Jean Rougeau

(Redirigé depuis Johnny Rougeau)

Jean Rougeau (né le à Montréal et mort le dans cette même ville) est un catcheur (lutteur professionnel) ainsi qu'un entraîneur et président de club de hockey sur glace mieux connu sous le nom de Johnny Rougeau.

Jean Rougeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Données générales
Nom de naissance
Joseph Adélard Gustave Jean Rougeau
Nom de ring
Johnny Rougeau
Nationalité
Naissance
Décès
(à 53 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Taille
6 2 (1,88 m)[1]
Poids
225 lb (102 kg)[1]
Catcheur mort
Entraîneur
Eddie Auger[2]
Yvon Robert[2]
Carrière pro.

Il devient catcheur au début des années 1950. Il devient célèbre comme catcheur au Québec que ce soit seul ou en équipe avec son frère Jacques Rougeau Sr.. En tant que catcheur, il remporte à le championnat du monde poids lourd de la Commission Athlétique de Montréal. En 1964, il fonde l'Association Internationale de Lutte et en est le premier champion international poids lourd.

Dans le même temps, il devient propriétaire du club de hockey sur glace des Bombardiers de Rosemont, une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il renomme ce club National de Rosemont et l'entraîne aussi. Il devient président de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

JeunesseModifier

Rougeau est le fils d'Armand Rougeau, un ouvrier qui fait aussi de la boxe, et a un frère Jacques[3]. Il se passionne d'abord pour le hockey sur glace et évolue au poste de gardien de but au sein des National de Montréal en Ligue junior A[4]. Il s’aperçoit qu'il n'a pas le niveau pour devenir professionnel et arrête ce sport[3].

À 17 ans, il commence à travailler pour Coca-Cola d'abord comme manutentionnaire puis comme vendeur[3]. Il co-fonde avec Fernand Daoust le premier syndicat de cette entreprise et perd son travail quelques mois plus tard[3].

Carrière de catcheurModifier

À la fin des années 1950, son oncle Eddie Auger qui est catcheur aux États-Unis l'appelle et lui propose de devenir lui aussi catcheur[3]. Il part alors et travaille dans diverses fédérations américaines et a rapidement l'opportunité d'affronter les meilleurs catcheurs américain comme Buddy Rogers[3].

Hockey sur glaceModifier

Rougeau a également été entraîneur de hockey sur glace avec les National de Rosemont (70-71) et le National de Laval (71-72, 72-73, 77-78) dans le Hockey Junior Majeure du Québec de la Ligue, qui comprenait le joueur Mike Bossy, qui a remporté plusieurs coupes Stanley avec les Islanders de New York.  Plus tard, il a servi comme président de cette ligue de 1981 à 1983. Le Trophée Jean Rougeau a été nommé en son honneur, et est attribué à l'équipe qui enregistre le plus de points en saison régulière.

Vie personnelleModifier

Il a également été à la fois un garde du corps, propriétaire de discothèque, et politicien. Plus particulièrement, Rougeau est devenu le garde du corps et chauffeur du candidat libéral René Lévesque pendant les élections de 1960, après qu'il a été personnellement menacé par des partisans de l'Union Nationale.

En 1982, il a reçu le prix Bene Merenti de Patria, une médaille d'argent décernée par la Société Saint-Jean-Baptiste, chaque année, à un natif du Québec qui a démontré un grand service à la patrie[5].

Il est mort d'un cancer le . Ses obsèques ont été suivies par environ 7 000 personnes. Il a été enterré au cimetière de la cathédrale Notre-Dame-des-Neiges, à Montréal.

Dans la lutteModifier

ChampionnatsModifier

  • All-Star Wrestling
    • All-Star Wrestling Champion des poids Lourds (2 fois)
  • International Wrestling Association (Montréal)[6]
    • IWA International Heavyweight Championship (6 fois)
  • Montréal Commission Athlétique
    • MAC World Heavyweight Champion (1 fois)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Johnny Rougeau », sur Online World of Wrestling (consulté le 30 décembre 2017)
  2. a et b (en) « Johnny Rougeau », sur Cagematch (consulté le 30 décembre 2017)
  3. a b c d e et f Luc Beaudry, « Jean Johnny Rougeau fût beaucoup plus qu'un lutteur », sur RDS, (consulté le 30 décembre 2017)
  4. Pat Laprade, « LA DEUXIÈME PASSION DE JOHNNY ROUGEAU: LE HOCKEY », sur lutte.quebec, (consulté le 30 décembre 2017)
  5. « Liste des Lauréates et lauréats du prix Bene Merenti De Patria », Bilan du Siècle (consulté le 26 mars 2009)
  6. « Johnny Rougeau », Johnny O's Wrestling Website (consulté le 29 décembre 2017)

Liens externesModifier