Jacques-Barthélémy Marin

Jacques Barthélémy Marin
Jacques-Barthélémy Marin

Naissance
Ville (Oise)
Décès (à 75 ans)
Ville (Oise)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 17921815
Distinctions Baron d'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Son nom figure sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 19e colonne.

Jacques Barthélemy Marin, né le à Ville (Oise), mort le dans la même ville, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre en service le , dans le 5e bataillon de volontaires de l’Oise, il est élu sous-lieutenant le suivant. Il fait les guerres de 1792 à l’an VI, aux armées de Nord, de Sambre-et-Meuse, de l’Ouest et d’Italie. Il se signale à l’affaire de Marcinelle le , où il reçoit un coup de feu à la jambe droite.

Il est nommé lieutenant le , et en , il s’embarque à Toulon, avec l’armée d’Orient, pour la campagne d’Égypte et de Syrie. Il est promu capitaine le , pour avoir été un des premiers à avoir pénétré dans la vieille enceinte de la ville d’Alexandrie. Lors du Siège de Jaffa, il s’empare le , d’une tour défendue par les Osmanlis, et le , il est blessé d’un coup de feu à l’épaule droite à l’affaire de Korsoum. Pendant le Siège de Saint-Jean-d’Acre, lors d’une sortie faite par l’ennemi le suivant, il culbute 300 soldats de Djezzar Pacha, à la tête de ses grenadiers, les poursuit jusque dans les fossés de la place, où il est blessé d’un coup de feu à la tête. Il est élevé au grade de chef de bataillon le , et il reçoit un coup de poignard au cou le , en enlevant un retranchement, lors de la reprise du Caire. Il se signale le à Rahmanieh, où il est atteint par un coup de boulet au cou et à l’épaule.

De retour en France, après la capitulation d’Alexandrie, il est affecté avec son unité à Metz, où il tient garnison jusqu’en l’an XI. Le , il est promu major du 16e régiment d’infanterie de ligne, et il est fait chevalier de la Légion d’honneur le . Il fait les campagnes de l’An XIII et de l’an XIV avec l’amiral Villeneuve, et celles de 1807 et de 1808, à la Grande Armée contre la Prusse et la Suède. Il est nommé colonel le , commandant le 16e régiment d’infanterie de ligne, et en 1809, il prend part à la campagne d’Autriche. Il est fait officier de la Légion d’honneur le , et le à la bataille d’Essling, il soutient les efforts réitérés de 12 000 Autrichiens, sans perdre un pouce de terrain, quoiqu’il n’a que 2 000 hommes à leur opposer. Cette belle défense dans le village de Gross-Aspern, lui vaut les félicitations de l’Empereur sur le champ de bataille témoins de ses exploits. Blessé d’un coup de feu à la cuisse, pendant l’action, il doit être amputé. Napoléon pour le récompenser, le nomme général de brigade le , sous gouverneur des pages le , et le créé baron de l’Empire avec dotation le suivant.

Lors de la première restauration, le roi Louis XVIII, le fait chevalier de Saint-Louis le , et commandeur de la Légion d’honneur le . Il est mis en non activité le 1er septembre suivant. Il est admis à la retraite le , et il se retire dans son village natal.

Il meurt le à Ville dans l’Oise.

Décorations, titres, honneurs…Modifier

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
Armes du baron Jacques-Barthélémy Marin et de l'Empire

Coupé : au I, parti : a) d’argent à la jambe coupée de sable –b) de gueules à l’épée haute d’argent (signe des barons militaires) ; au II, d’azur à la montagne d’or, surmontée d’un sautoir d’argent, adextré d’un poignard du même, montée d’or, et senestré d’un palmier du même.

Liens externesModifier

SourcesModifier