Ouvrir le menu principal

Jean-Baptiste Venier

violoniste et éditeur de musique français du XVIIIe siècle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Venier.
Jean-Baptiste VenierGiovanni Battista Venier

Naissance 17..
Venise
Décès 17..
inconnu
Activité principale Violoniste, éditeur de musique
Lieux d'activité Paris, Royaume de France Royaume de France
Années d'activité Éditeur : 1755–1782 (27 ans)

Jean-Baptiste Venier est un violoniste et éditeur de musique parisien, actif de 1750 à 1782, originaire de Venise.

Sommaire

BiographieModifier

 
Page de titre de la série des symphonies a più strumenti. On remarque que la page est commune pour tous les numéros : l'attribution à Johann Christian Bach est ajoutée manuellement avec le numéro de la série, XII (Venier, 1762).

Giovanni Battista Venier, francisé en Jean-Baptiste, d’origine vénitienne, s’installe à Paris dans les années 1750[1]. En tant que violoniste, il se produit au Concert spirituel et enseigne le violon jusqu’en 1782.

Il obtient un privilège royal pour l'édition de musique en 1755 et exerce jusqu’en 1782, pour finalement vendre son fonds à l'éditeur Charles-Georges Boyer en 1784[1]. Il n'a d'abord pas de magasin, mais en 1760, son cabinet est donné à la rue Saint-Thomas-du-Louvre, vis-à-vis Château d'Eau. Après septembre 1778, il s’installe rue Traversière-Saint-Honoré pour ne plus en bouger[2].

Venier publie de nombreuses œuvres importantes, centrées exclusivement sur la musique instrumentale, qu’il s'agisse de symphonies, de concertos ou de musique de chambre. Il publie notamment une série de Sinfonie da varii autori[3], publiant de nombreux auteurs, comme on peut le voir sur les pages de titre ces éditions. Ces symphonies à partir de 1757 ou 1758[4] ont été diffusées sous forme de périodiques, comme l'on fait ses collègues Huberty et La Chevardière et parfois en association, mais de courte durée.

Une douzaine de catalogues publiés entre 1760 et 1784 recensent sa production[5]. Parmi les compositeurs on note, chez les Italiens, Giovanni Battista Sammartini, Gaetano Pugnani, Luigi Boccherini, dont il donne l’opus 2 et les opus 4 à 9[6], entre 1767 et 1772[7] ; chez les Allemands, Viennois et Bohémiens : Johann Christian Bach, Haydn (notamment sa symphonie no 22, Der Philosoph avec son adagio paru en 1773), et d'autres, tels Filtz, Christian Joseph Lidarti (it), Franz Beck, Florian Leopold Gassmann, Wagenseil, Ignaz Fränzl, Dittersdorf et Carl Joseph Toeschi, Valentin Roeser, Josef Mysliveček et Antonín KammelPierre Van Maldere ; chez les français, Gossec (Symphonies op. 12).

Ses parutions sont communément disponibles chez Castaud (Lyon).

Venier est l'époux de la claveciniste Louise de Mars qui se produit chez le Baron de Bagge[5].

  Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

BibliographieModifier

  • Johannson, 1955
  • Anik Devriès et François Lesure, Dictionnaire des éditeurs de musique français : Des origines a environ 1820, vol. 1, Genève, Minkoff, coll. « Archives de l'édition musicale française » (no 4, 1), 1979, 203 p. (ISBN 2826604538, OCLC 489130205)
  • Rudolf Rasch (dir.), Music Publishing in Europe 1600-1900 : Concepts and Issues Bibliography, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, coll. « Musical life in Europe 1600-1900, Circulation of music » (no 1), 2005, 314 p. (ISBN 3830503903, OCLC 60645798, lire en ligne)
  • Michel Hild, Réception de la musique instrumentale allemande en France, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, coll. « Thèse à la carte », 2005, 410 p. (ISBN 2284046738, OCLC 60452746)

Notes et référencesModifier

  1. a et b (es) Jaime Tortella (dir.), Luigi Boccherini : Diccionario de Términos, Lugares y Personas, Madrid, Asociación Luigi Boccherini (no 3), , 484 p. (ISBN 84-612-6846-6, OCLC 731149670) (en) lire en ligne p. 425
  2. Oxford Music Online : (OCLC 5576121451)
  3. Alain Ruiz, Franz Beck, un musicien des Lumières, Pessac, Centre interdisciplinaire bordelais d'étude des Lumières, coll. « Lumières » (no 2), , 167 p. (ISBN 2867813379, OCLC 55737310, lire en ligne), p. 51.
  4. Hild 2005, p. 60
  5. a et b Marcelle Benoit (dir.), Dictionnaire de la musique en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1992, XVI-811 p. (ISBN 2-213-02824-9, OCLC 409538325, notice BnF no FRBNF36660742), p. 702.
  6. Annonce du Mercure de France pour l’opus VI : [1]
  7. (en) Rudolf Rasch, Understanding Boccherini's Manuscripts, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, , 236 p. (ISBN 1443856630, OCLC 880243613, lire en ligne), p. 3.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier