Ouvrir le menu principal
Répartition approximative du Lincombien-Ranisien-Jerzmanowicien.

Le Jerzmanowicien est une culture de transition (ou acculturation selon l'interprétation) liée à la grotte éponyme, située près d'Ojców en Pologne. Ce techno-complexe s'est épanoui dans le nord de l'Europe de l'Angleterre (où l'on préfère l'appellation de Lincombien, provenant du site de Lincombe Hill) au sud de la Pologne (Jerzmanowice) en passant par Ranis (Ranisien) en Allemagne entre 43 000 à environ 32 000 ans avant le présent selon les endroits. L'abréviation LRJ (Lincombien-Ranisien-Jerzmanowicien) est souvent utilisée pour désigner cet ensemble culturel.


DescriptionModifier

Cette industrie leptolithique est caractérisée par des pointes foliacées qu'on nomme souvent « pointe de Jerzmanowice » qui trouverait en partie ses origines dans le Micoquien[1],[2].

Le site de Glaston, dans les Midlands de l'est en Angleterre, est le seul qui se trouve à ciel ouvert. C'est d'abord en Allemagne sous le nom d'Altmühlien ou Blattspitzen gruppe que les premières manifestations du LRJ sont apparues, on le retrouve particulièrement en Bavière, en Thuringe et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Le Szélétien ou complexe Bábonyien-Szélétien[3] (du nom de la grotte de Széléta, près de Miskolc en Hongrie) est un autre faciès caractérisé par des pointes foliacées issues des Balkans, certaines d'entre elles du Szélétien récent rappellent le Solutréen. On retrouve entre autres quelques dizaines de sites du Szélétien dans le sud-ouest de la Moravie, dont celui de Vedrovice[4]. Il aurait des liens avec le Jankovichien du nord-ouest de la Hongrie, parfois appelé Szélétien de Transdanubie. En Russie et en Ukraine ce faciès prend le nom de Streletskien-Sungirien.

Ces cultures changent en quelques milliers d'années l'industrie lithique de l'Europe centrale et orientale. Elles inaugurent par l'arrivée dans ces régions d'un nouveau type d'hommes le passage vers le Paléolithique supérieur. Il est à remarquer que la plus ancienne de ces cultures de transition à pointes foliacées est localisée au centre de l'Europe avec le Bábonyien, contemporain de la fin du dernier interglaciaire ou début du dernier glaciaire (SIO 5a à 5e). Par ailleurs, de nombreux bifaces foliacés de la fin du Paléolithique moyen ont été découverts entre l'Ukraine (essentiellement le bassin du Dniestr) et le nord de la Bulgarie. Des ébauches et des fragments de pièces foliacées très anciennes (Paléolithique inférieur) ont également été retrouvés dans la grotte de Kozarnika[5]. À Temnata Dupka, autre grotte du nord de la Bulgarie, une industrie moustérienne à pointes foliacées balkanique est présente dès la couche 10 (± 185 000 ans)[6], le niveau V de Korolevo en Ukraine, datant de la même période a aussi livré des outils du même type[7]. Les bifaces foliacés sont ensuite apparus en Afrique avec l'Atérien et le Complexe Nubien du bassin du Nil (SIO 5)[8]ainsi que jusque dans le Stillbayen au premier pléniglaciaire (il y a environ 70 000 ans)[9], ces récentes analyses remettraient en cause l'origine africaine de l'homme moderne.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier