Ouvrir le menu principal

Charles-Henri-Othon de Nassau-Siegen

militaire français
(Redirigé depuis Karl Heinrich Otto de Nassau-Siegen)
Charles Henri Nicolas Othon de Nassau-Siegen
Le Prince Charles de-Nassau-Siegen.jpg
Titre de noblesse
Prince
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tinna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Charles Henri de Nassau-SiegenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activités
Explorateur, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Autres informations
Grades militaires
Conflits
Distinctions
Portait du prince par Élisabeth Vigée-Lebrun.

Prince Charles-Henri-Othon de Nassau-Siegen, en allemand : Prinz Karl Heinrich Otto von Nassau-Siegen, en russe : Карл Генрих Нассау-Зиген, né à Senarpont (Somme) le , mort à Tynna (Ukraine) le est un militaire, colonel dans la Marine royale de la France, amiral dans la Marine impériale de Russie.

Sommaire

FamilleModifier

Fils du prince Maximilien Guillaume Adolphe de Nassau-Siegen (1722-1748) et d'Amicie de Monchy (-1752)[1]. Le prince Maximilien était le troisième fils du prince Emmanuel-Ignace de Nassau-Siegen, régent de la principauté de Nassau-Siegen et de Charlotte de Mailly-Nesle.

Or le mariage du prince Emmanuel-Ignace et de la princesse Charlotte n'avait jamais été harmonieux. Après la naissance de deux fils (qui moururent en bas âge), le prince et la princesse vécurent séparément. La princesse menait une vie des plus frivoles. Cependant, au cours d'une éphémère réconciliation, elle donna le jour au prince Maximilien qui devait être l'héritier de la principauté. Las, peu de temps avant sa mort le prince Emmanuel-Ignace contesta la légitimité de cet enfant qu'il avait reconnu dans un premier temps. La mère de l'enfant étant Française, le parlement Français déclara le prince Maximilien légitime tandis que la cour de justice impériale, sur requête du prince d'Orange, le déclarait illégitime. Le prince Maximilien contesta en vain cette décision. Après la mort du prince Maximilien, son fils, le prince Charles-Henri-Othon reprit à son compte ses revendications mais la principauté de Nassau-Siegen passa à un cousin de la branche de Nassau-Dietz.

MariageModifier

Charles-Henri-Othon de Nassau-Siegen épousa à Varsovie, le 14 septembre 1780, la comtesse Caroline Gozdzką (1747-1807), première épouse du prince Janusz Wladislaw Sanguszko (au mariage annulé en 1778).

BiographieModifier

Issu de la lignée catholique des Nassau-Siegen[2], Karl Heinrich Otto de Nassau-Siegen naquit et fut éduqué en France, et entra au service de la Marine royale française à l'âge de 15 ans[3].

Marine royale françaiseModifier

Charles Henri Othon de Nassau-Siegen, nom sous lequel il est connu à la cour de France et de Russie, prit part à la guerre de Sept Ans (1756-1763). Entre 1766 et 1769, sous le commandement du comte Louis Antoine de Bougainville (1729-1811), il effectua un tour du monde[3]. En 1768, le prince navigua sur l'océan Pacifique, il fit escale à Tahiti, dans les îles de Tuamotu, Samoa, Vanuatu (îles des Nouvelles-Hébrides), les îles Salomon et en Nouvelle-Guinée. De retour en France, le prince organisa une expédition en Afrique centrale. Au grade de colonel de la Marine royale de France, sans succès, en mai 1779, il tenta de prendre l'île de Jersey lors de la Quatrième guerre anglo-néerlandaise.

Marine royale espagnoleModifier

En 1780, il passa au service de l'Espagne, lors de la Guerre anglo-espagnole, commandant de piles flottantes (batteries de canons), en 1782 il prit part au siège de Gibraltar (1779-1783). Le roi Charles III d'Espagne le promut major général et il reçut le titre de Grande (Grand d'Espagne).

Vie en PologneModifier

Charles-Henri-Othon de Nassau-Siegen vécut en Pologne et devint l'ami du roi Stanislas-Auguste Poniatowski, le souverain polonais décora le prince de l'Ordre de Saint-Stanislas et l'Ordre de l'Aigle blanc.

Marine impériale de RussieModifier

 
La bataille de Svensksund, juillet 1790

À la fin de 1786, Charles-Henri-Othon de Nassau-Siegen arriva dans le Sud de la Russie et se lia avec Grigori Potemkine. Avec ce dernier, le prince assista à la préparation du célèbre voyage de Catherine II de Russie en 1787. Au cours du séjour de l'impératrice dans le Sud de la Russie, Charles-Henri-Othon de Nassau-Siegen figura parmi les personnalités du cortège impérial, puis entra au service de la Russie impériale. À cette occasion, il fut promu kontr-admiral. Lors de la Guerre russo-turque (1787-1792), il commanda une flottille de galères. À plusieurs reprises il défit la marine turque. Pour son courage et ses prouesses militaires, le 24 juillet 1788, il reçut l'Ordre de Saint-Georges (deuxième classe) et fut promu vitse-admiral. Mais en conflit avec Grigori Potemkine, Charles-Henri-Othon de Nassau-Siegen repartit à Saint-Pétersbourg. En qualité d'agent de Catherine II de Russie, il se rendit en France et en Espagne afin de réaliser une union entre ces deux pays, la Russie et l'Autriche, sans succès.

Il participa à la Guerre russo-suédoise (1789-1790). Au cours de ce conflit il sort victorieux de la première bataille de Svensksund en 1789 et, le 4 août 1789, se voit décoré de l'Ordre de Saint-André. Mais le 9 juillet 1790, lors de la bataille de la baie de Vyborg, il subit une sévère défaite dans la seconde bataille de Svensksund durant laquelle la marine royale suédoise, commandée par le roi Gustave III, anéantit la flotte russe : 49 navires et galères sont coulés et 22 galères sont prises par les Suédois. On compte en outre 7 400 morts et 6 000 prisonniers parmi les Russes. Malgré tout, en 1790, Nassau-Siegen est élevé au grade d'amiral. Le prince ne se remit jamais de la défaite de la seconde bataille de Svensksund. En , il prend de longues vacances et en 1794, il quitte la Russie. Après plusieurs demandes il obtient sa démission. Il s'installe dans le Sud de la Russie près de Nemirov (aujourd'hui en Ukraine) et s'investit dans l'agriculture.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. L'Allemagne dynastique www.pastellists.com
  2. dic.academic.ru
  3. a et b www.zeno.org

Voir aussiModifier