Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Judéo-espagnol calque

variété stylistique écrite de la langue judéo-espagnole créée par les rabbins espagnols pour traduire et enseigner les textes sacrés hébreux
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ladino.

Le judéo-espagnol calque, aussi appelé ladino[1],[2], est la variété stylistique écrite de la langue judéo-espagnole créée par les rabbins espagnols pour traduire et enseigner les textes sacrés hébreux. Il consiste à traduire un mot hébreu par un mot espagnol et toujours le même à moins que ne s'y opposent des considérations exégétiques, en respectant l'ordre des mots et la syntaxe de l'original hébreu. La langue a donc une syntaxe hébraïque, mais un vocabulaire roman, au contraire du judéo-espagnol qui a lui une syntaxe romane.

Une différence est à faire entre le judéo-espagnol calque, comme langue sacrée et écrite, et le judéo-espagnol vernaculaire, comme langue parlée pouvant être également appelée ladino (ou djudezmo, djidyo, djudyo, espanyol)[3],[4], si bien que le terme « ladino » appliqué à une langue judéo-espagnole uniquement écrite servant à l'étude de la Torah ne fait pas l'unanimité[5].

Sommaire

CaractéristiquesModifier

Outre davantage de mots venant de l'hébreu que le judéo-espagnol parlé, le judéo-espagnol calque se caractérise par sa syntaxe calquée sur l'original hébreu des textes sacrés. La syntaxe devient ainsi celle d'une langue sémitique et non plus d'une langue romane, et notamment, à partir d'une langue où la phrase est généralement dans l'ordre sujet-verbe-objet, dite en typologie syntaxique langue SVO, on passe à une langue VSO verbe-sujet-objet.

Le philologue Jacob Hassan donne l'exemple de l'expression hébraïque haesh hagdolá hazot (הָאֵשׁ הַגְּדֹלָה הַזֹּאת, Deutéronome 5,21) « ce grand feu », en espagnol ou en judéo-espagnol parlé este fuego grande, qui est traduit en judéo-espagnol calque par la fuego la grande la ésta, mot à mot « la feu la grande la celle-ci », ce qui correspond exactement à l'hébreu quant au genre féminin du mot « feu », aux articles définis répétés et à l'ordre des adjectifs[6].

Un autre exemple illustrant le procédé de calque lexical est l'extrait biblique suivant (Genèse 37,14) :

  • en judéo-espagnol calque dans la Bible de Ferrare (en) de 1547 : anda agora vee a paz de tus ermanos i a paz de las oūegas, mot à mot « va maintenant vois à paix de tes frères et à paix des brebis »,
  • en français dans la Bible du Rabbinat : « Va voir, je te prie, comment se portent tes frères, comment se porte le bétail[7] »,

où l'on voit comment le mot hébreu shalom « paix, état de santé » avec toutes ses significations est traduit par un mot judéo-espagnol unique paz « paix »[8].

Le verbe hébreu ספר (s-p-r) constitue également un cas intéressant quant à la méthode de traduction littérale de la Bible de Ferrare, qui oppose de façon tout à fait systématique

  • kontar (en espagnol contar « compter, raconter ») pour traduire la forme ordinaire qal du verbe (sāp̄ar, (way)yispor) qui signifie « compter »,
  • rekontar (en espagnol recontar « recompter, raconter (en détail) ») pour traduire la forme intensive piʿel du verbe (sippēr, (way)yisappēr) qui signifie « raconter »,

c'est-à-dire que le sens parfois intensif du préfixe verbal re- des langues latines (comme en français entrer/rentrer, chercher/rechercher, etc.[9]) est utilisé de façon strictement équivalente à la forme intensive hébraïque, y compris avec la modification du sens du verbe qu'elle entraîne en hébreu[10].

Notes et référencesModifier

  1. Haïm-Vidal Sephiha, « Le Judéo-Espagnol », dans Nathan Weinstock, Haïm-Vidal Sephiha, Yiddish et Judéo-Espagnol : un héritage européen, Bruxelles, Bureau européen pour les langues moins répandues, , 41 p. (ISBN 9074851495, lire en ligne).
  2. Haim Vidal Sephiha, « Le Ladino (Judéo-Espagnol Calque) ne se parle pas », Los Muestros, Bruxelles, Institut Sépharade Européen, no 74,‎ , p. 7-11 (ISSN 0777-8767, lire en ligne).
  3. (es) « El judeoespañol o ladino », sur projet Los sefardíes ante sí mismos y sus relaciones con España (Centro de Ciencias Humanas y Sociales, CSIC, Madrid).
  4. (en) Judith Cohen, « Clearing up Ladino, Judeo-Spanish, Sephardic Music » (version du 4 novembre 2013 sur l'Internet Archive), sur Society For Crypto-Judaic Studies, 2001.
  5. (es) Katja Šmid, « Los problemas del estudio de la lengua sefardí » [« Les problèmes de l'étude de la langue séfarade »], Verba hispanica, Université de Ljubljana, no 10,‎ , p. 113-124 (ISSN 0353-9660, lire en ligne), § 5 : « La cuestión de la llamada “lengua calco” » [« La question de la langue dite calque »].
  6. (es) Marco Schwartz, « Viaje por el judeoespañol, una lengua olvidada » [« Voyage chez le judéo-espagnol, une langue oubliée »], Raíces, Madrid, Sefarad,‎ (ISSN 0212-6753, lire en ligne).
  7. Bible du Rabbinat, Genèse 37,14, site sefarim.fr.
  8. Haïm Vidal Sephiha, « Créations lexicales en ladino », dans Estudios ofrecidos a Emilio Alarcos Llorach, vol. II, Université d'Oviedo, , 537 p. (ISBN 8440051654, lire en ligne), p. 243.
  9. Jacques Halbronn, « L'usage du préfixe « Re » en français », .
  10. Sephiha 1977, p. 251.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Le Ladino, judéo-espagnol calque : Deutéronome, versions de Constantinople, 1547 et de Ferrare, 1553. Édition, étude linguistique et lexique [par] Haïm Vidal Sephiha, Paris, 1973
  • Sephiha, Haïm Vidal (1923-….). Le Ladino : judéo-espagnol calque : structure et évolution d'une langue liturgique, Paris, 1979
  • Nehama, Joseph (1881-1971). Dictionnaire du judéo-espagnol, Madrid, 1977

Articles connexesModifier

Liens externesModifier