Ouvrir le menu principal

Kachan

commune iranienne
(Redirigé depuis Kashan)

Kachan
(fa) كاشان
Kachan
Cour intérieure à Kashan
Administration
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Province Ispahan
Indicatif téléphonique international +(98)
Démographie
Population 310 777 hab. (2006)
Géographie
Coordonnées 33° 59′ nord, 51° 35′ est
Altitude 982 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Iran

Voir la carte administrative d'Iran
City locator 14.svg
Kachan

Géolocalisation sur la carte : Iran

Voir la carte topographique d'Iran
City locator 14.svg
Kachan
Sources
Index Mundi

Kachan (ou Kashan ; en persan : كاشان / Kâšân) est une ville d'Iran située entre Téhéran et Ispahan.

Kashan est la première des grandes oasis qui se trouvent le long de la route entre Qom et Kerman, dans les déserts du centre de l'Iran et son attrait est principalement dû au contraste entre les immensités des déserts et la verdure des oasis bien entretenues.

Sommaire

HistoireModifier

 
Carreau en étoile, kashi, fin XIIIe, céramique siliceuse à décor de lustre métallique, musée du Louvre

L'oasis de Kachan fut habitée depuis la fin du VIe millénaire avant notre ère, comme en témoigne le site néolithique de Tepe Sialk en bordure de la ville actuelle. La cité de Kachan connut un développement notable sous l'impulsion de l'épouse du calife abbasside Hâroun ar-Rachîd (786-809)[1].

Au Moyen Âge, la ville est renommée pour ses ateliers de céramique. En effet, le nom de la ville trouve son origine dans le nom persan désignant le carreau de céramique, kashi. Au XIe siècle, Malik Chah Ier de la dynastie seldjoukide y fait construire une forteresse dont les murs sont encore visibles aujourd'hui au centre de la ville.

Kachan atteint son apogée avec les Séfévides. Chah Abbas Ier (1571-1629) l'enrichit de palais, de jardins et de bazars et se fait enterrer dans la ville.

En 1778, la ville subit un tremblement de terre. En 1852, le chancelier de Nassereddine Chah, Amir Kabir est assassiné dans le jardin de Fin.

Monuments et attractionsModifier

Depuis le Moyen Âge, Kachan a été le foyer d'une intense vie intellectuelle et spirituelle, mais les édifices reflétant cette riche culture sont relativement récents :

On trouve à Kachan d'anciennes résidences traditionnelles de marchands ou de princes, telles

 
Mausolée Shahzadeh Ebrahim

Elles datent de l'époque Kadjar (XIXe siècle) et leur architecture présente des caractéristiques communes : elles sont agencées autour de cours rectangulaires agrémentées de bassins et bordées de pièces et d'iwans reliés par des passages. Leurs badguirs rappellent que Kachan se trouve aux portes du désert. Les pièces sont, suivant l'exposition, réservées à la saison hivernale ou estivale et une nette séparation est faite entre les espaces consacrés à la vie privée (andaroun) et ceux réservés à l'accueil des hôtes (biroun)[4].

  • À la sortie sud-ouest de la ville se trouve l'Imamzadeh Shahzadeh Ebrahim, mausolée au cône à facettes couvert de céramiques émaillées d'un turquoise clair et lumineux.
  • Un peu plus loin, on découvre le jardin de Fin, archétype du jardin persan, qui abrite un pavillon et des bains où, en 1852, fut assassiné sur ordre impérial le chancelier Amir Kabir.

PersonnalitésModifier

JumelageModifier

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Patrick Ringgenberg, Guide culturel de l'Iran, (ISBN 978-964-334-242-5), p. 347
  2. Patrick Ringgenberg, Guide culturel de l'Iran, (ISBN 978-964-334-242-5), p. 348
  3. « Kashan Architecture - Urban Design », Encyclopædia Iranica
  4. Patrick Ringgenberg, Guide culturel de l'Iran, (ISBN 978-964-334-242-5), p. 349

Voir aussiModifier