Jim Garrison

Jim Garrison, né Earling Carothers Garrison le à Denison dans l'état de l'Iowa, et mort le à La Nouvelle-Orléans en Louisiane, est un procureur de district (district attorney) américain, connu pour avoir lancé une enquête sur l'assassinat de John F. Kennedy.

Jim Garrison
Garrison Jim.jpg
Fonction
Procureur de district
La Nouvelle-Orléans
-
Harry Connick (en)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Université Tulane
Faculté de droit de l'université de Tulane (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique
Conflit

BiographieModifier

Après l'attaque de Peal Harbor en décembre 1941, il s'enrole dans l'US Army et est envoyé sur le théâtre européen à partir de l'année 1942. À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, il intègre la Tulare Law School de la Nouvelle Orléans. Diplômé, il intègre ensuite le F.B.I au sein duquel il travaille pendant 2 ans comme agent spécial sur les villes de Seattle et de Tacoma. En 1954, il retrouve la Nouvelle Orléans ou il devient assistant du District Attorney (procureur)[1].

Le , à l'âge de 40 ans, Jim Garrison est élu procureur de La Nouvelle-Orléans pour son premier mandat[2].

The Smith CaseModifier

Au cours de l'été 1966, à la suite d'une conversation qu'il a eue avec le sénateur Russell Long fils de Huey Long, Garrison étudie le rapport Warren, puis il entreprend, en secret, une enquête sur l'assassinat du président Kennedy sous le nom de code « The Smith Case ». Il étudie en particulier les relations de Lee Harvey Oswald à La Nouvelle-Orléans, comme l'ancien pilote David Ferrie et le détective d'extrême droite fondateur de l'agence de détective Banister Associated Inc, Guy Banister[3].

L'enquête est révélée au public le 17 , quand la journaliste Rosemary James publia dans le New Orleans States-Item une information selon laquelle le bureau du district attorney avait dépensé plus de 8 000 dollars de fonds publics dans le cadre d'une enquête sur l'assassinat de John F. Kennedy[4].

Malgré le décès, le , du principal suspect de l'enquête, David Ferrie, Garrison ne lâche pas prise, notamment à la suite des révélations de Perry Russo (1941-1995).

Le , Garrison fait arrêter Clay Shaw, un homme d’affaires connu originaire de La Nouvelle-Orléans. Il l'accuse de complicité dans l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy et d'être membre de la CIA.

Après des mois de batailles juridiques entre Shaw et le bureau de Garrison, la Cour suprême statue le que Shaw doit subir son procès qui s'ouvre le . Shaw est acquitté par un jury, le de la même année. C'est un désaveu pour le procureur Garrison[5]. Mais il a exigé et obtenu de Life le film Zapruder pour le projeter devant le jury, quatre fois le premier jour (dont deux au ralenti), et trois fois le lendemain[6] permettant au public du tribunal pour la première fois de prendre connaissance du film[3].

Garrison meurt le des suites d'un cancer, à l'âge de 70 ans.

Rapport aux médiasModifier

Dès son enquête révélée sur l'assassinat du président Kennedy, Jim Garrison subit de nombreuses attaques de la part des médias, notamment lors d'une émission de la chaîne NBC diffusée le . Le mois suivant, NBC lui accorde 30 minutes d'antenne afin qu'il puisse répondre aux accusations portées à son encontre et présenter ses principaux arguments[7].

Le journaliste français Léo Sauvage, lui-même opposant de la première heure au rapport Warren, a jugé sévèrement l'enquête du procureur Garrison, l'accusant d'avoir fabriqué des accusations contre un innocent, Clay Shaw[8].

CinémaModifier

Le film JFK, réalisé en 1991 par le cinéaste américain Oliver Stone, retrace cette enquête et ce procès en se basant sur le livre On the Trail of the Assassins, de Jim Garrison, paru en 1988. Ironiquement, Jim Garrison accepta d'y apparaître en caméo, en y jouant le rôle de Earl Warren, qui présidait la Commission d'enquête ayant conclu en 1964 à la culpabilité du seul Lee Harvey Oswald dans l'assassinat du président Kennedy. Dans ce film, son propre rôle est interprété par Kevin Costner.

RéférencesModifier

  1. (en) Jim Simkin, « Jim Garrison », sur https://spartacus-educational.com (consulté le 2 juillet 2020)
  2. (en) Jim Garrison, On the Trail of the Assassins, New York, Skyhorse Publishing, , 360 p. (ISBN 978-1-62087-299-4), p. 10.
  3. a et b Thierry Lentz, L'assassinat de John F. Kennedy : histoire d'un mystère d'État, Paris, Nouveau Monde éditions, , 446 p. (ISBN 978-2-36583-845-0), p. 77-78.
  4. Jim Garrison, op. cit., p. 129-130.
  5. Th. Lentz, op. cit., p. 79.
  6. (en) David R. Wrone, The Zapruder Film. Reframing JFK's Assassination, Lawrence, University Press of Kansas, , 368 p. (ISBN 0-7006-1291-2), p. 199-205 (« A Command Appearance »).
  7. Jim Garrison's response sur NBC News, juillet 1967
  8. Léo Sauvage, « Qui a tué le président ? », Historia, no 33 (hors-série),‎ , p. 28-41.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier