Ouvrir le menu principal

Jean Riboud

industriel français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riboud.
Jean Riboud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Fratrie
Conjoint
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Schlumberger (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de détention

Jean Riboud (né le à Lyon, en France - décédé le à Neuilly-sur-Seine) est un industriel français, ancien président de Schlumberger. Son épouse, Krishnā Riboud, d'origine indienne, était une chercheuse et historienne spécialiste des textiles d'Inde et de Chine.

Ils firent ensemble don de nombreux objets d'art et de bijoux indiens au musée Guimet, musée des arts asiatiques[1]

BiographieModifier

Issu d'une famille de la bourgeoisie lyonnaise (son grand-père avait été l'un des fondateurs de la Lyonnaise de Banque), Jean Riboud est le frère d'Antoine Riboud, président du groupe Danone, et de Marc Riboud, photographe. Résistant pendant l'Occupation[réf. nécessaire], il est déporté en Allemagne. Après la guerre, il entreprend des études de lettres et de droit à la Sorbonne.

IndustrieModifier

Entré en 1951 dans le groupe Schlumberger, il en devient président en 1965. Il est l'artisan du développement très important du groupe Schlumberger : en 2006, Schlumberger enregistrait un bénéfice de 3,7 milliards de dollars avec un chiffre d'affaires de 19,2 milliards de dollars. Jean Riboud est président de Schlumberger durant vingt ans (1965-1985).

Homme à poigne, c'est lui qui licencie Jérôme Seydoux (héritier de la famille Schlumberger). Celui-ci épousera en 1988 Sophie Desserteaux, veuve de Christophe Riboud.

FamilleModifier

Christophe Riboud (1950-1987), son fils, a étudié au Massachussett Institute of Technology (MIT) et a enseigné à l'ESSEC. C'était, avec Pierre Bergé, l'un des principaux donateurs de l'association SOS Racisme[2].

PolitiqueModifier

Esprit très cultivé, Jean Riboud fait partie des proches du président François Mitterrand et le conseille sur les affaires industrielles et économiques.

ArtModifier

Passionné d'art, Jean Riboud était un ami de Max Ernst.

Notes et référencesModifier

  1. « Riboud, Krishnâ (1926-2000) -- Collections d'art », sur data.bnf.fr
  2. Serge Malik, Histoire secrète de SOS Racisme, éditions Albin Michel, 1990

BibliographieModifier