Ouvrir le menu principal

Rue Saint-Thomas-du-Louvre

voie de l'ancien 1er arrondissement de Paris, France

1er arrt
Rue Saint-Thomas-du-Louvre
Situation
Arrondissement Ancien 1er (aujourd'hui dans le 1er arrondissement)
Historique
Disparition Années 1850
Ancien nom Strata Canonicorum
Vicu Thome de Lupera

La rue Saint-Thomas-du-Louvre est une ancienne voie de Paris, située dans l'actuel 1er arrondissement.

SituationModifier

 
Plan du premier théâtre du Vaudeville.

Cette voie commençait rue des Orties-du-Louvre en passant à travers le Louvre et finissait rue Saint-Honoré. Au moment de sa suppression dans les années 1850, elle reliait la place du Palais-Royal à la rue du Carrousel. Elle était située dans le quartier des Tuileries[1].

Origine du nomModifier

Elle tire son nom de l'église Saint-Thomas-du-Louvre, fondée à la fin du XIIe siècle à l'extrémité sud de la rue. Elle a également été dénommée « rue des Chanoines[1] ».

HistoriqueModifier

C'est dans une charte de 1212 que cette rue est nommée pour la première fois sous l'expression latine « strata Canonicorum » (« rue des Chanoines »). Le nom « vicu Thome de Lupera » ne se rencontre qu'en 1242[2].

Attaché à l'église Saint-Thomas se trouvait l'hospice, ou collège, du même nom[2].

Entre 1714 et 1719, est construit à l'angle de la rue et de la place du Palais-Royal le château d'eau du Palais-Royal. Ce monument est détruit par un incendie pendant les journées insurrectionnelles de 1848[3].

Au moment de son mariage le 21 avril 1733, avec Marie-Jeanne Buseau, le peintre François Boucher habitait dans cette rue sur la paroisse de Saint-Germain-l’Auxerrois.

L'hôtel de Longueville est construit entre la rue Saint-Thomas et la rue Saint-Nicaise par Clément II Métezeau. En 1749, il est acheté par les fermiers généraux pour y établir la Ferme du tabac, annexe de la Ferme générale. Il devient une salle de bal sous le Directoire, puis écuries impériales sous l'Empire, avant d'être démoli en 1833[4].

À l'emplacement de l'hôtel de Rambouillet est construit en 1784 le vauxhall d'hiver. Cette salle de danse est remplacée par le premier théâtre du Vaudeville en 1792[1]. Ce théâtre est détruit par un incendie en 1838.

Le premier secrétaire du cardinal de Richelieu, Denis Charpentier, habitait dans un hôtel particulier rue Saint-Thomas-du-Louvre de 1635 jusqu’à sa mort en avril 1647. La demeure touchait au nord l’hôtel de Rambouillet et s’étendant jusqu’au cimetière de l’hôpital des Quinze-Vingts[5].

Dans le cadre du dégagement du Louvre pour la réunion du Louvre et des Tuileries, la partie au sud de la rue du Carrousel est supprimée dans les années 1800. Le reste disparait dans les années 1850[1]. Le pavillon de la Bibliothèque, le passage et le pavillon Richelieu ont été construits sur le nord de la rue, alors que le pavillon Denon occupe la partie sud de la rue. La pyramide du Louvre a été érigée à l'emplacement du croisement de la rue du Carrousel et de la rue Saint-Thomas-du-Louvre[6].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 634 [lire en ligne].
  2. a et b Adolphe Berty, Topographie historique du vieux Paris. Région du Louvre et des Tuileries, t. 1, 1885, p. 95-112 [lire en ligne].
  3. notice BnF no FRBNF40274429.
  4. « Paris (France) – Hôtel de Longueville », data.bnf.fr.
  5. Maxim Boyko, « Denis Charpentier (v. 1580-1647). Étude sociale du premier secrétaire du cardinal de Richelieu », Dix-septième siècle, vol. n°284, no 3,‎ , p. 423 (ISSN 0012-4273 et 1969-6965, DOI 10.3917/dss.193.0423, lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019)
  6. Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE).

Voir aussiModifier