Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Heintz.

Joseph-Jean Heintz
Biographie
Naissance
Reims (France)
Ordination sacerdotale
Décès (à 72 ans)
Metz (France)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Emmanuel Suhard
Dernier titre ou fonction Évêque de Metz
Évêque de Metz
Évêque de Troyes

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Joseph-Jean Heintz (29 janvier 1886 à Reims - 30 novembre 1958 à Metz) est un ecclésiastique français.

BiographieModifier

Ordonné prêtre le 21 mai 1910, Joseph-Jean Heintz participe au conflit de 1914-1918. Le 11 juin 1916, il est caporal au 347e RI et il est chargé d'assister les deux sous-lieutenants Herduin et Millant, condamnés à mort sans jugement et fusillés sur ordre du colonel Bernard.

Il est nommé évêque de Troyes le 7 décembre 1933 (consacré le ) puis est nommé au siège de Metz le 15 février 1938. Successeur de Mgr Jean-Baptiste Pelt, il est le 100ème évêque de cette ville.

L'année suivante la Seconde Guerre mondiale éclate. Le 10 mai 1940, l'armée du Troisième Reich déferle sur les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg neutres et pénètre en France par les Ardennes. Metz, qui est pourtant une place forte de premier ordre, est déclarée ville ouverte, les troupes allemandes y entrent le 17 juin, quelques jours avant que la signature de l'armistice le 22. La Moselle est annexée de fait le 25 juillet suivant.

Trois semaines plus tard, le 15 août, la procession de la fête de l'Assomption dirigée par l'évêque se transforme en manifestation francophile, pacifique mais déterminée.

Dès le lendemain, l'évêque est expulsé de son diocèse vers la France par les autorités nationales socialistes. Il se réfugie à Lyon et ne peut rentrer qu'après la Libération (automne 1944).

En 1948, lors de la grande grève des mineurs, il exprime son soutien aux grévistes[1]. Il meurt en 1958 quelques semaines après le pape Pie XII et un mois après l'élection du pape Jean XXIII. L'abbé Paul-Joseph Schmitt lui succède.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Outeryck, « La grève des mineurs de 1948 », Cahiers de l'institut d'histoire sociale, no 108, p. 8.

Liens externesModifier