Christophe Riboud

homme d'affaires et chef d'entreprise français
Christophe Riboud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 37 ans)
Nationalités
Formation
Activité
Père
Mère
Conjointe
Sophie Desserteaux (d) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Pénélope Riboud (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Christophe Riboud (, New York - ) est un homme d'affaires et chef d'entreprise français.

BiographieModifier

Fils de Jean Riboud et de Krishna Roy, il suit des études de droit à Paris, puis il étudie au MIT. Après ses études, il entre comme chercheur au laboratoire d'économie politique de l'École normale supérieure et enseigne à l'ESSEC. Il devient également consultant auprès des différents centres d'analyses et de prévisions du ministère des Affaires étrangères, du ministère de l'agriculture et du ministère de l'Industrie.

En 1981, il devient administrateur et directeur général de l'Institut français d'opinion publique (IFOP). Il en devient président-directeur général par la suite[1],[2].

Il s'associe en 1986 avec Silvio Berlusconi et Jérôme Seydoux pour créer La Cinq, dont il détenait 20 % du capital et en devient directeur de la communication.

Il était un important actionnaire de Libération et de La Provence.

Il était marié à Sophie Desserteaux, avec qui il a trois enfants[3]. Après le décès de son époux dans un accident de voiture[4], elle devient PDG de l'IFOP et se remarie avec Jérôme Seydoux.

PublicationsModifier

  • Analyse économique des instruments d'une politique agricole (1978)
  • Les États-Units et la stratégie alimentaire mondiale (avec Alain Revel, 1981)
  • American green power (avec Alain Revel, 1986)

Notes et référencesModifier

  1. Histoire des sondages, Jacques Antoine, Odile Jacob, 2005, p.61
  2. Gaël Tchakaloff, « Portrait de Jean-Marc Lech », lenouveleconomiste.fr, 10 septembre 2004.
  3. Lena Lutaud, « Sophie Seydoux, enfant du paradis », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », 10 septembre 2014, p. 30.
  4. Jean-François Jarrige, « Krishnā Riboud (1926-2000) », Arts asiatiques, Persée, vol. 55, no 1,‎ , p. 162-163 (lire en ligne)

Liens externesModifier