Ouvrir le menu principal

Jacques Bertin (chanteur)

chanteur, poète
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Bertin et Bertin.
Jacques Bertin
Description de l'image defaut.svg.
Informations générales
Naissance
Rennes
Activité principale chanteur, poète
Activités annexes journaliste
Années actives 1967 -

Jacques Bertin, né le à Rennes, est un chanteur, poète et journaliste français. Chanteur « à texte », il s'est placé à contre-courant de la variété en plein développement à partir de la seconde moitié des années 1960 et des modes de promotion de cette variété : émissions de télévision, diffusion massive dans les radios, magazines s'adressant aux adolescents, etc..

Sommaire

BiographieModifier

Jacques Bertin est journaliste de formation, élève de l'École supérieure de journalisme de Lille (41e promotion)[1]. Il vient à la chanson dès les années 1960, en 1966 il remporte le prix Jeunesse organisé par La Voix du Nord. Puis il chante à Paris au Théâtre populaire de la chanson[2], son premier album paraît en 1967[3] et devient la même année lauréat de l'Académie Charles-Cros. Il en a publié une vingtaine depuis.

Chanteur « à texte », il est à contre-courant de la variété et des modes et son œuvre n'aura jamais les faveurs des médias ni du grand public. Il a par contre été diffusé dans des émissions plus exigeantes, et s'efforçant de réagir à cette variété envahissant les ondes et jugée mièvre, telle que l'émission Y'a d'la chanson dans l'air de Jean-Louis Foulquier, sur France Inter[4]. Artiste sans compromissions, ses chansons sont partagées entre une inspiration politique et une autre éminemment poétique. Il s'est entouré de musiciens venus du jazz d'avant-garde, Didier Levallet, Siegfried Kessler. Un accompagnement qui reste sobre. Certains critiques, tel Claude Fléouter du Monde, ont estimé que ses textes prenaient trop le pas sur la musique : « sans doute Bertin devrait-il jouer beaucoup plus avec les couleurs de la musique, ne pas se contenter de ses deux musiciens-complices, d'ailleurs excellents, au piano et à la contrebasse, et prendre un groupe pour faire épanouir, éclater sa musique et mieux souligner ses mots. »[5].

Ce journaliste de formation a également dirigé de 1989 à 2000 les pages culturelles du magazine Politis, y tenant une chronique intitulée « Malin plaisir »[6]. Il a continué de contribuer à cet hebdomadaire Politis jusqu'en 2001, avant de le quitter sur un différend politique[7].

Il a consacré un livre à Félix Leclerc[8]. Jacques Bertin est attaché au Québec, et il y a chanté à de nombreuses reprises. Ce livre, Félix Leclerc, le roi heureux et un autre de ses ouvrages, Du vent, Gatine !, ont été publiés à Montréal[6]. Il a également consacré un film au poète René Guy Cadou[9], et un disque de chansons sur des poèmes de Luc Bérimont mis en musique par Reinhardt Wagner. Il est également l'auteur de poèmes.

HommagesModifier

Jacques Bertin a obtenu deux fois le Grand Prix du disque de l'Académie Charles-Cros durant sa carrière[10],[6], la première fois en 1967 pour son premier disque, Corentin, et la deuxième fois en 1983 pour le disque du concert à l'Olympia, Changement de propriétaire, paru l'année précédente, où il se fait l'interprète de grands noms de la chanson[11]. Ses chansons ont fait l'objet d'une thèse de doctorat, soutenue en décembre 1999 à l'université Paris-XII[6],[12].

Lui-même est le fondateur du Prix Jacques Douai[10].

DiscographieModifier

  • Intégrale vol. 1 - Corentin (1967) et Revoilà le soleil (1968)
  • Intégrale vol. 2 - Fête étrange (1970) et Claire (1972)
  • Intégrale vol. 3 - Besançon (1974) et Permanence du fleuve (1975)
  • Intégrale vol. 4 - Domaine de joie (1977) et Les visites au bout du monde (1980)
  • Intégrale vol. 5 - Ma vie mon œuvre (1984) et Paris Théâtre de la Ville (1985)
  • Changement de propriétaire (1982, interprétation des œuvres des autres)
  • Ma vie, mon œuvre (1984)
  • Théâtre de la Ville (1984, enregistrement public)
  • Café de la Danse (1989, enregistrement public)
  • Fête étrange (1991, compilation)
  • Le poids des roses (1991)
  • La blessure sous la mer (1993)
  • Hôtel du grand retour (1996)
  • Le grand bras, les îles (1999)
  • Bertin chante Bérimont (réédition en 2001)
  • La jeune fille blonde (2002)
  • No surrender (2005)
  • Que faire ? (2007, enregistrement public)
  • Comme un pays (2010)
  • Réédition (2011) de deux enregistrements publics : La Gaîté Montparnasse (avec Siegfried Kessler et Didier Levallet) (1978) et Aux oiseaux de passage, Québec (récital guitare - voix) (2000)
  • L'état des routes (2013)
  • Seul, dans le paysage (2016)

Tous ces disques sont édités par la maison de disques Velen créée par Jacques Bertin.

  • Jacques Bertin chanté par Jacques Bertin, compilation aux éditions EPM, dans la collection Poètes et chansons (2003).

BibliographieModifier

  • Impossible parler, Librairie Saint-Germain-des-Prés, 1975 (poèmes).
  • Dans l'ordre, poèmes et chansons, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1978.
  • Chante toujours, tu m'intéresses (ou les combines du show-biz), Éditions du Seuil, Collection Intervention, 1981[13].
  • Félix Leclerc, le roi heureux (Biographie), Éditions Arléa, Éditions Boréal (Québec), 1987.
  • Du vent, Gatine ! (Un rêve américain), Éditions Arléa, 1989.
  • Avec Pierre Veilletet, Plain-chant, pleine page (Poèmes et chansons 1968-1992), Éditions Arléa, 1992.
  • Blessé seulement (Poèmes inédits), Éditions de l'Escampette, 2005.
  • Une affaire sensationnelle (roman), Editions Le Condottiere, 2008.
  • Reviens, Draïssi !, Éditions le Condottiere, 2009.
  • Collectif, Sous le signe d'Hélène Cadou, édition du Traict, 2010.
  • Les traces des combats (poèmes et chansons de 1993 à 2010), Éditions le Condottiere, 2011.
  • Le dépanneur (Le Québec de A à Z vu par Jacques Bertin), Éditions Sylvain Harvey, 2011.

FilmographieModifier

  • René Guy Cadou, de Louisfert à Rochefort-sur-Loire, un film de Jacques Bertin, réalisation Annie Breit (DVD éditions Velen).
  • Jacques Bertin, le chant d'un homme, un documentaire de Philippe Lignières et Hélène Morsly, 2006, 63 min.
  • Jean Dufour, un ouvrier dans la coulisse (ou : comment un ajusteur à la SNCF devint un imprésario des plus respectés), un film de Jacques Bertin et Etienne Louis, 2011 (DVD éditions Velen).

Notes et référencesModifier

  1. Anciens | ESJ Lille - Annuaire des anciens de l'ESJ
  2. Télé 7 jours no 367, semaine du 1er au , p. 12 du cahier « Belgique Télé-Nord ».
  3. Jacques Bertin : Biographie - France Inter.
  4. François-Xavier Gomez, « Jean-Louis Foulquier appareille à La Rochelle », Libération, .
  5. Claude Fléouter, « Variétés Jacques Bertin », Le Monde, .
  6. a b c et d Robert Solé, « Jacques Bertin en condottiere de la France « profonde » », Le Monde, .
  7. Le [dernier] malin plaisir de Jacques Bertin - Site personnel de Jacques Bertin, 25 octobre 2001.
  8. Bertrand Le Brun, « Félix Leclerc par Jacques Bertin. La « prise de parole » d'un peuple », Ouest-France, sur le site officiel de Jacques Bertin, .
  9. Jacques Boisleve, « Jacques Bertin fait revivre Cadou », Ouest-France, sur le site officiel de Jacques Bertin, .
  10. a et b « Jacques Bertin, poète en scène », Le Dauphiné libéré, .
  11. Christophe Dauphin, « Jacques Bertin », Les Hommes sans épaules, no 26,‎ .
  12. Rousseau 1999.
  13. Claude Fléouter, « Un livre de Jacques Bertin », Le Monde, 29 avril1981.

AnnexesModifier