Janis Rozentāls

artiste peintre Letton

Janis Rozentāls (né le à Saldus, Gouvernement de Courlande – mort le à Helsinki) est un peintre letton[1].

Janis Rozentāls
Janis Rozentals.jpg
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement
Statue de Janis Rozentāls à Saldus

BiographieModifier

Janis Rozentāls est né dans la maison "Bebri" de la paroisse Saldus en Lettonie, sous Empire russe, dans la famille du forgeron Miķelis Rozentāls et sa femme Lavīze. Il a commencé ses études à l'école de H. Krauze[2] de Saldus (Heinriha Krauzes privātskola). Puis, à l'école municipale de Kuldīga qu'il a du abandonner faute de moyens financiers, un an et demi plus tard. En 1880, il part chercher du travail à Riga. Il travaille dans le magasin de haute couture, puis, comme garçon de café. Le peintre décorateur J.Celēvičs l'engage comme apprenti, puis comme employé à partir de 1885. 1885-1888 il étudie à l'école des métiers de la confrérie allemande à Riga. En 1888, son école organise une exposition à l'Académie russe des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, où Rozentāls obtient un second prix avec une médaille d'argent.

Le , Rozentāls s'inscrit comme auditeur libre à la faculté de peinture de l'Académie des Beaux Arts de Saint-Pétersbourg dont il est diplômé en 1894. Son œuvre de fin d'études "Sortie de la messe" ("No baznīcas") avait été peint du côté de Saldus. On lui a attribué le titre d'artiste du premier niveau selon l'appellation de l'époque. Il s'installe, par la suite, pour plusieurs années à Saint-Pétersbourg. En 1897, il parcourt l'Allemagne, la France et l'Autriche en compagnie du peintre Arkhip Kuindzhi[3].

En 1900, il retourne en Lettonie, d'abord à Saldus, puis à Riga. En 1902, il fait connaissance de la chanteuse finlandaise Elli Formel, qu’il épouse l'année suivante à Helsinki. Son studio se trouve à Riga, au numéro 12-9, rue Alberta où on a inauguré son musée en 1973[4].1905-1906, il enseigne à l'école des beaux arts de V.Blūms, 1906-1913 à l'école municipale des beaux arts. En 1910, il a décoré la façade de la communauté Lettonne à Riga. Il était aussi rédacteur artistique du journal Druva[5] et du mensuel Vērotājs. Son exposition personnelle eut lieu à Jelgava en 1910 et 1912, et à Riga en 1913 et 1914.

Après le début de la Première Guerre mondiale, à l'approche des troupes allemandes, il part pour Helsinki avec la famille. Il y est mort dans son atelier, le pinceau à la main, devant son chevalet le . En 1920, sa dépouille fut rapatriée en Lettonie pour être inhumée au Cimetière de la Forêt à Riga[6].

Le on a donné le nom de J.Rozentāls au Lycée des Beaux Arts fondé en 1895[7]. Le monument du peintre réalisé par Burkards Dzenis se trouve devant le bâtiment du Musée national des arts de Lettonie[8].

En 1966, réalisateur Varis Krūmiņš lui consacre un film documentaire.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

RéférencesModifier

  1. Elita Sproģe, The Rozentāls Family, J.Rozentāls Saldus Museum of History and Art,
  2. http://www.zudusilatvija.lv/objects/object/15053/
  3. http://www.kuinji.ru/
  4. http://www.muzeji.lv/lv/museums/janis-rozentals-and-rudolfs-blaumanis-museum/
  5. http://www.edruva.lv/zinas/sabiedriba
  6. http://www.makslasvesture.lv/index.php/Janis_Rozent%C4%81ls
  7. http://www.jrrmv.lv/33/
  8. (en) Stephen Baister, Chris Patrick, Riga: The Bradt City Guide, Bradt Travel Guides, , 244 p. (ISBN 9781841622279, lire en ligne), p. 129

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :