Juan Gómez (peintre)

peintre espagnol
Juan Gómez
Image dans Infobox.
Martirio de san Bernabé, Retable principal de l'église de San Bernabé (El Escorial).
Naissance
Décès
Activité
Père
Gonzalo Gómez (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Juan Gómez est un peintre espagnol de la Renaissance, originaire de Cuenca, mort le .

Il est le père de l'architecte Juan Gómez de Mora et le beau-frère de Francisco de Mora.

Une famille de peintres espagnolsModifier

Juan Gómez appartient à une famille de peintres espagnols travaillant à Cuenca, avec :

  • Martín Gómez le Vieux (vers 1500 – 1562),
    • Gonzalo Gómez,
      • Martín Gómez le Jeune, documenté entre 1578 et 1611, il a travaillé à l'Escurial entre 1592 et 1599-1600 avant de revenir à Cuenca, mort en 1611,
      • Juan Gómez, mort en 1597,
      • Francisco Gómez
    • Julán Gómez.

BiographieModifier

Le premier document concernant Juan Gómez, fils de Gonzalo Gómez et de Lucía de Moya, date du . Dans la première partie de sa carrière, jusqu'en 1584, il y a peu de documents car il doit travailler dans l'atelier de son père, à Cuenca. Son père est probablement mort vers 1584-1585.

Il travaille souvent avec son frère, Martín Gómez le Jeune.

Juan Gómez s'est marié avec Francisca de Mora, fille de Francisco de Mora et de Catalina de Alcalá. Ce mariage a dû être célébré en 1584 car le premier fils, Gonzalo Gómez de Mora, a été baptisé dans la paroisse de Santa Cruz à Cuenca le , le second, Juan Gómez de Mora, le , puis Francisco Gómez de Mora, le mais mort jeune. Un quatrième fils est né à Cuenca et a été baptisé le . Puis Juan Gómez et sa famille se sont installés à Madrid vers 1592 et quatre autres enfants ont été baptisés à Madrid et à l'Escurial entre 1592 et 1597 : María, Miguel, Andrés et Catalina[1].

Le , Philippe II nomme Juan Gómez peintre du roi pour un salaire annuel de cent ducats. Il a travaillé à l'Escurial avec son frère Martín Gómez le Jeune, avant de tomber gravement malade en 1597, jusqu'à sa mort, le .

Notes et référencesModifier

  1. Pedro Miguel Ibáñez Martínez, El Greco, p. 179

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pedro Miguel Ibáñez Martínez, Los Gómez : una dinastía de pintores del Renacimiento, Ediciones de la Universidad de Castílla-La Mancha, 1991 ; p. 244 (ISBN 978-8460077572)
  • Pedro Miguel Ibáñez Martínez, El Greco en el laberinto: Escenas de la pasión, Ediciones de la Universidad de Castílla-La Mancha, 2014 ; p. 256 (ISBN 978-84-9044-110-7)(aperçu)
  • Pedro Miguel Ibáñez Martínez, La etapa conquense del pintor Juan Gómez, p. 25-36, Boletín del Museo e Instituto « Camón Aznar », XXXVIII, 1989 (ISSN 0211-3171)
  • Miguel Jiménez Monteserín,Vicente Malabia Martínez, Callada belleza: arte en las clausuras de Cuenca : Catedral de Cuenca, p. 78, Ediciones de la Universidad de Castílla-La Mancha, 2008 ; p. 334 (ISBN 978-84-8427-594-7) (voir)
  • Pedro Miguel Ibáñez Martinez, La escuela conquense de Fernando Yáñez de la Almedina, p. 65-77, Anuario del Departemento de Historia y Teoria del Arte (U.A.M.) Vol. III, 1991 (lire en ligne)

Liens externesModifier