Ouvrir le menu principal

Jules Turgan

médecin, vulgarisateur scientifique
Julien Turgan
Julien Turgan.jpg
Julien Turgan, photographie de Nadar
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ToursVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Julien François TurganVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

François Julien Turgan (Paris, - Tours, [1]) est un chansonnier, ingénieur, médecin et journaliste français, connu pour ses ouvrages encyclopédiques portant sur l'industrie, les arts et métiers, les techniques de son époque.

BiographieModifier

Turgan fait ses études au collège royal de Saint-Louis où il se distingue en version latine (1838)[2]. Il est en 1842 le parolier d'Émile Bienaimé tout en faisant sa médecine. Interne des hôpitaux de Paris, il se distingue en 1848 par ses actes de dévouement lors des journées de juin puis au moment de l'épidémie de choléra[3].

Sous la Deuxième République, rédacteur scientifique au journal L'Événement puis au journal Le Bien-être universel, il fonde La Fabrique, la ferme, l'atelier (1851-1853), un journal de vulgarisation scientifique, marqué par l'esprit fouriériste, et auquel contribue le poète Gérard de Nerval. Il rallie la cause de Louis-Napoléon Bonaparte.

Directeur adjoint du Journal officiel (1852-1858), ami de Théophile Gautier[4], il devient directeur du Moniteur universel en 1852. Il est proche de La Librairie nouvelle, dirigée par le patron de presse Bourdilliat. Celui-ci lance sous sa direction une énorme somme sur Les Grandes Usines, associée à Michel Lévy, souscription internationale qu'il mène durant plus de vingt ans.

Sous la Troisième République, il est membre résidant de la section des sciences du Comité des travaux historiques et scientifiques (1870-1877).

Il est nommé officier de la Légion d'honneur en 1878[5].

ÉcritsModifier

  • Les Écoliers de Paris, nocturne, musique d'Émile Bienaimé, 1842
  • Vole, ma noire gondole, mélodie, musique d'Émile Bienaimé, 1842
  • Les Ballons, histoire de la locomotion aérienne depuis son origine jusqu'à nos jours, préface de Gérard de Nerval, 1851
  • Orfèvrerie Christofle, 1860
  • Les Grandes Usines. Études industrielles en France et à l'étranger, Paris, Michel-Lévy/La Librairie nouvelle, 10 volumes illustrés, 1860-1874 et suiv.
  • Études sur l'Exposition universelle, 1867
  • L'Artillerie moderne à grande puissance, études et renseignements, 1867
  • L'Évolution légale, 1880
  • Le Sénégal, sa colonisation par l'enseignement populaire, 1880
  • Les Établissements Duval, 1882

BibliographieModifier

  • Pierre Larousse, Le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, vol.7, 1898, p. 1159
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1880, p. 1777
  • Notice nécrologique de Julien Turgan, La Nature, 1887
  • René Martin, La vie d'un grand journaliste, 1948, p. 106

Notes et référencesModifier

  1. Acte de décès de François-Julien Turgan sur le site des Archives de l’Indre et Loire, commune de Tours, le 17 février 1887, acte n° 234, vue 59/416
  2. Almanach de l'université royale de France, 1839, p. 236
  3. Biographie sur le site du Conservatoire national des arts et métiers
  4. Bulletin de la Société Théophile Gautier no 23, 2001, p. 82
  5. Base Léonore, cote LH/2638/88.

Liens externesModifier