Judith Leyster

peintre néerlandaise

Judith Jans Leyster ou Leijster, née le à Haarlem et morte le à Heemstede, est une peintre néerlandaise.

Judith Leyster
Image dans Infobox.
Autoportrait vers 1630.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Conjoint
Autres informations
Domaine
Membre de
Guilde de Saint-Luc de Haarlem (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Genres artistiques
Œuvres principales
Le Joyeux Buveur (d), Joyeux trio (d), La Proposition (d), Jeune homme avec une cruche (d), Un garçon et une fille avec un chat et une anguille (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Judith Leyster
signature

BiographieModifier

Elle est la huitième enfant du brasseur Jan Willemsz et sa femme Trein Jaspersdr qui en auront neuf.

Le , Judith se marie avec le peintre Jan Miense Molenaer, a trois enfants, et met fin à sa carrière de peintre pour s'occuper de sa famille.

En 1659 elle tombe malade et meurt en .

ŒuvreModifier

Judith Leyster a particulièrement innové dans le domaine des scènes domestiques avec ses scènes paisibles de femmes à la maison, dont le thème ne deviendra populaire en Hollande que dans les années 1650[1]. Elle s’est exprimée dans une variété de sujets tels que les sujets de genre, les portraits et les natures mortes[2]:23. De telles peintures de genre, généralement de tavernes et d’autres scènes de divertissement, ont satisfait le goût et les intérêts d’une partie croissante de la bourgeoisie néerlandaise[3]. Beaucoup de ses autres réalisations sont de nature semblable à celles de plusieurs de ses contemporains comme Hals, ter Brugghen, van Honthorst, Steen et les caravagistes d’Utrecht, mais le résultat final lui appartient en propre[4].

Leyster et HalsModifier

 
La Joyeuse Compagnie, 1630, musée du Louvre.

Quoique estimée à son époque, cette femme artiste tombe dans l'oubli après sa mort[5]. Elle est redécouverte en 1893, lorsqu'il apparait qu'elle est en réalité l’auteure d’un tableau célèbre, La Joyeuse Compagnie, attribuée jusqu'alors à Frans Hals[6]. Cette confusion (ou tromperie) survient après la mort de Leyster, lorsque Sir Luke Schaub acquiert en 1758 The Jolly Companions, attribué à Hals. Après plusieurs reventes, le tableau est acquis en 1892 par Asher Wertheimer, marchand d'art à Bond Street à Londres, qui y voit une des plus belles œuvres de Hals[7]. Sir John Millars confirme l'authenticité et la valeur de l’œuvre. Wertheimer la vend alors 4 500 £ à une société qui la revend comme un tableau de Hals au baron Schlichting à Paris[8].

Lorsque, en 1893, le musée du Louvre retrouve le monogramme de Leyster sous la signature de Hals, cette découverte entraine une action judiciaire du baron Schlichting contre la société vendeuse, laquelle se retourne contre le marchand d'art Wertheimer[9]. L'affaire est jugée le , et la vente annulée, sans que soit prise en considération la valeur intrinsèque de l’œuvre de Leyster[10].

En 1893, Cornelis Hofstede de Groot est le premier à écrire un article sur Leyster[11], que les historiens de l’art ne considèrent alors que comme une imitatrice de Franz Hals[12], lui attribuant sept tableaux, dont six signés de son monogramme distinctif « JL* »[2]:46. En réalité, Judith Leyster était à la tête d’un atelier prospère, entourée de plusieurs assistants afin de satisfaire de nombreuses commandes. En 1635, moins de deux ans après son entrée dans la guilde de Saint-Luc, elle avait trois élèves, ce qui prouve qu'elle était respectée en tant qu'artiste[13]. Les chercheurs lui ont réattribué une vingtaine de tableaux parmi les œuvres attribuées auparavant à Frans Hals, comme par exemple le Jolly Toper (en français le Joyeux Buveur), acheté par le Riksmuseum en 1898, réattribué à Judith Leyster en 1927[14].

