Szélétien

Culture archéologique européenne entre le paléolithique moyen et supérieur.
Szélétien
Description de cette image, également commentée ci-après
Pointes foliacées de type Szélétien (Musée de Moravie à Brno)
Définition
Autres noms Culture de Szeleta
Lieu éponyme Grotte de Szeleta
Caractéristiques
Répartition géographique Moravie (République Tchèque), nord-ouest de la Hongrie, sud de la Pologne, Slovaquie
Période interface entre Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur
Chronologie 48 000 à 39 000 ans calibrés AP
Type humain associé Homo sapiens et/ou Homme de Néandertal
Signe particulier culture dite "de transition"
Description de cette image, également commentée ci-après
Extension du Szélétien

Objets typiques

pointes foliacées, grattoirs

Le Szélétien, ou Szeletien, est une culture archéologique dite de transition, datée entre la fin du Paléolithique moyen et le début du Paléolithique supérieur. On le trouve en Slovaquie, en Moravie, au nord de la Hongrie, et au sud de la Pologne.

Il est daté entre 41 000 et 37 000 ans avant le présent et tire son nom de la grotte de Széléta (hu) dans la montagne de Bukk en Hongrie.

Industrie lithique :

- présence de pointes foliacées
- débitage de type prismatique ou discoïde
- présence de bifaces de type micoquien et à dos

L'absence de restes humains ne permet pas d'attribuer cette culture à l'Homme de Néandertal ou à l'Homme moderne. Le caractère composite de l'industrie lithique, ni moustérienne ni aurignacienne, font que le Szélétien est classé pour le moment dans la famille des cultures de transition coincée entre les associations "Paléolithique moyen-Moustérien-Homme de Néandertal" et "Paléolithique supérieur-Aurignacien-Homme moderne".

HistoriqueModifier

Le Szélétien tire son nom de la grotte de Széléta (hu) près de Miskolc en Hongrie.

CaractéristiquesModifier

Répartition géographiqueModifier

Le Szélétien est présent en Hongrie (spécialement dans les montagnes de Bükk), en Moravie au sud-est de la République tchèque, au sud de la Pologne, et en Moldavie septentrionale.

Sites importantsModifier

ChronologieModifier

Le Szélétien tirerait son origine dans le Babonyien des monts Bükk[1].

La plus ancienne date obtenue dans la grotte de Szeleta est une date Radiocarbone d'environ 45 000 ans calibrés AP, voire 48 000 ans calibrés AP[2].

On distingue deux phases, le Szélétien ancien (couche 3 de la grotte de Széléta (hu)) et le Szélétien récent, ce dernier étant contemporain de l'interstade d'Hengelo-les Cottés.

Szélétien ancienModifier

Szélétien récentModifier

Relation avec les autres culturesModifier

Le Szélétien est voisin du Bohunicien, autre culture de transition contemporaine que l'on trouve un peu plus au nord-ouest.

L'imbrication chronologique du Szélétien avec les autres cultures archéologiques n'est pas claire : le Szeletien semble succéder au Micoquien (ou groupe Keilmesser), ou au Moustérien voire au Bohunicien, il est contemporain et voisin de l'Aurignacien situé plus à l'est, et remplacé par le Gravettien.

Le Szélétien partage la présence de nombreuses pointes foliacées avec le Jerzmanowicien contemporain en Europe du Nord.

Notes et référencesModifier

  1. [Ringer, Kordos & Krolopp 1995] Árpád Ringer, László Kordos et Endre Krolopp, « Le complexe babonyien-szélétien en Hongrie du Nord-Est dans son cadre chronologique et environnemental », Paléo, no Suppl.,‎ , p. 27-30 (lire en ligne [sur persee]).
  2. [Hublin 2015] Jean-Jacques Hublin, « The modern human colonization of western Eurasia: when and where? », Quaternary Science Reviews, vol. 118,‎ , p. 194-210 (lire en ligne [sur xxx], consulté en ).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • [Gábori 1977] Miklós Gábori, « Archeological results of investigation in Hungarian caves », Karszt és Barlang « Special Issue »,‎ , p. 43-48 (lire en ligne [PDF] sur epa.oszk.hu, consulté en ).
  • [Ringer & Mester 2000] Árpád Ringer et Zsolt Mester, « Résultats de la révision de la grotte Szeleta enterprise en 1999 et 2000 », Anthropology, vol. 38, no 3,‎ , p. 261-270.

Liens externesModifier