J.-Wladimir Bienstock

écrivain et traducteur franco-russe
(Redirigé depuis J. Wladimir Bienstock)
J.-Wladimir Bienstock
Description de l'image Vladimir binstock.jpg.
Naissance
Décès
Activité principale
Écrivain

J.-Wladimir Bienstock (ru : Владимир Львович Биншток — Vladimir Lvovitch Binshtock — V. L. Binshtok), né le à Jitomir (Ukraine) et mort le à Paris 14e, est un avocat, écrivain et traducteur franco-russe.

D'origine israélite, il se convertit au christianisme orthodoxe en 1896[1]. Il épousa la française Honorine J. Coindeau le à Paris 6e. Naturalisé français en 1922. Chevalier de la Légion d'Honneur en 1929.

Il fut un des grands traducteurs du russe en français du début du XXe siècle, notamment de Tolstoï (Œuvres complètes en 43 volumes) et de Dostoïevski. Il traduisait parfois en collaboration : avec John-Antoine Nau/Charles Torquet (Journal d'un écrivain, Les Frères Karamazov de Dostoïevski), P. Birukov (Tolstoï).

ŒuvresModifier

  • Le Premier drame de Maxime Gorki (1901)
  • Tolstoï et les doukhobors : faits historiques (1902)
  • Dostoievski et la guerre (1915)
  • Raspoutine. La fin d'un régime (1917)
  • La Révolution russe, L'Okhrana (1917) [2],[3]
  • Guerre et Paix, pièce en 5 actes et 10 tableaux (1919)
  • Histoire du mouvement révolutionnaire en Russie (1920)
  • Les Lectures de Dostoievski (1923)
  • Raspoutine, drame en deux actes (1923)
  • Dostoïevski et Balzac (1924)
  • Les Arts et les lettres dans la Russie soviétique (1925)
  • Le Mariage russe d'Isadora Duncan (1927)
  • Le Musée des Erreurs ou le français tel qu'on l'écrit avec Curnonsky
  • Le Café du commerce avec Curnonsky
  • Le Tour du cadran avec Curnonsky
  • Le Wagon des fumeurs (1925) avec Curnonsky

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. « http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=NOM&VALUE_1=BIENSTOCK », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 5 février 2017)
  2. « Mercure de France : série moderne / directeur Alfred Vallette », sur Gallica, (consulté le 5 février 2017)
  3. « Mercure de France : série moderne / directeur Alfred Vallette », sur Gallica, (consulté le 5 février 2017)

Liens externesModifier