Jean-Claude Fasquelle

éditeur français

Jean-Claude Fasquelle (né en 1930) est un éditeur français.

Jean-Claude Fasquelle
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (89 ans)
Nationalité
Activité
ÉditeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Membre de
Société littéraire des amis d'Émile Zola (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Jean-Claude Fasquelle naît le  ; il est le fils de Charles Fasquelle[1],[2], fils du fondateur des éditions Fasquelle.

CarrièreModifier

À partir de 1954, il dirige les éditions Fasquelle. Après la fusion avec Grasset opérée par Bernard Privat en 1959, il devient directeur général des éditions Grasset & Fasquelle, puis succède à Privat comme président-directeur général en 1981, et est nommé président du conseil de surveillance en 2000. Il est alors remplacé par Olivier Nora[3].

Il fonde la collection Libelles avec son ami François Michel, où il publie notamment Jacques Audiberti, Jean Cau, Bernard Frank, François Nourissier et Roger Vailland — son Éloge du cardinal de Bernis — ainsi que celle des Cahiers rouges en 1983.

En 1970, il rachète avec sa femme[4] Nicky Jegher Le Magazine littéraire. Ils le céderont progressivement dans les années 2000 à la holding Artémis.

De 1985 à 1997, il possède la revue Europe Échecs.

En 1995, il réussit à faire publier les mémoires de Brigitte Bardot chez Grasset. Initiales B.B. se vend à un million d'exemplaires dans le monde[5].

Dans le monde de l'édition, il a comme rival Claude Durand[6],[7]. Il est avec Nicky Jegher le dédicataire du roman La Relevée des herbes de Max-Pol Fouchet, paru en 1997.

Après son départ de Grasset, il accepte la présidence d'honneur de la maison[8]. En 2000 également, il collabore à l'ouvrage collectif Les Hussards. Une génération littéraire, paru sous la direction de Marc Dambre aux Presses de la Sorbonne Nouvelle.

En , il devient actionnaire de La nave di Teseo une maison d'édition italienne voulue par Umberto Eco[réf. nécessaire].

Il est également membre de l'Académie universelle des cultures et des jurys des prix Méditerranée et Jean-Freustié.

Il est vice-président de la Société littéraire des amis d'Émile Zola[9].

FamilleModifier

Époux de Solange de La Rochefoucauld[10] (morte en ), dont il divorce, il est le père d'Ariane Fasquelle, également éditrice, morte en [11].

Sa seconde épouse Nicky Jegher Fasquelle est décédée le 13 avril 2020. Elle avait notamment dirigé pendant plus de trente-cinq ans le Magazine Littéraire[12].

RéférencesModifier

  1. « Le secret d'un grand éditeur: Jean-Claude Fasquelle », franceculture.fr.
  2. « L'énigmatique M. Fasquelle », lexpress.fr.
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées liberation
  4. « Le nom de la rose et celui de la cicerbite », passouline.blog.lemonde.fr.
  5. Thierry Clermont, « Et Jean-Claude Fasquelle publia Bardot », Le Figaro, samedi 2 / dimanche 3 septembre 2017, page 22.
  6. « Disparition de Claude Durand, pilier de Fayard et de toute l'édition française », lentreprise.lexpress.fr.
  7. « Claude Durand quitte la présidence des éditions Fayard au profit d'Olivier Nora », lemonde.fr.
  8. « LA MAISON GRASSET », grasset.fr.
  9. http://www.cahiers-naturalistes.com/bureau_directeur.html.
  10. « Mort de la romancière Solange Fasquelle », sur lemonde.fr, .
  11. Marine Durand, « Décès de l'éditrice Ariane Fasquelle », sur livreshebdo.fr, .
  12. [https://laregledujeu.org/2020/04/13/35950/adieu-a-nicky-fasquelle/ Adieu à Nicky Fasquelle par Bernard-Henri Lévy]

Liens externesModifier