Ouvrir le menu principal

Jacques Mathurin Lafosse
Jacques Mathurin Lafosse

Naissance
Lisieux (Calvados)
Décès (à 67 ans)
Lisieux (Calvados)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1775-1815
Distinctions baron de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur
chevalier de Saint-Louis

Jacques Mathurin Lafosse, né le à Lisieux (Calvados), mort le à Lisieux (Calvados), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

BiographieModifier

Il entre dans le régiment de Provence-Infanterie le 11 décembre 1775. Caporal le 16 juin 1781, sergent le 23 octobre 1782, sergent-fourrier et sergent-major le 15 septembre 1786, il passe comme adjudant-sous-officier le 23 octobre 1791 dans le 2e bataillon de volontaires du Finistère, incorporé en l'an II dans la 9e demi-brigade de bataille, devenue 105e de ligne à l'organisation de l'an IV, et 105e régiment de même arme à celle du 1er vendémiaire an XII.

Capitaine adjudant-major à l'élection le 5 mars 1792, il prend le commandement d'une compagnie de fusiliers le 14 septembre 1793. Il combat vaillamment de 1792 à l'an IX aux armées du Nord, des Ardennes, de Sambre-et-Meuse, de Mayence, d'Helvétie et d'Italie, et se fait remarquer dans plusieurs circonstances, notamment le 28 août 1793 ; alors, aidé par quelques-uns de ses camarades, il reprend une pièce de canon que son bataillon avait été forcé de laisser entre les mains de l'ennemi. Dans la même journée, le 2e bataillon du Finistère, repoussé par l'ennemi, se retire en désordre ; Lafosse saisit le drapeau, se porte en avant, et contribue par son intrépidité à rallier le bataillon et à lui faire opérer une retraite honorable.

Passé au commandement d'une compagnie de grenadiers le 1er floréal an VII, il se distingue le 28 thermidor suivant à la bataille de Novi, et y est blessé d'un coup de boulet au côté gauche. Chef de bataillon sur le champ de bataille, nommé par le général en chef le 21 fructidor de la même année, et confirmé dans ce grade par arrêté du premier Consul du 12 floréal an VIII, il sert en l'an X au corps d'observation de la Gironde, en l'an XI au camp sous Bayonne, devient major du 44e régiment d'infanterie de ligne le 30 frimaire an XII, et membre de la Légion d'honneur le 4 germinal suivant.

Il prend part aux opérations de la Grande Armée en Autriche, en Prusse et en Pologne de l'an XIV à 1807, et obtient le grade de colonel du même régiment le 4 février de cette dernière année. Pendant le siège de Dantzig, à la sortie que fait l'ennemi dans la soirée du 20 mai, les gardes de tranchée sont d'abord repoussées, et laissent les Prussiens se maintenir dans les logements de contrescarpe assez de temps pour détruire les travaux du jour et de la veille ; Lafosse parvient à rallier les troupes et à les ramener au combat, dans lequel il a l'épaule droite traversée d'un coup de feu, et l'ennemi abandonne les ouvrages.

Officier de la Légion d'honneur le 30 du même mois, et créé baron de l'Empire avec une dotation de 6 000 francs de rente le 19 mars 1808, il entre en Espagne avec la 1re division du 3e corps, et donne de nouvelles preuves de bravoure à Lérida le 28 octobre de la même année, et au combat de Siguenza le 29 novembre suivant. Il sert en Catalogne et en Aragon jusqu'au commencement de 1813, se signale aux sièges de Saragosse et de Tortose, et l'Empereur l'élève au grade de général de brigade le 6 juillet 1811.

Rentré en France avec un congé de convalescence le 5 février 1813, il retourne en Espagne le 1er août suivant, et fait ensuite la campagne de 1814 en France. Mis en non activité après la rentrée des Bourbons, Louis XVIII le fait chevalier de Saint-Louis le 17 janvier 1815.

Au retour de l'Empereur, il est chargé par décret du 14 avril de la même année, de l'organisation des gardes nationales de la 16e division militaire. La bataille du mont Saint-Jean vient mettre un terme aux services du général Lafosse, qui est admis à la retraite le 6 octobre 1815.

Il est mort à Lisieux le 7 mai 1824.

SourceModifier