Kim Yong-nam

Kim Yong-nam
Illustration.
Fonctions
Président du Présidium de l'Assemblée populaire suprême de la République populaire démocratique de Corée
(Chef de l'État)

(20 ans, 7 mois et 6 jours)
Premier ministre Kim Yong-il
Choe Yong-rim
Pak Pong-ju
Dirigeant suprême Kim Jong-il
Kim Jong-un
Prédécesseur Yang Hyong-sop (président Comité permanent de l'Assemblée nationale)
Successeur Choe Ryong-hae
Ministre des Affaires étrangères

(14 ans, 9 mois et 4 jours)
Premier ministre Li Jong-ok
Kang Song-san
Li Gun-mo
Yon Hyong-muk
Kang Song-san
Hong Song-nam
Prédécesseur Ho Dam
Successeur Paek Nam-sun
Biographie
Date de naissance (92 ans)
Lieu de naissance Pyongyang (Corée japonaise)
Nationalité Nord-Coréen
Parti politique Parti du travail de Corée

Kim Yong-nam
Dirigeants nord-coréens

Kim Yong-nam
Chosongeul 김영남
Hanja 金永南
Romanisation révisée Gim Yeongnam
McCune-Reischauer Kim Yŏngnam

Kim Yong-nam, né le à Pyongyang, est un homme d'État nord-coréen. Il est président du présidium de l'Assemblée populaire suprême de 1998 à 2019. Il sert les trois générations de la famille Kim durant sa carrière.

BiographieModifier

Enfance et étudesModifier

Il étudie à l'université Kim Il-sung puis obtient en 1953 un diplôme en relations internationales à l'université de Moscou[1].

Président de l’Assemblée populaire suprême (1998-2019)Modifier

Il est nommé président du présidium de l'Assemblée populaire suprême le . L'Assemblée étant, selon la Constitution nord-coréenne, « l'organe suprême du pouvoir de la République populaire démocratique de Corée »[2], le président de son Présidium est l'équivalent juridique du chef de l'État de la Corée du Nord[3]. Le « Dirigeant suprême de la République populaire démocratique de Corée » est cependant, toujours selon la Constitution, le président du Comité de la défense nationale (de à ) puis de la Commission des affaires de l'État (depuis ), poste occupé par Kim Jong-un. Les analystes occidentaux considèrent généralement Kim Yong-nam comme ayant été le no 2 du régime du temps de Kim Jong-il; après la mort de ce dernier, Kim Jong-un a été proclamé « chef suprême » du pays, Kim Yong-nam demeurant à son poste.

Dans le cadre du resserrement des liens bilatéraux entre la Corée du Nord et les autres nations asiatiques, Kim Yong-nam a conduit des délégations au Viêt Nam, au Laos et au Cambodge en , peu avant la tenue d'une rencontre de l'ASEAN au Viêt Nam, et des délégations cambodgiennes et laotiennes ont été reçues en Corée en 2002[4]. Kim Yong-nam a également été reçu en Syrie, en .

À l'occasion du 55e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Corée du Nord, Kim Yong-nam se rend en Chine en . Cette visite permet le renforcement des relations politiques et économiques entre les deux pays, tandis que le chef de l'État nord-coréen déclare soutenir fermement la politique de la Chine dans le cadre d'une « réunification pacifique », fondée sur le principe « un État et deux systèmes », selon les comptes rendus officiels chinois[5], [6].

L'ancienne présidente indonésienne Megawati Soekarnoputri, à la tête d'une délégation du Parti démocratique indonésien de lutte, effectue un séjour à Pyongyang en , à l'invitation du président Kim Yong-nam, lors des cérémonies du quarantième anniversaire de la création de la kimilsungia[réf. nécessaire].

En , Kim Yong-nam félicite le président vénézuélien Hugo Chávez pour sa réélection[7].

Il est le chef officiel de la délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques de Pyeongchang, notamment accompagné par la sœur de Kim Jong-un, Kim Yo-jong. D'après Yang Moo-jin, de l'Université des études nord-coréennes de Corée du Sud, Kim Yong-nam est « le numéro deux dans la hiérarchie du parti », après Kim Jong-un[1]. C'est dans son rôle de chef de l'État de la République populaire démocratique de Corée qu'il déjeunera le avec le président sud-coréen Moon Jae-in, accompagné de Kim Yo-jong. À cette occasion, Kim Yo-jong a invité officiellement le président sud-coréen pour une visite d'État au Nord au nom de son frère.

Le , il est remplacé à la présidence du présidium de l'Assemblée par Choe Ryong-hae.

Voir égalementModifier

Notes et référencesModifier