Khaganat ouïgour

second khaganat Ouïghour, situé sur l'actuelle mongolie et une partie de la Sibérie
(Redirigé depuis Khanat ouïghour)
Khanat ouïgour

744–848

Drapeau
Description de cette image, également commentée ci-après
Territoires du Khaganat ouïgour à son apogée en 820
Informations générales
Capitale Ordu-Baliq
Langue Langues karluk

Entités précédentes :

Le Khaganat ouïgour ou plus rarement khaganat ouïghour (vieux turc : 𐰆𐰖𐰍𐰆𐰺 en mongol cyrillique : Уйгурын хаант улс, en chinois simplifié : 回纥 ; chinois traditionnel : 回紇 ; pinyin : huíhé) désigne la période de domination des Ouïgours sur un territoire centré sur l'actuelle Mongolie de 744 à 848.

Il s'étendait sur une superficie de 3 100 000 km2 et fut fondé par Qutlugh Bilge Köl. Sa capitale était Ordu-Baliq et le khaganat avait pour religion officielle le manichéisme.

HistoireModifier

 
Manuscrit manichéen ouïghour

En 744, les Ouïghours vainqueurs dissolvent l'ancien khaganat Göktürk, et leur chef se proclama Khagan[1].

Alliés des Chinois, les Ouïgours protégèrent la dynastie Tang et, sous le règne de Bayan-chor khan (règne 747-759), aidèrent au rétablissement d'un empereur en 757. Ils furent récompensés par un cadeau annuel de vingt mille pièces de soie[1]. Cependant ils ne purent empêcher, à l'ouest, l'avancée des troupes arabo-musulmanes qui, alliées à des Tibétains et à des tribus turques infligent une défaite aux Tang à la bataille de Talas en 751.

Les Ouïghours, qui avaient aidé les Tang à combattre la rébellion et à éloigner les rebelles de la capitale, établirent leur contrôle sur la partie nord du bassin du Tarim. Alors que Bögü khagan (759-780), séjournait dans la capitale Tang en 762, il fut converti au manichéisme par des Sogdiens qui y vivaient. Le manichéisme devint la religion officielle des Ouïghours, avec construction de temples à partir de 771[2].

Bögü khagan est renversé et tué, et le nouveau khagan, Alp Qutlugh Bilge (779-789), persécute les manichéens. Ses successeurs restaurent le manichéisme à son statut antérieur[2].

Au Turkestan oriental, la période coïncide avec une offensive majeure contre le Tibet, où le bouddhisme est devenu la religion officielle en 787. Dans les années 780 et 790, les Tibétains ont pris plusieurs villes de la région. Les Ouïghours sont encore en mesure de contre-attaquer, et en 803, ils reprennent Qocho. En 808, Qutlugh meurt, son fils, Pao-i (zh) lui succède. La même année les Ouïghours prennent la préfecture de Liang (dans l'actuelle Gansu) aux Tibétains[3]. La lutte pour les villes du bassin du Tarim entre les Tibétains, les Chinois et les Ouïghours se poursuit jusqu'aux années 820, date à laquelle le khaganat voit son apogée. En 822-823, le Tibet fait la paix avec la Chine et avec les Ouïghours. Mais la situation du khaganat ouïghour se détériore rapidement[2].

En 840, les Ouïghours sont vaincus par les Kirghizes qui s'emparent de leur capitale et y fondent ce que l'on appelle le khaganat kirghize du Ienisseï (840 – 925). Les Ouïgours quittent leur territoire pour s'établir dans ce qui est l'actuel Xinjiang, dans la région de Tourfan, un autre groupe s'installe dans le Gansu occidental[1] on les appelle, les Ouïgours de Ganzhou (甘州回鹘) ou les Ouïgours de Hexi (河西回鹘).

CultureModifier

 
Caractère mobiles en bois ouïghours datant des environs du XIIe et XIIIe siècle

Les Ouïgours formaient à l'origine une confédération de 9 tribus. Ils ont conservé des traditions de leur origine nomade : leur capitale a d'abord été un camp circulaire de tentes entourant celle du souverain, en soie dorée, et qui pouvait contenir cent personnes. Leur territoire était protégé par un réseau de fortins en terre ou en briques, de surface variable (0,6 à 18 hectares). Outre leurs fonctions militaires, ils servaient aussi de centres administratifs, commerciaux, agricoles ou artisanaux.

L'armée ouïgoure comptait autant de fantassins que de cavaliers, dont des archers à cheval. Des cavalières armées d'arc servaient de garde d'honneur, sans que l'on sache si elles servaient uniquement pour la parade ou aussi pour le combat.

Des statues de pierre représentent des personnages masculins tenant une coupe à deux mains. Les Ouïgours écrivaient leur langue, et cette tradition littéraire, conservée jusqu'au XIIIe siècle, a eu une grande influence sur les Mongols[1]. Le mongol bitchig, écriture adoptée par Gengis Khan pour la langue mongole est dérivé de l'Alphabet ouïghour par Tata Tonga.

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d I. Lebedynsky, Les Nomades, peuples nomades de la steppe, Paris, Errance, , 301 p. (ISBN 978-2-87772-346-6), p. 203-205.
  2. a b et c (en) Yuri Bregel Brill, An Historical Atlas of Central Asia, 2003
  3. Wang 2013, p. 184.

BibliographieModifier