Ouvrir le menu principal

Jean-Pierre Laurens

peintre et enseignant français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurens.
Jean-Pierre Laurens
Jean Pierre Laurens Portrait.jpg
Le peintre Jean Pierre Laurens dans son atelier de Fontenay aux Roses (1931),
détail d'une photographie de François Antoine Vizzavona.
Naissance
Décès
(à 57 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Autres activités
Maître
Père
Fratrie
Conjoint

Jean-Pierre Laurens, né le à Paris, et mort à Fontenay-aux-Roses le , est un peintre français.

Sommaire

BiographieModifier

Jean-Pierre Laurens est le fils cadet du peintre Jean-Paul Laurens (1838-1921)[1], et de Madeleine Willemsens (1848-1913). Il est également le frère du peintre Paul Albert Laurens (1870-1934)[1] et l'époux de l'artiste Yvonne Diéterle[2] (1882-1974), sculptrice et peintre.

Le musée Simu de Bucarest conserve de lui Sa Fin de la journée[3]. Il expose au Salon à partir de 1899[3]. Il obtient des médailles de troisième classe la même année, une bourse de voyage et une médaille d'argent en 1900[3]. Il reçoit une médaille de deuxième classe en 1906[3].

Blessé et fait prisonnier par l’armée allemande en 1914, il publie, en 1918, une série de dessins sur la captivité des civils et des soldats, sous le titre ‘Prisonniers de guerre’.

En 1928, il se voit confier la décoration de l'église Notre-Dame-du-Calvaire de Châtillon-sous-Bagneux (Hauts-de-Seine), construite par les architectes Joseph Flandrin et Yves-Marie Froidevaux. Après sa mort en 1932, son épouse, la sculptrice et peintre Yvonne Diéterle-Laurens[4] reprendra la direction de ce projet.

Il meurt le dans sa résidence de Fontenay-aux-Roses[5],[6].

Œuvres dans les collections publiquesModifier

ÉlèvesModifier

Voir aussiModifier

Articles de l'encyclopédieModifier


Notes et référencesModifier

  1. a et b « Laurens, Jean-Pierre », sur ledelarge.fr (consulté le 1er février 2018).
  2. Marie Hélène Desjardins et Catherine Join-Diéterle, Les Diéterle : une famille d'artistes, Fécamp, Musée des Terre-Neuvas, , 101 p. (ISBN 2-9088 58-22-3)
  3. a b c et d Bénézit 1924, p. 52.
  4. Elle signe ainsi désormais ses œuvres.
  5. Valfleury, « Deuils », Le Figaro, Paris, no 116,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  6. Valfleury, « Deuils », Le Figaro, Paris, no 117,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  7. « Intérieur », notice no 000PE026642, base Joconde, ministère français de la Culture.
  8. « Portrait de Louis Sue », notice no 000PE022333, base Joconde, ministère français de la Culture.
  9. « Le retour du marché », notice no M0347001439, base Joconde, ministère français de la Culture.
  10. Marie-Hélène Desjardins et alii, Musée de Fécamp, catalogue des peintures, Bonsecours, éditions Point de vues - Musée de Fécamp, , 264 p. (ISBN 978-2-915548-46-4), pages 128-129.
  11. Alice Diéterle (1881-1951), belle-sœur de l'artiste, est représentée avec son fils Raymond Join, âgé de trois ans, dans un paysage de Normandie.
  12. Charles Péguy.
  13. Mme Laurens.
  14. « Portrait de ma mère », notice no 00000057879, base Joconde, ministère français de la Culture.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier