beatz, Dj Hegza, Dj Ramon10635, Dj Ghost Face, Dj C.C.Ron, Dj Snake, Dj Willy G, Dj Charley Raymdtc, Dj Ralph BB, Blvck Skyle, Dj David Ruela, Dj Hugo Smile, Armandocolor IDREAM, Dj Mulato, Dj michbuze...

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « La danse du kizomba séduit le monde entier »,
  2. a et b « Aux racines de la kizomba, la danse angolaise qui séduit le monde »,
  3. « Histoire de la Kizomba - Kizombalove », sur www.kizombalove.com (consulté le )
  4. Par Le 23 juillet 2014 à 16h58, « La fièvre du kizomba chauffe le quai Compagnon à Ivry », sur leparisien.fr, (consulté le )
  5. « Fred-Nelson & Morgane | Danseurs et professeurs d' UrbanKiz Sensual Tango » (consulté le )
  6. « #12-Asi se goza #4 : La Kizomba, activateur de plaisir ! », Fauteuses de trouble,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :