Ouvrir le menu principal

Józef Czapski

artiste polonais
Józef Czapski
Popiersie Józef Czapski ssj 20110627.jpg
Buste de Józef Czapski
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation
Lieux de travail
Famille
Czapski family (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Jerzy Hutten-Czapski (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Maria Czapska (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Józef Czapski (né le à Prague, Autriche-Hongrie - mort le à Maisons-Laffitte, France) est un intellectuel, écrivain, peintre et critique d’art polonais appartenant au cercle du célèbre mensuel de la dissidence polonaise Kultura édité en France.

BiographieModifier

Figure emblématique et référence morale de l'intelligentsia polonaise, Józef Czapski est né en 1986 à Prague dans une famille aristocratique polonaise des Hutten-Czapski mais il ne fera pas usage de son titre ou de la première partie de son nom en raison de ses opinions démocrates. Il a sept frères et sœurs et passe une grande partie de son enfance dans le manoir familial de Pryłuki, près de Minsk.

La Grande GuerreModifier

En 1915, Czapski part étudier à Saint-Pétersbourg, au lycée puis à la faculté de droit où il est témoin de la révolution de 1917. Il s'engage dans l'armée polonaise mais il la quitte en 1918 après avoir déclaré aux autorités militaires sa volonté de servir sans armes. Il est alors chargé de retrouver les officiers disparus de son régiment. Czapski constate qu'ils ont été fusillés par les bolcheviques.

En 1919-1920, pendant la guerre soviéto-polonaise, il sert dans le train blindé et participe à l'expédition militaire sur Kiev. Il est décoré de l'ordre de la Croix de Virtuti Militari et promu au grade de sous-lieutenant. Après la guerre, il s'inscrit à l'académie des Beaux-Arts de Cracovie.

Mouvement kapisteModifier

En 1924, il part pour la France à la tête d’un groupe de douze camarades peintres qui réfutent la peinture polonaise académique, réunis sous le nom de Kapistes (Komitet Paryski ou K.P.). Avec ses amis, il s’installe à Paris quelques années et y rencontre, entre autres, Daniel Halévy et François Mauriac.

Deux ans plus tard, malade, Czapski est en convalescence à Londres où, hormis des visites assidues à la National Gallery, il se plonge «avec un émerveillement croissant» dans la lecture de Marcel Proust.

En 1930, Czapski présente pour la première fois à Paris sept toiles à la galerie Zak, en compagnie des Kapistes. Le succès couronne cette première confrontation publique. Gertrude Stein achète deux toiles : l’une de Jan Cybis, l’autre de Czapski. Puis, en 1931, Czapski organise une exposition collective à Genève et la transporte ensuite à Varsovie.

En 1932, il retourne en Pologne où il s’établit. En 1937, ses œuvres figurent en bonne place dans le pavillon polonais de l’Exposition universelle de Paris, de même, en 1939 à New York.

Guerre et déportationModifier

Après l’invasion de la Pologne, menée conjointement par l’Union soviétique et l’Allemagne nazie en septembre 1939, Czapski, officier de réserve, fut interné successivement dans trois camps d’URSS : Starobielsk, dans l’est de l’Ukraine, Pavlichtchev, au sud-ouest de Moscou, et Griazowietz, encore plus au nord, près de la ville de Vologda. Sur les quatre mille prisonniers de Starobielsk, il y eut soixante-dix-neuf survivants, ceux-là mêmes qui se retrouvèrent dans le camp de Griazowietz. Les autres, regroupés avec des prisonniers venus de Kozielsk et d’Ostachkov, furent massacrés dans la tristement célèbre forêt de Katyń [1].

Dans la faim et le froid, les prisonniers polonais de Griazowietz ont alors l'idée de se donner des cours et des conférences pour échapper à leurs angoisses. Certains parlent d'histoire, d'autres de science ou encore d'alpinisme. Czapski fait une série d'exposés sur la littérature française. Par un prodigieux effort de mémoire, il se souvient de La Recherche du Temps Perdu de Proust. L'œuvre qui a enfermé Proust dans une chambre surchauffée va libérer les détenus de  leurs baraquements glacés. Le texte de ces conférences prononcées début 1941, paraîtra d’abord en traduction polonaise dans la revue Kultura en 1948, et seulement en 1987 dans sa version originale française, illustré de certaines pages extraites du journal manuscrit de Czapski et reproduites en fac-similé.

Au cours de sa détention, Józef Czapski ne cesse de prendre des notes, car pour lui : "C'est aux écrivains qu'incombera le devoir du témoignage de la vérité (...), puisque ce sont eux qui devraient avoir un sens plus aigu du vrai. Il racontera ainsi sa détention dans : Souvenirs de Starobielsk (Starobielskie Wspomnienia, 1945) et La Terre Inhumaine (Na nieludzkiej ziemi, 1947), livrant l'un des premiers témoignages sur l'horreur du goulag[2].

Après l’attaque d’Hitler contre Staline, en juin 1941, et l'amnistie qui a suivi les accords Sikorski-Maïski, Czapski assiste le général Władysław Anders, chargé de remettre sur pied une armée polonaise en URSS. Mais, parmi les milliers de Polonais qui répondent à l'appel, les officiers sont rares. Czapski a alors pour mission d’enquêter auprès des autorités soviétiques sur l’absence des officiers polonais. Il n’obtient évidemment aucune réponse des Soviétiques. Promu major et nommé chef du département de la propagande et de l'information auprès de l'État Major(c’est-à-dire responsable des publications et des activités culturelles), Czapski quitte l'URSS avec l'Armée d'Anders pour aller à Mechhed, en Iran, puis il traverse l'Irak, la Palestine et l'Égypte, et débarque pour combattre en Italie. Il participe à la bataille Monte-Cassino. En 1944, il publie sous les auspices de l’Armée polonaise Souvenirs de Starobielsk (Wspomnienia Starobielskie) et interpelle dans une lettre ouverte ses amis Jacques Maritain et François Mauriac sur l’insurrection de Varsovie d’août 1944.

Le récit de Czapski sur les années qui ont suivi sa libération du camp, la formation de l'armée polonaise et son périple en Asie centrale et au Moyen-Orient pour combattre sur le front italien est un témoignage capital sur les souffrances des Polonais en URSS. L'auteur y mêle des portraits de ses compagnons, des réflexions philosophiques ainsi que le récit de ses rencontres avec de grandes figures littéraires, dont Anna Akhmatova. Mais, il est refusé par de nombreux éditeurs français, malgré l’appui d’André Malraux et de Raymond Aron qui essuient un échec chez Calmann-Lévy. Il est finalement publié en 1949 sous le titre Terre inhumaine, grâce à Daniel Halévy, aux très anticommunistes éditions Self. Dans Le Figaro, François Mauriac, alors très impliqué contre le totalitarisme communiste, exhorte tous les Français à lire cet ouvrage, réclamant le respect pour le combat de son auteur[3].

Artiste en exilModifier

En 1946 à Rome où stationne encore le Deuxième Corps polonais du général Anders, Józef Czapski fonde avec Jerzy Griedroyc, Zygmunt et Zofia Hertz et Gustaw Herling-Grudziński la maison d'édition l'Institut littéraire qui édite la revue Kultura. En juillet 1947, l'équipe de Kultura (à l'exception de Gustaw Herling Grudzinski) s'installe en France à Maisons-Laffitte. C'était surtout grâce à Czapski, grâce à son amitié avec Malraux, Halévy, Fabre-Luce, Mauriac etc. et surtout grâce à la bienveillance exceptionnelle de Gaulle que Czapski voyait souvent durant la longue "traversée du désert" du général que Jerzy Giedroyc, rédacteur en chef de Kultura, ait pu devenir directeur de maison d'édition et acheter une maison, choses à cette époque inaccessibles pour un étranger[4].

Ce n’est qu’en 1948 que Czapski se remet à peindre, l’esprit enfin libéré par l’achèvement et la publication en 1947 de Terre inhumaine. À 52 ans, son œuvre antérieure entièrement détruite, il reprend les pinceaux.

En 1990, le musée Jenisch de Vevey, en Suisse, organise une grande rétrospective en son honneur. Puis en 1992, c’est au tour de Cracovie, Poznan et Varsovie d’accueillir successivement une exposition itinérante de ses œuvres. La même année, il est nommé professeur honoraire de l’Académie des Beaux-Arts de Cracovie.

Jusqu’à sa mort, le 12 janvier 1993 à l’âge de 96 ans, Joseph Czapski vit en exil à Paris, partageant ses activités entre peinture et expositions, voyages en Europe et outre-Atlantique, collaborations à de nombreuses publications, en priorité Kultura, le refuge et le porte-parole de l’intelligentsia polonaise en exil. En 1991 parait Tumulte et Spectres, recueil d'essais composés de 1945 à 1979 qui apporte des éclairages sur ce demi-siècle d’un humaniste lumineux dont il restitue les tourmentes, les espoirs et les contradictions depuis les déserts de l'Irak jusqu'aux abattoirs de Chicago, des marchés de Dakar à la Côte d'Azur.

L'atelier de Józef Czapski est aujourd'hui reconstitué au Musée Czapski de Cracovie, dédié à son grand-père Emeryk Hutten-Czapski (1828-1896), bibliophile, collectionneur de gravures, d’œuvres d’art et de souvenirs polonais, mais surtout auteur de la plus riche collection numismatique polonaise.

Œuvre littéraireModifier

  • Proust contre la déchéance (Proust w Griazowcu ) en traduction polonaise dans Kultura, no 12-13, 1948, puis en 1987 dans la version originale française à Lausanne, Éd. Noir sur blanc, coll. « Litterature », 1987 (ISBN 2-882-50000-9) ; réédition, Paris, Phébus, coll. « Libretto » no 392, 2012 (ISBN 978-2-7529-0761-5)
  • Souvenirs de Starobielsk (Wspomnienia starobielskie) Rome, Biblioteka Orła Białego, 1944, trad. fr., Souvenirs de Starobielsk, [Rome], sous les auspices de l’Armée polonaise, coll. « Témoignages » (dir. J. Czapski), cahier 1, 1945 ;  rééd., Montricher (Suisse), Éd. Noir sur Blanc, 1987 (ISBN 2-882-50001-7)
  • Lettre ouverte à Jacques Maritain et François Mauriac, 1944 (notice BnF no FRBNF31986747)
  • Terre inhumaine, traduit par Maria-Adela Bohomolec, préface de Daniel Halévy, Paris, Éditions Self, coll. « Les Iles d'or » (notice BnF no FRBNF31986752) ; réédition, Lausanne, Éditions L'Âge d'Homme, coll. « Chemins effacés », 1991 (ISBN 2-825-10180-X) ; réédition, Paris, Éditions Noir sur Blanc, coll. « Bibliothèque de Dimitri », 2019 (ISBN 978-2-88250-557-6)
  • L'Œil : essais sur la peinture, Lausanne, Éd. L'Âge d'Homme, coll. « Slavica - Écrits sur l'Art », 1982 (notice BnF no FRBNF34712195)
  • Préface de La Face sombre du Christ : choix de textes extraits des principales œuvres de Vassili Rozanov selon un classement chronologique des textes traduits par Nathalie Reznikof, Paris, Gallimard, NRF, 1964 (notice BnF no FRBNF33161002)
  • Tumulte et Spectres, traduit par Thérèse Douchy, Lausanne, Éd. Noir sur Blanc, 1991 (ISBN 2-882-50022-X)
  • L'Art et la Vie : textes choisis et préfacés par Wojciech Karpinski, traduits par Thérèse Douchy, Julia Jurys et Lieba Hauben, Lausanne, Éd. L'Âge d'Homme 2002 (ISBN 2-8251-1291-7)

PeintureModifier

  • Miroirs / Lustra (environ 1937), huile sur toile, non signé, 92 × 65 cm, Musée National, Varsovie
  • Autoportrait au cahier de croquis / Autoportret ze szkicownikiem (1951), huile sur toile, 81 × 65 cm, signé J.Czapski. 51, collection privée
  • Rue Parisienne / Paryska ulica (1952), huile sur toile, 61 × 51 cm, signé J.Czapski. 52, collection privée
  • Paysage avec une maison et un chemin / Krajobraz z domem i droga(Maisons-Laffitte) (1957), huile sur toile, 105 × 51 cm, signé J.Czapski. 57, Musée National, Varsovie
  • Vieille femme dans le train / Stara kobieta w pociągu (1963)
  • Exposition / Wystawa (1977), huile sur toile - 50 × 65 cm, signé J.Czapski, Musée Départemental de Bydgoszcz
  • Fille au Louvre / Dziewczyna w Luwrze (1980).
  • Place de la Concorde (1981), huile sur toile, 61 × 46 cm, signé NAPOLEONOWI Jozef Czapski wdzieczna pamiatka 28/XII 81, propriété privé

BibliographieModifier

  • Eric Karpeles, Almost Nothing: The 20th-Century Art and Life of Józef Czapski, New York Review Books, 2018, (ISBN 978-1681372846)
  • Eric Karpeles, Josef Czapski, An Apprenticeship of Looking, Thames & Hudson, 2019.
  • Sabine Mainberger, Neil Stewart, À la recherche de «La recherche» Les notes de Joseph Czapski sur Proust au camp de Griazowietz, 1940-1941, Lausanne, Noir sur blanc, 2016 (ISBN 978-2-88250-441-8)
  • Jil Silberstein, Lumières de Joseph Czapski, Noir sur Blanc, 2003. (ISBN 978-2-88250-138-7)
  • Frédéric Saillot, « La Lettre Ouverte restée lettre morte », Revue d'histoire diplomatique,‎ , p. 25-43
  • Wojciech Karpinski, Portrait de Czapski, L'Âge d'Homme, (ISBN 2-825-11818-4)
  • Emmanuel Dufour-Kowalski, Joseph Czapski, Un destin polonais, L'Âge d'Homme, (ISBN 2-825-11024-8)
  • Jeanne Hersch, « Czapski, peintre des contrastes », Journal de Genève,‎ .
  • Murielle Werner-Gagnebin, Czapski, La main et l'espace, L'Âge d'Homme,
  • Murielle Gagnebin, Czapski: Peintre du quotidien, Hermann, 2019.
  • François Pluchart, « Czapski, ou la tragique vérité », Combat,‎
  • Eric Werner, Portrait d'Eric, Xenia, 2010, pp. 13-57. (ISBN 978-2-88892098-4).
  • Emmanuel Hecht, "Swann au Goulag", L'Express, No 3115, 16 mars 2011.

FilmographieModifier

  • Andrzej Wolski, Józef Czapski 1896-1993 : Témoin du siècle, (58 minutes)
  • Andrzej Wajda, Katyń, DVD éd. Montparnasse, Bonus : Interview de Józef Czapski
  • Emmanuel Dufour-Kowalski: Joseph Czapski, un destin polonais, Franco-suisse, 1990 (63 min) co-produit par le CNAP.

Notes et référencesModifier

  1. Guillaume Perrier et Agnieszka Zuk, « Mémoire involontaire et détail mnémotechnique : Czapski lecteur de Proust, camp de Griazowietz, URSS, 1941 », Écrire l'histoire, 3,‎ (lire en ligne)
  2. Karl Demyttenaere, « JÓZEF CZAPSKI - Un artiste en quête de vérité », Lepetitjournal.com Varsovie,‎ (lire en ligne)
  3. Guillaume Gros, « Philippe Ariès sous le regard de Joseph Czapski et de Pierre Vidal-Naquet pendant la guerre d’Algérie », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 20,‎ (lire en ligne)
  4. « Institut littéraire Kultura »

Voir aussiModifier