Judith Leyster a poursuivi Frans Hals en justice pour avoir accueilli un étudiant qui avait quitté son atelier sans l’accord préalable de la Guilde. La mère de l’élève lui a versé la moitié des dommages et intérêts qu’elle réclamait, soit quatre florins, tandis que Hals a payé une amende de trois florins au lieu de rendre l’apprenti. Leyster elle-même a reçu une amende pour ne pas avoir inscrit l’élève à la Guilde[15].

GalerieModifier

ŒuvresModifier

  • La Partie de trictrac (v. 1630), huile sur bois, 41 × 31 cm, Worcester Art Museum, Massachusetts.
  • La Proposition (v. 1631), huile sur bois, 30,9 × 24,2 cm, Mauritshuis, La Haye.
  • Le Tour de cartes, huile sur bois, 54 × 43,5 cm, Musée des beaux-arts, Rouen.
  • Le Joueur de flute, v. 1635.
  • La Joyeuse Compagnie, (anciennement attribué à Frans Hals) 1629, huile sur toile, 68 x 55 cm, Musée du Louvre, Paris.
  • Portrait de garçon (anciennement attribué à Frans Hals), 1640, huile sur toile, Musée National, Stockholm.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Alexander Vergara et Mariët Westermann, Vermeer y el interior holandés : del 19 de febrero al 18 de mayo, Museo Nacional del Prado, , 259 p., 28 cm (ISBN 978-8-48480-049-1, OCLC 863473349, lire en ligne), p. 203.
  2. a et b (en) Frima Fox Hofrichter, Judith Leyster : A Woman Painter in Holland’s Golden Age, Doornspijk, Davaco Publishers, , 144 p. (ISBN 978-9-07028-862-4, OCLC 185830921, lire en ligne), p. 32.
  3. (en) Pieter Biesboer, Judith Leyster : A Dutch Master and Her World, New Haven, Waanders Publishers, , 391 p., 28 cm (ISBN 978-9-06630-270-9, OCLC 983879702, lire en ligne).
  4. Wayne E. Franits, Dutch Seventeenth-Century Genre Painting : Its Stylistic and Thematic Evolution, New Haven, Yale University Press, , vii, 328 p. (ISBN 978-0-30010-237-6, OCLC 826526307, lire en ligne).
  5. (en) « 10 Famous Female Painters Every Art Lover Should Know », sur My Modern Met, (consulté le 16 octobre 2020)
  6. « Judith Leyster, La joyeuse compagnie », sur Musée du Louvre, .
  7. (en) « Judith Leyster », sur RKD – Netherlands Institute for Art History (consulté le 28 février 2019).
  8. Germaine Greer, Obstacle race : the fortunes of women painters and their work, Diane Pub Co, , 139 p. (ISBN 978-0-75679-114-8):31.
  9. Susan Benford, « Famous Painters : Judith Leyster », sur Masterpiece Cards (consulté le 1er juin 2016).
  10. (en) Rebecca Morrill, Karen Wright et Louisa Elderton, Great women artists, Phaidon Press, , 463 p., 29 cm (ISBN 978-0-71487-877-5, OCLC 1123209883), p. 244.
  11. (de) Cornelis Hofstede de Groot, « Judith Leyster catalog raisonné, 1893 », Jahrbuch der Königlich Preussischen Kunstsammlungen, vol. 14,‎ , p. 190-198/232.
  12. (en) « Judith Leyster », Judith Leyster : A Dutch Master and Her World, New York, Yale University,‎ (ISBN 978-0-30005-564-1, OCLC 1049796144).
  13. (en) Germaine Greer, The Obstacle Race : The Fortunes of Women Painters and Their Work, Londres, Tauris Parke, , 373 p. (ISBN 978-1-86064-677-5, lire en ligne), p. 136.
  14. (en) Arlene Raven, Feminist Art Criticism : An Anthology, Paris, Routledge, , 264 p. (ISBN 978-0-06-430216-6, lire en ligne), p. 277.
  15. (en) Judith Molenaer, « Leyster, Judith, Dutch, 1609 - 1660 », sur National Gallery of Art website, (consulté le 14 juin 2021).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :